Irrésistible, moi ?

L’été évoque souvent les vacances, la plage, le soleil. Juillet et août sont souvent rythmés par une course ininterrompue entre les balades dans l’arrière-pays, les apéritifs devant le barbecue qui rougeoie et les matins qui démarrent doucement, le tout au son des cigales et des grillons.

Mais au delà de cette langueur, de cette douceur de vivre, l’été est aussi synonyme de grandes réunions de famille et autre obligations sociales, j’ai nommé les mariages !

Je suis bien placée pour le dire, puisque c’est votre serviteur ici présente qui a prié sa condisciple et partenaire dans le crime de venir apposer sa signature au bas d’un registre pas plus tard que la semaine dernière.

Je vous privais en même temps d’un article en bonne et dû forme. Déshonneur sur moi, déshonneur sur ma famille, déshonneur sur ma vache…

Mais je ne vous avais pas laissé sans livre, cela doit compter pour quelque chose, non ?
Alors rattrapons-nous, et passons à présent à « Call me Irresistible », le dernier livre de Susan Elisabeth Philips qui parle de… mariage ! Tiens comme c’est étonnant, je suis une princesse pleine d’humour !

Quittons la France et ses mariages « à taille humaine », bonjour le Texas (tout y est plus grand, c’est bien connu) où Ted Beaudine, l’enfant chéri du pays, le wonderboy de Wynette, le Superman du Texas, est sur le point de s’unir à Lucy.

Cette dernière, qui craint de n’être pas assez bien pour ce parangon sudiste, fait part de ses doutes à sa meilleure amie Meg, qui tant bien que mal essaye de lui donner de bons conseils – si tant est que l’on puisse en donner de bons lorsque l’on a jamais rencontré le marié et qu’on n’est pas citée en exemple dans la bouche de la mère de la mariée. 25 minutes de conversation et le lendemain, alors qu’il est à présent temps de remonter l’allée centrale, Lucy décide de prendre ses jambes à son cou, et de planter l’homme parfait à l’autel. Laissant sa meilleure amie ramasser les morceaux et endosser l’entière responsabilité du désastre.

Parce que voir s’enfuir Lucy, c’est un peu comme si tous les anglais avaient vu Katherine relevant ses jupons en avril et s’enfuir en bousculant la foule, plantant William à l’autel et laissant à Pippa le soin de tout expliquer..
Autant dire que c’est de l’ordre de l’incident diplomatique !

Meg se retrouve donc sans ami et sans le sou dans une ville qui ne lui veut pas du bien.
Et qui mieux que Susan Elisabeth Philips pour vous retourner une situation désastreuse ?

Je vous l’accorde, Meg va devoir se retrousser les manches et ravaler sa fierté.
Sa seule arme, une langue acérée qu’elle n’hésitera pas à utiliser sur Môssieur Parfait… qui a décidément bien besoin de se remettre en question.

Parlons en d’ailleurs de Ted. Beau, brillant, le sourire tellement radieux que lorsqu’il rit les anges soupirent… Enfin, si l’on en croit la légende !
J’ai eu peur un instant de ne pas pouvoir le supporter. Mais c’était sans compter sur l’aide de Meg, qui n’a pas son pareil pour le faire tourner en bourrique.

Deux héros fort bien dépeints par une auteur au gout sûr, et une atmosphère de petite ville du sud américain qui me régale à tous les coups. Vous pensiez que Paris était un village, attendez de découvrir Wynette !

Bienvenue dans un monde où tout le monde se connaît, où les femmes boivent du thé glacé et parlent des bonnes manières avant de vous assassiner. Vous voilà au Texas ! Un peu d’accent sudiste, du golf, l’avenir d’une ville, une histoire de bijoux et des discussions sulfureuses entre nos deux héros vont nous amener doucement mais sûrement vers un dénouement pas si attendu.

Des héros plein de surprises, de quoi me faire presque oublier qu’il aura fallu un mariage avorté à ces deux là pour se trouver !

Bonne lecture,

Tam-Tam
PS: Et si vous m’en vouliez encore un peu, j’espère que le cliché exclusif du Prince pas si charmant et de moi-même m’aura racheté à vos yeux…
Publicités

10 réflexions sur “Irrésistible, moi ?

  1. J'ai beaucoup entendu parler de SEP mais je ne l'ai encore jamais lue. C'est un bon roman pour commencer avec elle ou il vaut mieux en lire un autre?

  2. Je crois que j'ai commencé la série il y a un petit moment mais je n'arrivais à dépasser les 50 premières pages alors que la blogosphère déborde d'avis + … Pas taper, hein. Je lui redonnerai sa chance, promis.Et merci pour la photo, la petite volette est le détail qui change tout !

  3. @ Shopgirl : Cette série ou les Chicago stars? Il me semble que c'est surtout de la seconde que l'on a parlé non? Après c'est vrai que SEP c'est un peu déjanté et franchement pas réaliste, tout le monde n'aime pas… Mais si tu veux retenter, tu devrais lire Ain't she sweet (Un retour inattendu)!

  4. @Pimpi: je seconde tout a fait Chi-Chi dans ce conseil! Pour devenir une incontournable de SEP, commencez par les meilleurs, il n'y a que cela!@Shopgirl: Je dois avouer que j'ai une grande préférence pour les Chicago Stars, même après tout ce temps. Pour le lire plus facilement, je l'ai "écouté", et je dois dire qu'il est passé comme une lettre à la poste, sweet, texan et drôle à souhait!Et en ce qui concerne la voilette, c'est une création de Eudoxie, qui commente parfois ici…Et je dois admettre être une fan moi aussi! ^^

  5. Hello Princesse, tu as une production blogestivale qui en ferait rêver plus d'un! Non seulement tu te maries, mais en plus tu sors un nombre d'articles défiant toute concurrence! You're so canon!

  6. @Eudoxie: J'ai eu BEAUCOUP d'aide! tout un mois de guest star, et puis Chi-Chi a fait la moitié (et parfois plus) du travail en aout ^^!Et sinon, c'est le chapeau et la robe qui font tout! ca aide aussi d'avoir un prince à son bras!

  7. Pingback: Heroes are my weakness | In need of prince charming

  8. Pingback: Truth or beard | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s