Hiawatha et Pandora

De retour avec les chroniques au 72ème degré, après SFALO et Carissa, grosse menteuse
Pleine d’enthousiasme, j’avais décidé de détester « Pandora et l’enchanteur », de Suzanne Ashley. La couverture, le résumé, tout me laissait penser que j’avais mis la main sur une perle, et c’est armée de mon plus beau stylo que je me suis lancée dans la lecture, telle un chevalier partant en croisade, et prête à prendre des notes féroces.
Autant vous le dire tout de suite, j’ai été déçue. C’est vrai, Pandora et l’enchanteur est un livre complètement désuet, avec tant de péripéties en si peu de pages qu’il en est ridicule. Mais après Jordan Hayes et Ben l’aveugle, le héros, Clark Spencer, était un véritable bisounours, à la limite de la carpette, et je n’ai pas pu m’empêcher de trouver cela appréciable, encore toute traumatisée que j’étais par mes expériences précédentes!

C’est bien simple, Clark est un saint. Déjà, quand il embrasse Tania la premier fois et qu’elle le repousse, il est désolé car c’était déplacé. Quand elle l’embrasse puis change d’avis, il se confond en excuses de l’avoir brusquée. Il est aux petits soins pour elle, lui offre des roses à tous les coins de couloirs, lui demande comment elle va, remarque ses cernes et lui demande ce qui la préoccupe au point de l’empêcher de dormir. Bilan : même une histoire cousue de fil blanc peut être lisible tant que les personnages sont supportables!

Posons le décor : Tania est programmatrice pour une société informatique. Son patron est un méchant, il lui demande de faire de l’espionnage industriel chez Clark, son concurrent, mission que Tania ne peut refuser car elle a emprunté de l’argent à son patron pour payer les frais de santé de sa sœur jumelle chérie adorée qui est dans le coma depuis 2 ans. Plan diabolique mis en place par un méchant machiavélique par des moyens peu honorables, check! Tania déploie donc une ingéniosité considérable pour se faire embaucher chez Wizac, la compagnie de Clark. Mais à peine est-elle engagée qu’elle se rend compte que Clark lui plaît beaucoup et elle se demande comment elle pourra le trahir.
De son coté, Clark, qui aime bien Tania, se fait un plaisir de lui expliquer par le menu comment fonctionne le système de sécurité du bâtiment (pour qu’elle puisse revenir en pleine nuit voler des plans ultra-secrets, c’est mieux). Puis, il l’emmène dans la serre qu’il cultive sur le toit de l’immeuble pour lui servir une coupe de champagne et discuter de la fin de sa période d’essai. Il bat des cils, lui fait du charme et compare son corps à de la soie fluide sous ses tailleurs stricts (sic). Cet homme est un génie de l’informatique, il cultive des roses et en plus il parle comme un poète! C’en est trop, je défaille d’émotion, et Tania aussi! Du coup, ils s’embrassent, mais Tania trouve gênant de mélanger travail et plaisir (et espionnage et trahison).

Chacun rentre donc chez soi, même si Clark a quelque soupçons sur les véritables motivations de Tania. Tania qui nous explique par ailleurs que dormir est une perte de temps et qu’elle trouve les émissions de télé nocturnes plus intéressantes que celles de la journée. C’est sur, Chasse et pêche est de loin l’émission la plus palpitante que j’ai jamais vue. Enfin, vue, façon de parler car moi, la nuit, j’aime bien perdre mon temps à dormir, mais passons…

Quelques jours plus tard, Clark emmène Tania dans sa maison de campagne (pourquoi mon patron ne m’a jamais invitée dans sa maison de campagne, je peux savoir? Je ne dois pas avoir les cils assez longs…). On apprend au passage que Clark a créé Wizac dans son garage. Toute ressemblance avec Apple n’est absolument pas fortuite. Arrivés à la maison de campagne, tout est saccagé. Clark, lui aussi a des soucis avec sa famille, son frère est un drogué irresponsable, c’est lui qui a transformé les lieux en porcherie. Tania aide donc Clark à faire le ménage. Oui, il faut bien qu’elle se rende utile un peu!

Oh, on apprend aussi au passage que le second prénom de Clark, c’est Hiawatha. Oui oui, comme le petit indien, c’est-y pas trop mignon? Petit secret embarrassant partagé entre les protagonistes, créant entre eux une sensation d’intimité factice, check! Vous apprendrez également que le correcteur orthographique de mon ordi chéri propose de remplacer Hiawatha par Nathalie. Je ne suis pas sure que Clark gagne au change…

Par ailleurs, Tania, qui rend régulièrement visite à sa jumelle dans sa clinique privée qui coûte deux bras, explique au médecin en charge du service qu’elle peut communiquer par télépathie avec sa sœur, et donc, cela signifie que tout espoir n’est pas perdu. quoiqu’en  dise les spécialistes consultés aux quatre coins du pays. Le médecin l’écoute sans sourciller et admet le concept de télépathie sans aucun problème. Bien sur… D’ailleurs, c’est un médecin très compétent, parce qu’il a le portrait de ses petits-enfants sur son bureau. Preuve infaillible s’il en est! Et en prime, il s’inquiète beaucoup de la vie amoureuse de notre héroïne, et lui prodigue des conseils avisés sur la nécessité ne pas s’enfermer dans sa solitude. C’est fou, cette sollicitude… Figure paternelle de remplacement pour la jeune orpheline qui n’a plus personne au monde que sa jumelle dans le coma, check!
Nous touchons maintenant au cœur de l’histoire : Tania, rongée par les scrupules (et perturbée par ses hormones en folie) décide de rendre visite à Clark pour tout lui révéler de la mission dont elle a été chargée, elle ne supporte plus le mensonge. Mais avant, Clark veut lui montrer sa nouvelle invention.

Clark est un génie. Un maestro. Un dieu vivant parmi les hommes. Il a inventé l’intelligence artificielle, qui répond au doux nom de Pandora. Pandora est merveilleuse, à l’image de son créateur, c’est un ordinateur, mais elle peut RESSENTIR les émotions humaines, faire la différence entre la perplexité et l’étonnement. Elle peut aussi demander à Clark s’il est amoureux de Tania. Trop fort non, l’ordinateur qui devine les sentiments de nos héros avant eux? Par contre, Pandora est un peu stupide, quand on lui demande la capitale du Dakota du Sud, elle n’en sait rien. Il y a là une logique imparable : apprendre à l’ordinateur à distinguer les émotions humaines (on se demande bien par quel miracle, l’auteur ne s’attardant pas sur le sujet), mais ne pas lui donner accès à des informations aussi factuelles que la capitale de l’État où se déroule l’histoire!!!

Bouleversée par cette révélation, Tania en oublie de tout avouer à Clark et à la place, elle décide d’essayer de forcer le système de sécurité (et elle réussit, notre génie ayant utilisé son 2ème prénom en mot de passe). Clark la surprend et elle lui révèle enfin la vérité.

C’est là que toute la sainteté de Clark est mise en lumière : à compter de ce moment, il n’aura de cesse de faire confiance à Tania, au seul prétexte qu’il l’aime. Il lui demande de l’aider à coincer son patron, pour faire cesser l’odieux chantage dont elle est victime. Par la suite, chaque fois qu’il semble douter de la loyauté de Tania, et qu’elle s’en trouve blessée, il va s’excuser. Encore. Et encore. Et encore! Quand son bureau est mis à sac, et qu’il ose demander à Tania où elle se trouvait la nuit précédente (ce qu’elle prend très mal « Comment, tu ne me fais pas confiance??! – Mais si voyons ma chérie, ce n’est pas comme si tu t’étais faite embauchée sous de faux prétextes pour me voler mes inventions géniales que ton patron crève d’envie de posséder, ni que tu étais obligée de lui obéir à cause de la somme faramineuse d’argent que tu lui dois…»), il se confond en excuses. Quand son laboratoire secret est cambriolé, et qu’il s’avère que c’est Tania qui a par inadvertance laissé échapper sa localisation, il s’en veut de ne pas avoir deviné tout seul qu’elle ne l’avait pas fait exprès (Bah non, laisser échapper par mégarde le lieu d’un laboratoire secret, ça peut arriver à n’importe qui… Cette Tania est encore plus géniale que son Clark chéri!). Quand il surprend Tania avec son ancien patron, et que sa première réaction est de la soupçonner de jouer un double jeu, il se reproche son égoïsme, son incapacité à comprendre que Tania voulait seulement rassembler des preuves contre le méchant patron/maître-chanteur.

Mais rassurez-vous, tout est bien qui finit bien, le méchant est capturé (non sans avoir tenté de tuer Tania pour mieux donner à Clark l’occasion de la sauver)…

En guise de bouquet final, nous avons droit à une ultime dispute entre Clark et Tania. Tania croit que tout est fini entre eux, et en réaction, sa jumelle fait une crise cardiaque. C’est que elle aussi a le cœur brisé PAR TÉLÉPATHIE!!! Apprenant la nouvelle, Clark rapplique ventre à terre, et, par miracle, dès que ces deux là se réconcilient, la jumelle va mieux. J’ai sincèrement cru que l’auteur allait nous la réveiller, en point d’orgue de notre histoire, mais non. Il ne faudrait pas que les choses soient trop parfaites, sinon on n’y croirait pas, n’est-ce pas? On se contentera de conclure sur une petite explication de Tania à Clark sur les mérites de la télépathie entre jumelles, et de l’avantage que cela peut représenter quand l’une est dans le coma… C’est à se demander comment la médecine n’y a pas pensé plus tôt!

Suzanne Ashley va révolutionner, non seulement l’informatique, mais aussi la médecine. Et grâce à moi, vous êtes parmi les premiers informés! Ne me remerciez pas, ce fut un honneur de partager cette nouvelle avec vous!
Chi-Chi
Publicités

10 réflexions sur “Hiawatha et Pandora

  1. Je sens que je vais avoir u mal à ne pas appeler toutes les Nathalie de la création Hiawatha. Tu crois qu'elles pourraient le prendre mal?Merci pour ce beau fou rire…les correcteur orthographiques sont comme twilight, plein d'humour subtile décalé…

  2. aaaww maintenant je sais que l'homme de mes rêves s'appellera Natahlie!euh pardon, Clark… Perso j'aime autant ne pas aller dans la maison de campagne de mon bos…merci Chichi pour le sacrifice ;p

  3. Mais il y a un beau mélange de genres là: Harlequin, Thriller et Science-Fiction (la machine qui devine nos émotions, 'tention!), c'est super kiffant dis moi! Franchement, je me demande si je ne le préfère pas à Carissa grosse menteuse… le coup du coeur brisé par télépathie c'est très fort.

  4. @ Marine : Appelle-moi Madame Soleil! @ Rinou : Pense à tous ces livres que tu vas pouvoir lire, pendant le temps que tu ne perdras pas à lire celui-là…@ Dédé & Tam-Tam : C'est vrai que je n'ai pas percuté sur les jumelles, mais c'est amplement justifié. Une perle de science-fiction déguisé en Harlequin! ^_^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s