The next always

Nora Roberts, c’est un peu la papesse de la romance contemporaine. Non pas qu’elle écrive forcément ce qui se fait de mieux (vous savez déjà que je ne jure que par Julia Quinn pour l’historique et Susan Elisabeth Phillips ou Kristan Higgins pour le contemporain), mais parce que c’est incontestablement celle qui écrit le plus. Et également parce que, rendons à César ce qui est à Nora, elle a largement contribué à faire évoluer le genre de la romance old-school à ce que nous connaissons aujourd’hui.

Et puis, c’est un peu avec Nora que j’ai exploré la romance durant mes folles années d’adolescente, aussi, quand je vois qu’elle a sorti un nouveau titre, c’est un réflexe un peu pavlovien, il faut que je vois de quoi il s’agit, et notamment s’il saura me rappeler pourquoi, à l’époque d’Une femme dans la tourmente et de La fortune des Sullivan, cette auteur était pour moi incontournable.

Hélas, il y a eu plusieurs déceptions, et je vous confirme à présent que Nora n’est pas une auteur vers laquelle on peut se diriger en toute confiance. Il n’y a qu’a voir la différence entre la Trilogie irlandaise, les MacKade et le quartet des Wedding-planners.

Et comme vous ne pouvez pas vous précipiter aveuglément sur le dernier Nora, je me suis empressée de le lire pour vous donner mon avis ! Pour l’occasion, j’ai (re)fait lecture commune avec Pimpi. Avant, à l’époque où je n’avais pas de blog, je faisais lecture commune avec Tam-Tam… Maintenant cela ne fonctionne plus, nous essayons de lire des choses différentes pour mieux vous en parler ! Mais, je disais donc, j’ai lu The next always en même temps que Pimpi…

Alors alors…

Eh bien voilà une trilogie qui débute dans la droite ligne de la série précédente… Et de toutes ses autres séries en fait ! Le schéma de la série chez Nora est toujours très classique…

Trois frères décident de rénover, avec l’aide de leur mère, un Bed and Breakfast de la petite ville de Boonsboro, Maine. Pour la petite anecdote, Boonsboro est la ville où Nora habite depuis plus de 30 ans et la plupart des boutiques, noms de rues et autres lieux notables, sont fidèles à la réalité.

Le B&B donc, approche de la fin des travaux, le gros œuvre est fait, on en est à poser les parquets et à choisir le mobilier… Beckett, l’architecte du trio supervise tout cela avec une grande efficacité, tout en continuant de bosser sur quelques petits projets à coté et en mettant la main à la pâte dans l’atelier de menuiserie hérité de son père Entre deux journées de 18h, il trouve le temps de partager une pizza avec sa mère, boire des bières avec ses frères, et aller soupirer après Clare, qu’il aime depuis l’adolescence sans jamais le lui avoir dit, dans la librairie qu’elle tient…

Voilà un homme occupé, à qui il ne manque qu’une femme pour être heureux. Et Clare, veuve et maman de trois garçons, ne va pas avoir beaucoup de travail à faire pour attirer son attention !

Maintenant que le décor est planté, je vais vous dire ce que j’ai aimé :

  • J’ai aimé que Clare ne soit pas une veuve éplorée. Six ans après la mort de son mari, elle a fait son deuil et est prête à refaire sa vie si un homme bien se présente.
  • J’ai aimé qu’elle soit présenté profondément et avant tout comme une maman, avec une routine à un train d’enfer que j’ai reconnu.
  • J’ai aimé Avery, la meilleure amie de Clare, qui change de couleur de cheveux au gré de ses humeurs et prépare des pizzas fort appétissantes.
  • J’ai aimé que l’esquisse des tomes suivants soit suffisamment légère pour que je m’interroge un moment sur le « qui finira avec qui ».
Malheureusement, il y a plus de choses que je n’ai pas aimé :
  • Je n’ai pas aimé retrouver encore une fois ces descriptions à n’en plus finir de chaque détail de chaque pièce du B&B, qui me font penser que Nora cherche surtout à remplir ses pages et non pas à approfondir son histoire. Surtout qu’il s’agit des gouts décoratifs typiquement américains, et que je ne suis souvent que moyennement convaincue. Encore plus quand on m’évoque les merveilles de toilettes qui font bidet en même temps, comme summum du luxe… et du glamour?
  • Je n’ai pas aimé la perfection parfaite de ce monde idyllique où tous les gentils sont super gentils et il n’y a qu’un ou deux méchants histoire de remplir les quotas, un monde en noir et blanc, sans zone intermédiaire.
  • Je n’ai pas aimé que Beckett n’ait jamais une minute pour souffler, se reposer, se concentrer et réfléchir à ce qu’il faisait. Vivre à ce train d’enfer, ce n’est pas une vie ! Et personne ne peut tenir avec 4h de sommeil pendant aussi longtemps.
  • Je n’ai pas aimé le manque cruel de scènes entre Clare et Beckett, me frustrant d’assister au développement de leur relation. Bien que l’on nous dise qu’ils ont passé du temps ensembles, le lecteur n’a pas le privilège d’y assister Là encore, j’ai l’impression que Nora cherche à remplir sans trop se fatiguer.
  • Je n’ai pas aimé le conflit entre nos héros, tellement léger au début qu’il n’est qu’un détail anodin, avant de prendre des proportions énormes – dont les conséquences sont expédiées en 5 lignes top chrono. 
  • Je n’ai pas aimé les descriptions de scènes « sexy » qui sont si ampoulées et fleuries que l’on frise le ridicule sans provoquer la moindre émotion.
  • Je n’ai pas aimé la présence incongrue de Lizzie le fantôme, qui m’a parue superflue, avant que je ne me rende compte qu’elle n’était qu’un prétexte pour faciliter le déroulement de l’histoire – sans avoir à penser à autre chose !
Pour conclure, je vous dirait que, même si j’ai passé un bon moment, et que j’ai lu The next always sans déplaisir, je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agit là d’un livre écrit certes agréablement, mais trop vite et sans profondeur.

Nora elle même dit qu’il lui faut en moyenne 45 jours pour écrire un livre. Hélas, avec les années, cela se ressent de plus en plus et je me lasse d’être déçue.

Sans aller jusqu’à dire que l’on ne m’y reprendra plus, je ne suis pas particulièrement sûre d’avoir envie de lire la suite de cette série et, vous l’aurez compris, je ne vous recommande pas ce livre, trop superficiel et facile…

Chi-Chi

Publicités

7 réflexions sur “The next always

  1. Je ne savais pas que Nora écrivait un roman en 45 jours! Tu m'étonnes qu'elle peut en publier tant que cela chaque l'année. Et le truc, c'est que maintenant qu'elle a plus ou moins assis sa réputation, beaucoup de lectrices achètent ses romans sans se poser de questions. Et donc, NR n'a sûrement pas à remettre son écriture et ses clichés en question. C'est dommage parce que quand elle prend le temps de réfléchir, elle fait de très très bonnes choses! Mais elle verse dans la facilité, souvent, et c'est dommage. J'avoue que les auteures qui ne se renouvellent pas, qui utilisent d'un livre à l'autre exactement les mêmes tournures de phrases, exactement les mêmes ressorts, exactement les mêmes schémas, tout le temps, ça commence à m'ennuyer. C'est pour ça que j'ai totalement décroché de la série Stephanie Plum. Je n'en pouvais plus de relire cent fois les mêmes choses, et que l'histoire n'avance plus. Après ce roman passionnant sur me, myself and I, je vous rend l'antenne! À vous les studios! 🙂

  2. Zut alors! Après la partie "J'ai aimé", j'étais enthousiaste, que dis-je, toute brûlante d'envie de lire l'histoire d'une maman et d'un architecte bricoleur, puis sont arrivés les "je n'ai pas aimé" 😦 En effet, cette habitude de décrire les divers hotels, chambres d'hôtes et bars irlandais devient un peu grinçant. Le papier peint à fleurs qu'on enlève pour mettre de la peinture magnolia, à force, ça ne passionne plus que Valérie Damidot… Merci Pimpi pour ton point de vue aussi, qui ne fait que confirmer que ce n'est pas un livre pour moi, à moins que Chi-Chi ne m'y oblige.

  3. Vous savez quoi, les filles, Tam-Tam, Chi-Chi, Pirouette, on devrait écrire une romance "cliché" à trois millions de main! On s'amuserait bien, à reprendre tous les clichés de la romance et à tous les insérer dans une histoire! lol!! 😀

  4. @ Pimpi: c'est tjs dommage un auteur qui arrete de de renouveller, et Nora helas tombe bien dans cette catégorie! Pour la romance clichée, ça serait drole a ecrire mais je crains que l'on pas bcp d'amateurs! 😉 @ Pirouette: comme je suis super sympa avec toi, je vais te confirmer que je ne te recommande pas particulièrement de lire ce livre!

  5. Mmmmmh le pire je crois c'est le manque de scènes entre les 2 protagonistes non ? C'est un peu dommage dans une romance ?! Allez je suis ton conseil et passe mon tour !

  6. Et dire qu'à une époque, je faisais partie de ces personnes qui achètent Nora roberts les yeux fermées…Et puis il y a eu la trilogie des trois clés, une énième trilogie avec de la magie, des cailloux magiques et des gens qui deviennent les meilleurs amis du monde en deux secondes cinquante, genre ils n'avaient pas du tout de vie avant…Maintenant, je ne lis plus tout, et je ne vais sans doute pas lire celui là!J'envisage meme sérieusement de me séparer de mes Nora en Français….Morbleu, la terre tourne t elle encore sur son axe? ^^very nice chère Chi-Chi, on te pardonnerai presque ta désertion de la semaine dernière…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s