Quand souffle le vent du nord

… je sors ma bouillotte, perso. 

Mais bon, ça c’est moi hein, parce que même si je ne suis pas frileuse pour deux sous, quand le vent souffle, je frissonne (et là je réalise que ce genre de fin de phrase pourrait presque sonner sensuel)(par ailleurs si j’en suis à parler de chair de poule, c’est qu’il doit faire bien frais chez moi).

Mais le vent du nord ne souffle pas, la météo, quoique froide, nous a accordé quelques jours de soleil et j’en ai profité pour m’enchainer à mon bureau et travailler (et là je réalise que vous n’êtes pas ici pour parler météo) (ni vraiment de mon travail, puisqu’on est sur le sujet des choses à ne pas évoquer).

Le vent du nord, en revanche, a soufflé sur ma lecture.

Tout a commencé un après-midi par une excursion dans une librairie en Tam-Tamland. Je m’étais levée le matin avec Maccon et Alexia (pardon pour l’aspect quasi obsessionnel que prend cette série, mais promis, c’est la dernière fois) et je n’avais absolument aucune intention d’acheter un livre.

Mais j’étais accompagnée (d’ailleurs, je blâme entièrement Stéphanie pour m’avoir attirée dans cet antre tentateur), et j’ai été faible. J’ai craqué sous la verve qu’a déployée Stéphanie pour me présenter « Quand souffle le vent du nord » de Daniel Glattauer:

« c’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui s’échangent des mails »
« au début ils ne se connaissent pas du tout, ce n’est que par hasard que leur correspondance débute »
« au fur et a mesure, ils se prennent au jeu »
« la fin est parfaite »

Vous admettrez qu’il m’était très difficile de ne pas fondre devant une telle présentation.

D’abord, parce que le principe des lettres envoyées à un ou une inconnu(e) n’est pas sans me rappeler « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » Mary Ann Shaffer et Annie Barrows où Juliet est le pivot d’une correspondance épistolaire avec les habitants de l’île de Guernesey. Par ailleurs le concept de l’échange de « mails » spécifiquement ne pouvait que me rappeler le terriblement savoureux « Pour un Tweet avec toi » de Teresa Medeiros.

Bref, au moment où Stéphanie prononçait ces paroles, elle me condamnait à plusieurs heures de lecture. Vous me direz, ce n’est pas très grave d’être condamnée à lire, je vous répondrais que tout dépend des circonstances…

Je m’explique.
Ce roman s’établit comme un dialogue entre Leo Leike et Emmi Rothner.  
Emmi envoie un mail de résiliation, se trompe d’adresse, tombe sur Leo. Des mois plus tard, encore par erreur, Leo recoit un mail commun de bonne année. Mal luné ce jour là, il répond, surprise par le ton cassant de l’homme, Emmi répond à son tour…
 
Si les premiers mails sont fortuits, une relation très intime nait au fil des mails. Avec elle se dessine au fil des pages Leo et Emmi, chaque mail révélant un ou deux détails, chaque phrase déshabillant peu à peu les personnages: Emmi et ses humeurs, ses envies son mariage; Leo et sa maladresse, son intelligence, sa rupture…

Chaque lecteur aura son interprétation propre des personnages, mais l’auteur, dans son infini génie, saura faire monter la tension, toujours un peu plus loin dans la mystère; il saura vous faire vous interroger avec hargne (sans jamais vraiment poser la question) et saura vous séduire de ses mots. 

Il a titillé ma curiosité jusqu’à me faire mourir d’envie d’aller commettre l’irréparable (tricher et lire la fin). Stéphanie m’a enjoint d’être forte. Ce fut dur mais j’ai tenu bon et j’ai vu. J’ai vu qu’il fallait résister et que le jeu de l’auteur valait bien quelques heures de sommeil en moins. Attention, point de fin en explosion de poneys à paillettes mais une fin « parfaite ».

En plus bonne nouvelle, il parait que le tome 2 est sorti en poche….

Bonne lecture, 

Tam-Tam 

PS à l’intention de ma chère Chi-Chi: je profite honteusement de ton absence pour chroniquer une fausse romance, c’est mal je sais, mais tu as vu la belle photo? Ce collier va tellement bien t’aller!
Publicités

25 réflexions sur “Quand souffle le vent du nord

  1. J'ai pas franchement adhéré à cette lecture… ils m'ont tapé sur le système !! J'avais surtout beaucoup de peine pour le mari ! :(Un peu mieux aimé le tome 2, sauf la fin… mais on en reparlera d'ici là !

  2. Lazulij me l'avait aussi chaudement recommandé quand on s'est vu à Paris, le jour où elle m'a offert mon premier Kristan Higgins ❤ Mais comme elle m'a donné 5 livres et m'a persuadée d'en acheter trois autres, celui-ci était le livre de trop, et je ne l'ai toujours pas lu. Mais ta chronique me donne envie!! Une fausse romance!! C'est une honte!! 😀

  3. Je suis pas encore prete à lire le Tome 2, je ne sais pas de quoi j'ai envie, mais j'ai des envies de lectures tellement imprécises que je n'ai pas de livre en cours….Honte sur moi, ma vache, etc, n'est ce pas?

  4. il est court, c'est pour ca que j'ai tout dévoré… plus long les personnages m'auraient sans doute agacé. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas envie de lire le suivant tout de suite!

  5. on en a parlé au Bureau à Brive il me semble… est-ce la Stéphanie à laquelle je pense? Est-ce le livre auquel je pense? Et dire que le départ de Chichi était sensé réduire nos envies d'achat de livres… Je me gausse…

  6. OUi, et oui, encore oui, et NOOOONNNN!!!!Absolument pas! tu auras toujours envie de lire de nouveaux livres!!! non mais!Chi-Chi me maudirait si je faillissais à ma mission!

  7. Je plaide coupable, je n'ai même pas honte, et je récidiverais :)D'ailleurs vendredi je t'ai parlé de 84 Charing cross road, qui n'est pas une romance, mais une vraie déclaration d'amour à la lecture 🙂

  8. Ah non mais là je proteste A MORT!!!! Charing cross road, c'est très beau mais cela m'a fichu le cafard pendant des semaines!!!! Déjà celui-là, je n'ai pas aimé mais là, non, pitié! (et oui, il y a un film)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s