Straight up

Lecteur, je me flatte d’être une vile tentatrice. Je dirais même plus, Tam-Tam et moi nous flattons de vous tenter avec nos lectures. Parce qu’après tout, à quoi bon tenir ce blog si ce n’est pour partager notre amour de la romance et essayer de vous convaincre de la valeur du genre ?

Mais cette semaine, je ne vais pas jouer mon rôle.

Cette semaine, je vous parle de Straight up, de Deirdre Martin.

Deirdre Martin, c’est une auteur SEP-like. Elle a écrit une série tournant autour des membres d’une équipe hockey. A New-York. Does it ring a bell ? Les Chicago Stars peut-être ? Malheureusement, Deirdre fait du Susan Elisabeth Phillips de série B. Deirdre pense que Lyon est un trou paumé.

Pourtant, quand on m’a prêté Straight up (tome 3 de la série Wild Hart), la 4ème m’a intéressée, et je me suis dit qu’il fallait lui laisser sa chance.

Le héros, Liam vient s’installer en Irlande pour échapper à une menace, et il se laisse entraîner à parier qu’il pourra séduire Aislinn, réputée pour son sale caractère. Par certains coté, l’idée me rappelait Bet me, et comme le souvenir était bon, j’ai ouvert le livre.

Je l’admets, certains éléments m’ont beaucoup plu.

D’abord, les métiers de nos héros. Elle est éleveuse de moutons, il est barman. Et pas éleveuse/multimillionnaire/artiste ou barman/écrivain/pompier-secouriste/rock-star incognito. Juste éleveuse et barman, aimant leur métier, satisfaits de leur sort, n’ayant pas fait de brillantes études et ne roulant pas sur l’or. C’est assez original pour être noté !

Ensuite, leurs caractères. Il est lunatique, et rigole intérieurement du fait que les femmes le prennent pour un héros romantique et torturé à cause de ça. Il est beau gosse et il le sait, d’ailleurs il ne doute de rien. Elle est solitaire et assume parfaitement son peu de goût pour le contact humain, elle est forte et résolue.

Enfin, le nœud du problème entre eux. Il est américain, profondément citadin, et ne rêve que de rentrer chez lui, elle est irlandaise et férocement attachée à sa terre. Le choix qu’il va leur falloir faire pour rester ensemble est intéressant. Un vrai sacrifice s’impose, et la réflexion qui l’accompagne est bien menée.

Mais…

Mais Deirdre n’est pas à la hauteur de ses promesses.

Aislinn et Liam tombent amoureux en un clin d’œil Malgré le temps qui s’écoule, rien ne vient nous éclairer sur la profondeur de leur relation.

Aislinn, que l’on nous présente comme une femme forte, elle est réduite à l’état d’amoureuse transie (encore que pas niaise pour autant) en à peine 5 chapitres. Aislinn, qui a pourtant plus d’une raison d’être méfiante…

Liam est aveuglé par sa fierté, alors qu’il aurait beaucoup de choses à se faire pardonner, il considère que trois cadeaux devrait suffire à convaincre la belle de lui retomber dans les bras. Au-delà, sa virilité serait remise en cause et Liam ne veut pas être pathétique. En fin de compte, leurs sentiments paraissent désespérément superficiels.

L’intrigue parallèle concernant la sœur d’Aislinn, qui semblait intéressante, s’achève en queue de poisson, miraculeusement résolue par un coup de baguette magique.

De même, les raisons qui poussent Liam a s’installer en Irlande au début sont tirées par les cheveux et la résolution de ce problème-là encore plus téléphonée, me faisant lever les yeux au ciel à plus d’une reprise.

Bref, malgré quelques bonnes idées, ce livre reste trop en surface, les personnages sont transparents, je n’ai ressenti ni sympathie ni empathie pour eux.

Straight up est une lecture agréable mais oubliable… Si le livre croise votre route, pourquoi pas, mais sans enthousiasme de ma part. Au moins vous ne pourrez pas m’accuser de vous avoir irrésistiblement tenté aujourd’hui !

Bonne journée,
Chi-Chi
  

Publicités

8 réflexions sur “Straight up

  1. Le "très inspiré de" est rarement aussi bien que l'original, même en romance et c'est assez courant en contemporain on dirait, les auteures nous prennent pour qui. -_-'

  2. Je crains que les auteurs ne s'influencent mutuellement, mais il est vrai qu'elles n'ont pas toutes le même talent… La copie est rarement à la hauteur de l'original!!!

  3. ce qui me fait rire dans ta chronique, c'est qu'à sa lecture, j'ai comme un arrière gout de >Nora roberts avec ses américains qui viennent trouver l'amour en irlande dans plusieurs de ses trilogies.dans tous les cas, miss martin a perdu toute chance avec moi le jour où elle a peint les francais comme des manieré et Lyon comme un bleb de bouzeux sans culture…

  4. Ma PAL Romance te remercie Chi-Chi! En effet, voilà un titre qui ne passera pas par moi! Du coup, nous sommes raccord aujourd'hui pour parler de livres à ne pas lire (sauf que moi, je me trompe même sur le nom du personnage principal – pour dire qu'il m'a marqué! Mouahahaha). Dommage, parce qu'éleveuse de mouton et fière de l'être, ça doit être quelque chose qui vaut le détour, si c'est bien fait!! 🙂

  5. @ Tam-Tam : C'est injuste comme comparaison, Deirdre Martin est un cran nettement en dessous de Nora Roberts, SURTOUT la trilogie irlandaise!!! ^_^@ Pimpi : En effet, c'est drôle que l'on soit raccord comme ça! ;o) Elle est plutot pas mal comme éleveuse de moutons, Aislinn… @ Asia : Comme Tam-Tam, je refuse la comparaison, Jude et Aidan sont nettement mieux que Liam et Aislinn! @ Pandora : Tu as fini de faire le tour des SEP (en évitant soigneusement ses oeuvres débutants j'espère)? PS : Bienvenue! ^_^

  6. Merci chère Chi-chi:) Pour ce qui est des SEP, le plus ancien que j'ai lu doit être "drôle de cirque" (un livre fait pour celle qui ont peur des clowns :p)Je suis loin d'avoir fait le tour de sa biblio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s