Longtemps j’ai rêvé de toi

Le problème avec les séries formidables en plusieurs tomes, c’est cette sensation de vide quand on aperçoit le mot « fin », quand on sait qu’on va devoir laisser derrière soi des personnages que l’on a appris à aimer, et qu’on considérerait presque comme de vieux amis. 
 


Chez moi, cette sensation prend souvent la forme du syndrome « je sais pas quoi lire »  qui traîne pendant plusieurs jours, semaines et même parfois mois et se ponctue par des crises de « j’ai rien à lire » et autre « j’ai pas envie de lire ».
 
Il traîne jusqu’à ce que quelqu’un, quelque part me tende un nouvel ouvrage et me dise « tiens, lis le, c’est bien », comme si enfin cette personne m’enlevait toute possibilité de choix et me remettait en selle. 
 


Après avoir laissé Alexia et Connal vaquer à leurs occupations à la fin du cinquième tome de la série du « Protectorat de l’ombrelle » (j’avais promis de ne plus en parler, je sais, c’est mal), j’ai reconnu les signes avant-coureur du syndrome. J’ai donc passé de nombreuses heures à lire les articles des copines bloggeuses, à la recherche du « rebound book ». Une sorte de cure de vitamine livresque…

Et l’article de patacaisse sur le récemment sorti « Longtemps j’ai rêvé de toi » d’Anne Mallory est passé par là. On m’annonçait un historique plein de mystère, une vengeance à accomplir, une attraction animale entre les personnages, une héroïne qui a du cran, un héros au passé meurtri. Bref, ça s’annonçait génial.

Du coup je me suis précipité sur l’affaire.

J’ai lu, j’ai vu, j’ai été vaincue…

Ce livre, sans être une horreur, fait clairement parti des « moyens ». Il présentent de très bonnes idées, les personnages sont attachants et leur relation est intrigante, mais il y a ce détail qui chez moi n’a pas fonctionné. J’ai réfléchi au pourquoi du comment. 

Pourquoi un livre présenté comme une grande réussite ne fonctionnait pas avec moi.

Et c’est tout d’abord le rythme:

Le rythme du livre, l’enchainement des actions, les révélations au cours des chapitres… Il y a comme un déséquilibre qui m’a empêché de me plonger complètement dans l’histoire entre Andreas Merrick et Phoebe Pace.

Au début du livre, il est question d’une vengeance. Andreas veut se venger d’on ne sait qui pour une raison qu’on ignore. S’ajoute à l’équation Phoebe, qui pour une raison toujours inconnue, tiendrait un rôle dans cette vengeance (à l’insu de son plein gré).

Cette dernière se retrouve un beau jour dans le bureau d’Andreas pour lui demander une faveur. Elle souhaite trouver une solution pour payer les dettes de sa famille et propose en échange son aide. Quelle aide? On ne sait pas vraiment. Contre tout attente (et à son corps défendant) Andreas accepte.

Et là, je me suis dit, bon, tu es dans le flou le plus artistique, l’auteur t’as fort élégamment harponné en te présentant pléthore de questions, tu n’as plus d’autre choix que de lire le livre pour tout comprendre…
 

Je continue donc la lecture, je comprends qu’Andreas a un passé très sombre et assez douloureux, qu’il doit être usurier, ou quelque chose comme cela, mais on ne sait pas pourquoi tant de violence règne autour de lui. 
On découvre que Phoebe est une femme plein de ressources, mais on ne sait pas vraiment pourquoi elle agit comme elle le fait. Pourquoi elle s’interesse à Andreas.
Et puis on les voit évoluer aux fils des pages. On sent comme un jeu entre les deux, mais un jeu de quoi? Un jeu de séduction, sans aucun doute, puisque je tiens dans mes mains une romance, mais que ce soit dans la pratique ou entre les lignes, aucun de nos héros ne dévoilent pas son jeu (pas même à nous, lecteur supposément omniscient).

Et c’est sans doute cela le deuxième problème majeur. A trop vouloir garder leur « jeu » mystérieux, l’auteur oublie que le narrateur ne devrait pas se sentir complètement exclus, et devrait sentir cette tension sexuelle ou amoureuse.

Les idées étaient bonnes, les héros sont plein d’intelligence, subtiles et assez charismatiques dans leur genre, mais je me suis toujours sentie exclue de leur histoire. 

Je ressors de cette histoire un tantinet decue, et toujours perplexe devant les choix de l’auteur (qui finit par nous donner des explications sur le passé des personnages 2 chapitres avant la fin).

Je vous dirai bien bonne lecture, mais j’ai déjà menti une fois…
Tam-Tam

Publicités

16 réflexions sur “Longtemps j’ai rêvé de toi

  1. hihi, ça me fait rire puisque lors ma dernière romance Les leçons d'une courtisane, c'était l'inverse ! Tout était dit dans les 10 premières pages ! Pas de surprise, tout se devine, et puis au cas où, on explique bien clairement les choses aux lecteurs (lectrices ?) des fois qu'il n'aurait pas compris quand même ! ^^

  2. J'oubliais… est-ce que cette petite lecture t'a au moins permis de tourner la page d'A&C ??Personnellement, j'ai changé de genre pour éviter les comparaisons même si, étonnement, il y a encore des vampires et la reine Victoria ! (Qui a d'ailleurs épousé le comte Dracula !)

  3. ouais…sauf que là…rien n'est véritablement révélé avant les derniers chapitre genre 'je sors tout de mon chapeau, houdini magiiie!!!"j'aime pas le concept du "je vous laisse dans le noir, histoire de faire mystérieux".

  4. mais pas du tout, c'est moi qui étais sans doute pas dans le bon etat d'esprit. C'est toujours dur après un e livre exceptionnel. On veux retrouver les sensations de la découverte de CE livre, du coup on est plus enclin a voir tous les défauts du "rebound book". c'est vraiment comme un rebound guy après une histoire d'amour!!

  5. Ah je n'ai jamais lu cette auteur donc je ne peux rien dire désolée ! J'espère que ce sera le livre qu'il te fallait ! On y croit !Et sinon, tu peux toujours t'exiler dans une tour du château, en pleurant éternellement, à la recherche d'un bon livre ! Ou pas !

  6. Euh quoi de Meg Cabot? Parce que j'en ai lu pas mal et je ne suis pas super convaincue que ce soit ce qu'il te faut… Sinon, je n'aime pas les livres où on ne comprends pas le pourquoi du comment des personnages! :-/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s