De l’eau pour les éléphants

Il y a un an, une amie très chère me tendait « De l’eau pour les éléphants » en me disant « Lis-le, l’histoire est magnifique ».
Je suis d’un naturel sceptique, un jour, on m’a tendu Twilight et on m’a dit sensiblement la même chose. Mais malgré toute l’affection que je porte à Chi-Chi, cette dernière n’est pas la seule à avoir très bon gout en matière littéraire. 
J’ai donc pris le livre. J’ai retourné le livre. J’ai lu le résumé du livre. Et j’ai pâli. Intérieurement. Le thème central de l’histoire était le cirque. 
Je n’aime pas le cirque. Je n’aime pas les acrobaties où les articulations ont l’air d’être faites de guimauve. Je n’aime pas les trapézistes qui virevoltent à 15 mètres  au dessus du sol et les lanceurs de couteaux qui risquent à tout moment de séparer un membre du reste du corps de leur assistance. Je n’aime pas les paillettes (n’est ce pas, dear ?). Et je n’aime pas les clowns !

J’ai découvert le cirque avec Dumbo. Et ce Disney n’a rien de tendre : entre la cruauté de Monsieur Loyal envers ce pauvre petit éléphant et sa maman, et l’indifférence des autres animaux, mon cœur d’enfant a encore mal pour Dumbo. Comment oublier la séquence où l’éléphanteau, complètement ivre, nous fait partager ses hallucinations musicales qui ont peuplé mes cauchemars d’enfants pendant de nombreuses années (pour les courageux).

En plus, un clown, c’est super creepy. Ce faciès figé dans le maquillage, merci, mais non merci! Autant vous dire que je n’ai jamais lu les romans « Ça » de Stefen King, je n’en ai jamais eu besoin pour frissonner dans mes socquettes!

Mais j’ai confiance en mon amie. J’ai refoulé mon trauma d’enfant et je me suis lancée dans la lecture du roman de Sara Gruen.

Cela aurait pu virer à la catastrophe. Je me voyais déjà appeler Chi-Chi en catastrophe parce que je n’arrivais pas à dormir, que j’avais peur du noir et que des éléphants roses voulaient me piquer mes BN…

Dès les premières lignes de ce livre, un miracle a eu lieu. C’est bien simple, lorsque j’ai fini le livre, le soir même, j’avais les larmes aux yeux, des envies d’éléphant de compagnie qui me tiendrait chaud le soir…

L’histoire est bien écrite, intéressante et émouvante.
Jacob Jankowski est étudiant à l’école vétérinaire lorsqu’il perd ses parents dans un accident. Sans doute un peu perdu et sans doute un peu poussé par le désespoir, il saute dans le premier train qui passe. C’est celui du Cirque des frères Benzini. A bord du train, on n’accepte pas les passagers clandestins. S’il ne veut pas être jeté par dessus-bord, il va lui falloir gagner le droit de rester.

On découvre alors l’envers du décor. Car au-delà des paillettes et des projecteurs, la vie dans un cirque est dure. Il y a les stars qui occupent le centre de la piste, et les travailleurs de l’ombre. Mal nourris, maltraités, sous-payés, la Grande dépression n’a pas arrangé leur quotidien. Et par-delà les applaudissements de la foule, c’est un monde cruel qui s’articule autour d’un concept simple : tu travailles ou tu meurs.

(Disney 1 – mes illusions 0)

Malgré les difficultés, c’est dans cette dureté que Jakob va découvrir la valeur de sa vie, et s’y accrocher. De cette vie d’errance, il va faire un voyage initiatique, il découvrira les valeurs de l’amitié, du courage et de l’amour.

Au-delà d’une histoire captivante, ce roman est remarquablement écrit. Pendant tout le trajet que le train du cirque suit, j’ai senti la tension monter. J’ai appris à connaître les personnages imaginés par l’auteur. Du triangle amoureux au dressage des éléphants, cette histoire regorge de surprises. J’ai découvert l’Amérique de la Grande dépression et j’ai été déçue de voir le mot « fin » apparaitre.

Après réflexion, Dumbo mérite peut-être une seconde chance…

Bonne lecture,
Tam-Tam

PS : J’ai appris dernièrement que cette histoire avait été adaptée en film. La sortie de ce dernier est pour bientôt. J’hésite… D’autant que le rôle-titre est tenu par Robert Pattinson…

Qu’en pensez vous ?

Publicités

7 réflexions sur “De l’eau pour les éléphants

  1. LOL pour le rôle titre. En effet, il a l'air bien ce livre. Tu l'as rendu à ta copine?? ;-)Moi aussi, les clowns me font peur. Et à Trin aussi. Et il me semble bien que Robert lui-même en a peur.

  2. @Pirouette: Ah bah, si Robert en a peur alors…Quant au livre, je l'ai toujours. Et il y a moyen que ce soit un livre que tu puisses trouver, et/ou suggérer à ta bibliothèque!

  3. Il y a beaucoup de monde qui a peu des clonws, c'est vrai qu'ils peuvent être inquiétants avec leur sourire figé et leurs dents pointues… ah non, ça c'est seulement celui de Stephen King (que j'ai refusé de lire ou de voir, j'ai pas peur mais faut pas pousser lol).Mais Pattison ? Encore ? Il n'y a plus que lui à Hollywood ou quoi ?

  4. @Belette: Laisse toi tenter! il est vraiment bien! @Rinou: Il faut croire. Chi-Chi me disait la semaine dernière qu'il parait que c'est un bon acteur. Et c'est vrai qu'à l'époque où il n'était que Cédric Diggory, je n'avait pas été traumatisé par sa prestation. Dans Twilight, il donne bien l'idée du vampire torturé et qui se retient en permanence de se faire un "Snack Bella" de 10h!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s