Baby love

Chers lecteurs, il ne vous aura pas échappé que, depuis la semaine dernière, nous avons un bel index de nos lectures sur ce blog… Un index qui vous permet bien sur de retrouver tous nos articles plus facilement, mais qui nous a également permis, à Tam-Tam et moi-même, de faire un petit bilan sur tout ce que nous avions pu vous présenter depuis presque 2 ans et bientôt 200 articles !
Conclusion, parmi nos classiques, il y en a encore un sacré paquet dont nous ne vous avons jamais parlé ! C’est qu’il n’est pas si facile de rassembler ici l’essence de 15 ans de lecture assidue, multiplié par deux, même si la plupart de nos références se croisent (ce n’est pas pour rien si nous avons fait bibliothèque commune pendant si longtemps) !

Enfin, pour aujourd’hui, sur les bons conseils de ma comparse, j’ai décidé de parler de Catherine Anderson, et du tome 1 de sa série emblématique, les Kendrick/Coulter, puisque cette dernière sera très prochainement rééditée ! 

 
Baby love commence mal pour Maggie, notre héroine… Qui s’est enfuie de chez elle avec son bébé, à peine âgé de quelques jours (voir de quelques heures), en pleine nuit, en plein hiver. Et qui, pour couronner le tout, se sait poursuivie. Obligée donc de faire profil bas, ce qui n’est pas chose aisée avec un nouveau-né. C’est que ces petites choses, il faut les nourrir (et quand Maman est épuisée, la montée de lait ne se fait pas très bien j’ai appris), les changer (mais Maggie a oublié les langes dans sa précipitation) et accessoirement leur trouver un coin pour qu’ils dorment tranquilles, sinon ils pleurent et font du bruit. Et ça, ce n’est pas discret. Maggie monte donc dans un train bondé, mais en plus d’avoir tout laissé derrière elle, elle ne peux utiliser les moyens de paiement habituels, cela laisse des traces. C’est donc dans le wagon à marchandises qu’elle tente de s’installer. Manque de chance (vous constaterez vite que Maggie n’a pas eu beaucoup de chance dans la vie jusque là), le wagon est malencontreusement déjà occupé par une bande de clochards, tous assez mécontents d’être dérangés.
 
Heureusement, alors que quelques-uns essayent de voler à Maggie le paquet qu’elle tient si précieusement caché sous son manteau (cela s’appelle un bébé messieurs, mais je comprends qu’après 5 ou 6 bouteilles de scotch vous ayez du mal à vous en rendre compte), l’un des vagabonds moins énervé que les autres s’interpose.
 
Rafe Kendrick, pas du tout contente d’être dérangé dans son tête-à-tête tranquille avec sa bouteille, se dit que tout de même, laisser dépouiller sous ses yeux une femme, ce serait mauvais pour son karma ! Et encore, il n’avait pas réalisé qu’il y avait un bébé dans l’histoire (on parle beaucoup du bébé là, vous commencez à voir un lien avec le titre peut-être?)…
 
Mais voila, malgré la bouteille, malgré le mode de transport, malgré tout, Rafe n’est pas vraiment un vagabond. Il a une famille (les Kendrick, cf. le titre de la série, hint hint!) et si il s’est retrouvé dans cette situation c’est car il fait une sacrée dépression bien dans les règles de l’art. Dépression dont il va sortir comme par magie, sous l’influence miraculeuse de Maggie et de son bébé.
 
Laquelle Maggie est tout de assez méfiante de voir cet ivrogne décider de s’attacher à ses pas, alors qu’elle cherche plutôt à voyager discrètement. Mais Rafe est un homme qui a de la volonté et de la ressource et il saura la convaincre de lui faire confiance, pour mieux la sauver…
 
Pas d’erreur, Rafe est bien notre héros, qui a besoin de son héroïne pour le guérir de ses maux. Maggie aussi de son coté a été durement marquée par la vie, et tous deux vont tout doucement apprendre à s’aimer mais surtout, à avoir confiance, ce qui est probablement le plus difficile pour eux !
 
Et maintenant que j’ai pu bien vous effrayer avec ce pitch, laissez moi vous dire que cette série vaut vraiment le détour ! Catherine Anderson s’intéresse pour ses personnages à des problématiques qui sont complexes, lourdes, sans jamais tomber dans le sordide ou le misérabilisme. Je ne vous dirait évidemment pas quel est le problème de Maggie, mais vous avez bien compris que Rafe est dépressif et alcoolique, c’est pourtant un héros dans toute sa splendeur, et il saura vous faire rêver !
 
Le chemin de la guérison serait presque parsemé de petits cœurs roses et d’arc-en-ciels amoureux, tout en conservant assez de réalisme pour y croire finalement. Dans ce livre, tout est centré autour du personnage de Maggie, la rédemption de Rafe ne passant que par sa guérison à elle et, dans la série entière, on retrouvera ce schéma. Le personnage le plus important de l’histoire sera toujours l’héroine, et son héros, son fidèle chevalier servant, pour ma plus grande satisfaction.
 
Catherine Anderson est parmi celles qui ont amorcé la tendance des séries contemporaines à rallonge qui n’en finissent pas et j’avoue avoir décroché après le tome 6, My Suhshine (Le soleil de ma vie), quand la religion a commencé à prendre une place centrale dans la morale des personnages, parfaite illustration d’une certaine idée de l’Amérique puritaine… C’est bien dommage car cette auteur, aidée par un style d’écriture fluide et agréable, nous invite à explorer des romances qui, basées sur des personnages un peu abimés, sont pleines d’espoir et de confiance en l’avenir.
Pour aujourd’hui, et en attendant la suite de la série, je vous souhaite donc une bonne lecture en compagnie de Rafe, Maggie, et des multiples personnages qui gravitent autour d’eux !

Bonne lecture,
Chi-Chi

  
Publicités

26 réflexions sur “Baby love

  1. Comment je suis trop en phase avec toi! Catherine Anderson, c'est l'auteur des causes perdues!Par contre, je veux juste prévenir nos futures lectrices: j'ai à l'époque lu les VF ( qui trônent religieusement dans ma bibliothèque) mais sauf erreur de ma part, il y a eu du grand free style dans la vieille réduction des prénoms au court de la série, car à l'époque les livres n'étaient pas édités comme série. J'imagine que J'ai Lu aura rectifié le tir avec la réédition, mais pour celles qui seraient impatientes, c'est pas handicapant pour la lecture!

  2. Ah ah en même temps si on était pas en phase 95% du temps, ça se saurait! ;-)Moi aussi j'ai lu les VF, je ne suis pas sûre de bien voir de quoi tu parles? Changement de prénom?

  3. Tu es en manque d'inspiration de choses à lire? Pas de souci, on va trouver! En plus là tu as la série presque toute entière qui t'attend en VF! (cf l'index pour l'ordre des titres) 😉

  4. Etrangement, il n'a pas le comportement d'un dépressif, à la seconde où il rencontre Maggie, il est transformé et ne se concentre plus que sur elle et son bonheur. On ne le verra pas une fois ivre de tout le livre! L'ambiance n'est pas du tout pesante, si c'est ce qui te fait peur, au contraire!

  5. Entre les tomes un deux et trois, j'ai un souvenir de changement de prénoms des héros des autres tomes, notamment le nom de l'enfant du couple du tome deux (je crois)…Perso a l'époque ca m'a rendu dingue ce manque d'application de la part de l'éditeur. genre dejà on vous dit pas que c'est une série et on va vous perdre un peu plus en changeant les noms, des fois que sur un malentendu vous auriez fait 2+2…

  6. J'ai acheté ce livre dernièrement car j'avais lu le résumé qui me disait beaucoup. Je n'ai encore jamais lu de cette auteure. Bien sur je n'avais pas vu que ce livre découlait d'une série (bien sur je suis très douée … ) Je pense que l'on peut les lire indépendamment? Ton avis en tout cas me donne envie de les lire. =)

  7. J'adooooore Catherine Anderson et ses personnages masculins. Je trouve aussi qu'elle traite de sujet plus que lourd et sensible sans tomber dans le misérabilisme.

  8. Pas d'inquiétude béa, c'est le tome 1! ;)Ils peuvent se lire indépendamment sans souci, c'est tjs un peu dommage car dans ce cas tu passes à coté du "retour" des anciens mais ça ne sera pas un souci pour ta compréhension de l'histoire!

  9. 🙂 on est bien d'accord là dessus! Je garde mes exemplaires, je les aiment beaucoup! Le héros de Annie's song aussi était magique… Tu l'as lu?

  10. J'ai lu le 2 avec l'histoire de Bettany et du frère de Rafe, mais je n'ai pas encore pu lire le 3, mais comme ils ont l'air de republier la série, cela ne saurait tarder.J'avais bien aimé aussi le soleil de ma vie et bien sûr l'année dernière j'ai lu le bleu de tes yeux.

  11. Les Anderson me font toujours pleurer comme une madeleine, avec tout-de-même différents niveaux d'appréciation. Celui-ci moyen, l'alcoolisme "on/off" est un peu dur à gober.

  12. Moi c'est celui que j'ai le moins aimé, je pense. Pas pour l'alcolisme de Rafe, étrangement j'ai accepté son déséchage sans difficulté, mais pour Maggie qui tape un peu sur les nerfs, à dire qu'elle va tout faire toute seule alors que c'est tout bonnement IMPOSSIBLE. Je ne veux pas spoiler pour Bea et vos autres lecteurs, mais financièrement et physiquement elle se trouve très amoindrie, mais elle ne cesse de faire des petits bruits "c'est moi toute seule", qui me rappelle ma fille à 3 ans… Et je trouve que l'argent de la famille Kendrick arrange un peu trop facilement trop de choses… Pour moi c'est vraiment le moins réussi de la série, que j'adore. Je le garde quand même mais sans plus de passion 😦

  13. Bah, c'est pratique cet argent tu veux dire!! ^^Ce n'est pas mon préféré, mais dans l'ensemble je préfère quand même le début de série à la fin que j'ai complètement lâché (au moment ou l’héroïne devenait une handicapée mentale en fait je crois)Mais j'aime bien le deux avec la paraplégique, et celui avec la femme qui s'enfuie avec un cheval et se réfugie chez un des beaux spécimens de la famille…

  14. Ah ah c'est vrai que cet argent miraculeux aide bien… Et que Maggie pousse un peu loin le désir d’indépendance… Et que les tomes 2 et 3 sont meilleurs! Mais j'ai voulu faire les choses bien et commencer par le 1 cette fois! 😉

  15. coucou chi-chi, je suis la petite soeur de tam-tam et la semaine dernière elle m'a fait découvrir baby love qui pour moi est un livre magnifique. Ce n'est que le 2e livre de ce type que je lis ; le premier est un livre de linda howard que tam-tam m'a aussi fait découvrir la semaine dernière… Comme dirait tam-tam je suis passée du côté rose de la force la semaine dernière et j'en suis très fière 🙂

  16. Hello Petite soeur de Tam-Tam! Une nouvelle recrue pour la force, c'est vraiment la meilleure nouvelle de la journée! 🙂 Tu vas voir, c'est trop bien ici, et Tam-Tam a une liste longue comme le bras de choses qu'elle meurt d'envie de partager avec toi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s