About that night

Bien, les amis, je viens de finir About that night de Julie James…
Souvenez-vous, j’avais adoré A lot like love et en écrivant mon article à l’époque, dans ma grande naïveté, j’avais souhaité entendre un jour parler de l’histoire de Kyle Rhodes, le frère de notre héroïne.
Un frère qui, à l’époque, se trouvait en prison pour cyber-terrorisme.
En matière de criminels, vous savez que j’ai un petit faible pour lesmauvais garçons de la romance. Les rakes de mes historiques font les meilleurs héros, et les voleurs ont une place particulière dans mon cœur…
Kyle avait donc tout pour me plaire, surtout qu’il était décrit comme ayant une troublante ressemblance avec un certain Sawyer. Oui oui, celui-là
Cocktail de choc qui n’attendait donc que la plume talentueuse de son auteur pour rencontrer une héroïne digne de ce nom !
Une héroïne qui aura pour nom Rylann (prononcez Raelynn)…
Posons le décor : un bar de campus, une fin de soirée le dernier jour des examens, Rylann boit un verre avec des amis, Kyle joue au billard quand soudain, à travers le bar enfumé, il est ébloui par son sourire. N’écoutant que son instinct de jeune premier, il se dirige vers le bar pour engager la conversation. Grave erreur de calcul, Rylann est étudiante en droit, pas du tout impressionnée par les répliques savamment cliché de notre héros, et elle prend le plus grand plaisir à le renvoyer dans ses filets. Gentiment tout de même, parce que Kyle a le poil soyeux et le corps d’un Apollon. Et, parce que nous sommes dans une romance qui ne trompe pas sur la marchandise et que nos protagonistes ont respectivement 23 et 24 ans, ils achèvent la soirée sur un baiser et une promesse d’aller déguster des chicken-wings ensembles le lendemain soir.
Voila les prémices d’une belle histoire d’amour qui se dessine. Mais… Mais bien sur, le destin s’en mêle et Kyle pose un lapin à Rylann. C’est un cas de force majeure et sa faute lui sera aisément pardonné mais peu importe, les faits sont là, Rylann et Kyle, c’est une occasion manquée. L’année universitaire est finie, et ils ne se reverront pas.
Fast-forward 9 ans, Rylann est assistante du procureur, nouvellement débarquée à Chicago, où Kyle attends le jugement qui lui permettra de sortir de prison. Et, le hasard faisant bien les choses, c’est sur notre héroïne que tombe la tache ô combien réjouissante d’aller déclarer au tribunal que Kyle a payé sa dette et qu’il peut être libéré…
Et, comme il se doit, horrible tentatrice que je suis, je ne dirais pas un mot de plus sur ces retrouvailles et les événements qui s’en suivront !
Je vous dirais cependant que j’ai aimé ce livre, sans l’adorer… Car si Kyle et Rylann sont tous deux des personnages sympathiques, si leur histoire est mignonne comme tout, si leurs retrouvailles m’ont fait sourire, elles n’ont pas su m’émouvoir.
En effet, Julie James rate de peu son coup ici, en présentant des personnages qui demeurent légèrement trop superficiels pour que je les aime autant que je l’aurais voulu. Sur le papier, cette histoire avait tout pour plaire, un criminel repenti sexy, une héroïne forte et indépendante, le retour de personnages secondaires que j’avais apprécié et l’apparition d’autres personnages qui pourraient fort bien se retrouver dans les tomes suivants.
Mais dans l’exécution, il m’a manqué quelques scènes vraiment personnelles et touchantes entre ces deux-là, je n’ai pas trop apprécié le langage parfois un peu trop cru de Kyle (surtout pendant les scènes sexy, mais ça c’est assez personnel pour le coup), et l’histoire se disperse un peu trop dans tous les sens, me laissant l’impression de lire le synopsis d’une sitcom au lieu de celui d’un film. Il a manqué à About that night un fil conducteur plus solide qui aurait permis de lier entre eux tous les événements rapprochant nos personnages…
Pas de panique cependant, Julie James reste une auteur talentueuse et ce livre se lit agréablement, facilement, je ne regrette absolument pas les 3 jours passés à baver sur le physique de dieu grec de notre héros !
Bonne lecture,
Chi-Chi 
  
Publicités

24 réflexions sur “About that night

  1. le poil soyeux!!!! mouahaha!!!les chicken wings!!! huhuhubon, humour mis de coté, ce que je remarque surtout c'est que tu ne semble pas avoir été traumatisé par le fait que ce soit des….RETROUVAILLES!!! (tan tan tan taaaannn *musique a haute teneur en suspense*)Est ce que cela n'aurait pas aussi joué dans la superficialité du couple et ton ressenti???Je m'interroge, mais bon, je ferai mieux d'aller lire celui d'avant hein? ^^

  2. Eh non, en fait, une rencontre qui a duré 45 minutes, 9 ans avant, je ne considère pas que ce sont des retrouvailles AMOUREUSES! Et ce sont celles-là qui me dérangent, le fait de retrouver quelqu'un perdu de vu, cela n'a rien à voir! Et puis la superficialité vient vraiment du manque d'approfondissement de leur relation, le contraire justement de gens qui se connaissent depuis longtemps…Et oui, tu ferais bien d'aller lire A lot like love! 😉

  3. J'ai quand même passé un bon moment Cess! C'est juste que, Julie m'avait habitué à des 16/20 et là, ce n'est qu'un 14…Life's a bitch, I'll let you know… 😉

  4. vouiiii!!! celui là!!! une bombe!je remercie le ciel chaque jour que Chi-Chi m'ait tendu cet ouvrage (comme bien d'autre)Vous ne le saviez pas, mais j'ai érigé un autel à la gloire toute puissante de Chi-Chi

  5. Ta malédiction des déceptions te poursuit ?? Bon, même si c'était pas mauvais mauvais…Enfin, je ne doute pas de ta prochaine Lc avec Cess et Fashion qui saura anéantir cette vilaine malédiction !

  6. Moui, moui, je me souviens trèèèèès bien qu'il a MON Gerard B. comme marraine, enfin, comme parrain… (quand même, rendons-lui ce qui lui appartient)…

  7. Je l'ai lu en une nuit. Je m'étais dit que je le savourerais, mais je n'ai pas pu me contrôler… Je n'étais pas déçue, même si je comprends tes commentaires. J'ai trouvé que le livre était très drôle et mignon, et c'est ce à quoi je m'attendais. Il me semble qu'elle vise plus le côté comédie que l'émotion, mais j'ai pleuré quand même!!! Et en effet, ses livres sont tous assez "Friends", mais ça en fait un peu leur charme… J'appréhendais le blond, mais comme on ne faisait que dire que Kyle était bien coiffée et qu'il le valait bien (plus ou moins), j'ai imaginé Patrick Dempsey plus que Daniel Craig ou le mec de Lost que je ne connais pas 😉 Ca fait passer la pillule de la blondeur…

  8. Ouf te voila Pirouette j'étais inquiète! :)Moi aussi j'ai aimé le livre, c'est juste que je l'ai trouvé un petit cran en dessous des autres Julie James… Quand au blond, je ne suis pas fan par principe, mais il est tellement "L'Oréal" que ça en devenait un élément comique dont il joue lui-même et du coup, j'ai bien aimé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s