My name is Bond, James Bond.

Et je prendrai un Dry Martini, deux olives s’il vous plait.

Aussi loin que remonte ma mémoire, James, l’homme au double zéro et aux multiples visages, a représenté l’archétype de ce qu’était un espion (au service de sa Majesté, cela va de soit).

Il était beau, grand mystérieux. Il avait des costumes d’une classe folle, des voitures de folies et des montres avec des gadgets que McGyver lui envie. 
Il avait des ennemis aussi. Des gens à la solde de l’URSS, des trafiquants d’armes, des trafiquants de drogues, des trafiquants d’uranium. Des vilains pas beaux aux dents bizarres, aux pistolets dorés et aux répliques de le mort – Do you expect me to talk ? – No mister Bond, I expect you to die ! 
Il avait aussi des supers copines aux jambes interminables, qu’il collectionnait comme d’autres collectionnent les timbres ou les cartes postales de l’étranger (non, je ne vise personne voyons).
Et puis un jour, j’ai découvert que James n’était pas le seul espion sexy de la création, qu’en fait, les espions dans la littérature et plus particulièrement dans la romance, c’était une caste à part entière avec toute la panoplie qui va avec.

J’ouvre ainsi la nouvelle saga de l’été : Espion, le métier des héros.

Et laissez moi vous prévenir, que celles qui n’aiment pas leur héros vaillant, charmeur, éblouissant, au physique d’Adonis et à l’âme chevaleresque passent leur chemin. Ici, point de héros de bas étage au charisme de loukoum, il ne sera question que de la crème de la crème en terme de spécimen. Et comme je suis pour la parité, c’est mon coté féministe, il y en aura pour tout le monde. Car si James est l’archétype de l’homme viril et mystérieux, il n’est point besoin d’être un homme pour être un espion. Loin de là. Nos auteurs le prouvent à chaque fois que l’héroïne prend les traits de James…

Les auteurs sont nombreux et débordent d’imagination. Car un espion, c’est finalement une sorte de chevalier des temps modernes (ou moins modernes) qui protège son pays et ses idéaux au péril de sa vie et qui se fera à chaque fois avoir par l’amour, pour notre plus grand plaisir.

J’ai scrupuleusement explorée ma bibliothèque et celle de Chi-Chi. Nous avons toutes deux fouillé nos mémoires respectives, et les noms ont commencé à pleuvoir. Ainsi, si peu d’auteurs se spécialisent exclusivement dans l’espion, il n’est pas rare dans les bibliographies de nos chouchous de découvrir des espions, avec leurs caractéristiques, leur attributs, leur aura !

Chez les contemporains il y a Linda Howard avec entres autres la série Médina, Anne Stuart et sa série ICE, ou encore Ken Follett

Chez les historiques vous trouverez Lian Hearn et son « Clan des Otori », Susan Enoch et « Lady Rogue », Julia Quinn avec sa série des agents de la couronnes (To catch an heiress et How to marry a Marquis – Comment séduire un marquis), Jenna Petersen et sa série « Au service de la couronne » (oui, beaucoup d’imagination chez les auteurs).
Il y a même des livres comme « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » (quoique l’espionnage ne soit qu’un prétexte finalement) ou « Shalimar » de Rebecca Ryman sans parler du Mouron Rouge de la Baronne Orczy.
Enfin, l’espion est un vecteur de phantasme tel que certains auteurs en ont fait leur marque de fabrique. James Bond a d’abord été un héros sur papier, si on y réfléchit bien. Ainsi, je me souviens d’une époque pas si lointaine où j’ai découvert Céleste Bradley, qui a dédié aux espions 2 séries complètes. Je me rappelle mes soupirs rêveurs à la lecture des aventures des « Menteurs ». Et puis il y a bien sûr eu la découverte de Lauren Willig et de son jardin
C’est finalement Lauren qui m’aura fait rechuter dans les bras des espions. Ses héros sont comme une invitations à replonger avec délices dans les bras de l’espionnage, vous offrant en ce mois d’août une série en plusieurs épisodes.

Episode 1 – Linda Howard « Qui a parlé du mâle alpha ? »
Episode 2 – Celeste Bradley « Le cercle des menteurs disparus »
Episode 3 – Jenna Petersen « Au service de la couronne »
Episode 4 – Ken Follet « CIA – charisme, intelligence et awesomitude »
Episode 5 – Lauren Willig « Le jardin aux pistolets d’or »

En attendant la semaine prochaine, vous avez plein d’articles à relire, et plein d’espions à découvrir d’ores et déjà !

 
Bonne lecture,
Tam-Tam
  

Publicités

10 réflexions sur “My name is Bond, James Bond.

  1. Il y a aussi la série Fallen Angel de Mary Jo Putney (historique), mais je ne sais pas si elle est traduite en français.Sinon, je finis justement un livre où il n'est pas question directement d'espions, mais de détectives travaillant à Scotland Yard à la fin du XIXème siècle. Il y a quand même des similarités avec le métier d'espion : jouer des rôles, attraper des criminels, courses-poursuites, coups de feu… En fait, ça m'a fait penser à des histoires style film de Hitchcock. Je vais en écrire la chronique bientôt.

  2. Pimpi m'a convertie à Lauren Willig et j'aime beaucoup. Je découvrirais bien d'autres espions. D'ailleurs, j'avais trouvé une autre série qui n'est pas citée ici qui parlait d'espions à l'époque de la Régence et dont j'ai oublié le nom (commentaire hautement utile s'il en est, mais çà me trotte dans la tête depuis que j'ai lu l'article ce matin).

  3. Tam-Tam étant en vacances, je réponds pour elle que nous ne connaissons pas cette série mais c'est noté! :o) C'est quoi, le titre de ce livre que tu viens de finir?

  4. Non je n'ai pas encore retrouvé, je pense avoir téléchargé un extrait sur mon kindle, mais je l'avais oublié (çà n'aide pas). Et çà m'énerve de ne pas retrouver ! Je vous tiens au courant dès que je retrouve (soyons optimiste !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s