To seduce a sinner – Séduire un séducteur

Aujourd’hui, j’ai envie de m’encanailler, j’ai envie de faire un truc olé-olé, j’ai envie de donner dans la transgression… Aujourd’hui, je commence par un tome deux.

Oui, je suis un peu un « rake » qui s’ignore, et sous ce vernis de bienséance (non, Chi-Chi, ne t’étouffe pas dans tes Lucky charms) sommeille une princesse révolutionnaire qui a décidé qu’aujourd’hui marquait le jour glorieux où un tome deux serait LE tome d’introduction de la série des Quatre soldats d’Elizabeth Hoyt. « To Seduce a Sinner » a été traduit par Séduire un séducteur en VF, cela aurait rendu Monsieur de Lapalisse très fier, je pense. Il suit le tome un et précède le tome trois, mais remporte mon cœur, mon vote, mon suffrage et mon petit soupir de plaisir sans même avoir essayé.

Je présente d’ailleurs à l’avance mes excuses aux rigoureuses et obsédées compulsives des tomes dans l’ordre croissant… En fait, non, je mens, j’assume totalement de vous inviter à non seulement lire celui-là et pas un autre, mais de vous enjoindre à lire celui là sans passer par le  1er ! Et si d’aventure vous aviez besoin d’un dernier petit élément pour vous pousser à embrasser avec allégresse l’anarchie de la lecture sachez que Chi-Chi, grande prêtresse et maitresse de l’étiquette en ces lieux, est à 200% derrière moi sur le coup ! A bon entendeur, passons à la liste des nombreuses raisons qui font de ce roman un océan de sweetness, une vague de cutitude et un torrent de sensualité (c’est important dans tous les mariages vous savez ! ^_^).

Il était une fois l’histoire de Melisande Flemming. Pauvre Mélisande Flemming qui risque, comme beaucoup de jeunes filles de l’époque, de rester sur l’étagère, au rebus, dans le club des malpropres et autres vieilles filles célibataires. Pour ajouter encore un détail à ce tableau d’un optimisme flamboyant, pauvre Mélisande Flemming est amoureuse… d’un rake.

Ce n’est pas comme si notre héroïne était une petite dinde gloussante tout juste sortie de l’école avec de la purée de topinambour à la place du cerveau. Non, elle sait que son sentiment est 1) d’un illogisme à tout épreuve et 2) que cette histoire est vouée à l’échec, étant donné que le-dit rake ne sait même pas qu’elle existe. Ce qui, il faut l’avouer, dans une optique matrimoniale, est un handicap assez problématique à surmonter.

Mais comme le dit si bien Jane, c’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, donc nul espoir n’est perdu.

En l’occurrence, Jasper Renshaw, Viscount Vale, notre rake, est bien à la recherche d’une épouse, mais semble s’y prendre comme un radis puisqu’il trouve le moyen de se faire planter (5 fruits et légumes par jours, je suis en train d’exploser votre quota végétal) le jour de son mariage, ayant choisi un navet pour devenir son épouse. Or, tout le monde sait que les radis et les navets sont en guerre pour savoir qui sera le légume le plus rutabaguesque du jardin… Du coup, au revoir Mary Navet et bonjour scandale…

A moins que… à moins que…

… Mélisande, sentant là une fenêtre de disponibilité, se dise « Il ne m’aime peut être pas, mais s’il m’épouse, au moins il sera avec quelqu’un qui l’aime (moi), et j’arrêterai d’avoir le cœur brisé à chaque fois qu’une greluche au cerveau végétatif le fait passer pour un idiot. Qui sait nous pourrions être heureux ensembles ».

J’admets, j’ai quelque peu modifié les paroles de Mélisande. Mais l’esprit est là. La demoiselle sait ce qu’elle veut (ou plutôt qui) se dit que c’est maintenant ou jamais, et elle doit d’ailleurs être une fervente lectrice de ce blog puisqu’elle sait que les mariages arrangés sont parfois le point de départ des plus belles unions.

Mélisande prends donc son courage à deux mains, brave les interdits et se rend chez l’homme qui peuple ses rêves pour lui faire sa proposition.

Lord Vale, qui, très honnêtement, en a marre de toutes ces idiotes qui le plantent au dernier moment, se dit qu’une femme qui demande elle-même ne lui filera pas entre les doigts au premier poème qui passera par là.

Aussitôt promis, aussitôt fait. Les voilà mariés.

Normalement vous vous dites, sympa, et alors, la suite ? Il se passe quoi ? On se doute bien qu’ils vont apprendre à se connaître. Et puis c’est de la triche, elle l’aime déjà, elle va forcément chercher à être gentille et séduisante…

A moins que… à moins que…

… l’auteur n’ait fait preuve de beaucoup d’imagination et de talent sur le coup et ne fasse de Mélisande une jeune femme avec la tête sur les épaules et la sensualité au corps. J’aime beaucoup que l’héroïne ne soit pas une oie blanche dénuée de tout caractère et qu’elle reste quand même une jeune fille comme il faut pour qui la bienséance est une seconde nature. Il est bien trop souvent question d’héroïnes qui se découvrent des natures de scandaleuses dans les romans, et même si la partie féministe de mon cerveau applaudit tant d’audace et d’esprit d’indépendance, l’autre partie (la pragmatique assez ennuyeuse et moralisatrice) lui répond que c’est bien joli tout ça, mais ce n’est gère probable. Mélisande est un compromis. Le parfait alliage de la jeune fille en fleur bien sage et du feu follet.

Et pour que le duo soit irrésistible, l’auteur a fait de Japser un homme plus complexe que le rake que tous voient en lui. Milord a été soldat voyez-vous. Et même en régence le PTSD, ça existe. Ses nuits sont animées de cauchemars, sa conscience est torturée, mais il sait où sont ses devoirs, sa chance d’être là. Sans tomber dans le pathos, sans tomber dans l’excès, il sera question de secrets qu’on veut oublier, d’autres qu’on aimerait bien percer et d’un couple qui nait à la force de la volonté.

Un must-read, un must-have… Un must !
 
 
Bonne lecture,
Tam-Tam
   

Publicités

17 réflexions sur “To seduce a sinner – Séduire un séducteur

  1. Hiiii, celui-là je l'ai lu -bon en vf hein mais je l'ai lu-, je suis toute fière de connaitre un bouquin chroniqué ici. J'avais bien aimé le personnage de Mélisande. Et même que c'est la deuxième fois que Jasper se fait larguer par une fiancée -c'est dans le tome 1 si mes souvenirs sont bons.Ah et je suis pleine d'admiration pour le fait de commencer une saga par le deuxième tome. J'en suis complètement incapable !

  2. Je suis comme AlterVorace ! Je l'ai déjà lu (la vie est faite que de petit bonheur – et lire un article de votre part sur un livre que j'ai déjà lu en est un !). J'ai également lu que celui-ci pour l'instant. Comme le premier n'avait pas des critiques dithyrambiques, j'ai commencé par celui-ci et je l'ai adoré ! J'aime beaucoup le style de cette auteure et l'histoire est originale. Un bon moment de lecture !

  3. pour être tout à fait honnête, j'ai lu le un avant…totalement oubliable le un d'ailleurs.Mais je ne suis pas étrangère à la lecture dans un joyeux désordre. En revanche, sur cette série, c'est presque conseillé tant le premier n'est pas à la hauteur du second.Chi-Chi est une "liseuse dans l'ordre" par principe, et ici, elle était d'accord avec moi. Tu imagines même pas comme j'étais heureuse d'ailleurs!Quant au double plantage à l'autel, c'est exact. J'y fait presque allusion quand je parle des "idiotes qui le plantent"!!!

  4. Tu as bien fait. Parfois, il est des tomes dans une série qui ne valent pas la peine qu'on s’attarde dessus. Et God only knows combien un tome un "bof" peut ruiner une série!

  5. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah je le veux!!! :)Comment je fais, hein? Comment je fais? Aaaah, mais… mais… on me dit dans l'oreillette que je l'ai! Youpiiiii!!! (désolée, j'ai pô publié chez vous depuis une éternité, vas-tu me pardonner, Tam-Tam? Et toi aussi, Chi-Chi?? pô eu l'temps….)

  6. yeahhhh! mais tu as vu hein, tu sautes le 1 et tu passes directement au 2!!! directement. C'est un peu comme la carte prison au monopoly, sauf que là tu atterris au paradis! ^^

  7. Mais bien surrrrrreeee!!!! Et puis tu as de la chance. De tant parler de légume, je me mets à envisager de me plonger dans un livre ou il est question d'un certain navet… (sauras tu voir l'allusion??? ;-p )

  8. Alors je n'avais pas lu le livre mais j'aime beaucoup lire votre blog pour découvrir de nouveaux romans amours (car il me semble que c'est le sujet traité) A l'instant je veux courir en libraire pour découvrir le livre tellement vous m'avez fait rire. Soyons d'accord on ne rencontre pas des greluches végétatives à tous les coins de blog!!! Merci pour cet article exceptionnel =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s