Suddenly one summer

Quand Tam-Tam et Chi-Chi sont sur un canapé, ça donne l’article de Suddenly one summer, le dernier Julie James, comme décrit ci-dessous :

C’est l’histoire d’une fille, un soir elle rentre chez elle, elle vit dans une belle maison dans un quartier bien comme il faut, elle a un super système d’alarme, elle est prudente et ré-arme son système après être rentrée chez elle (tard parce qu’elle est avocate et qu’elle travaille beaucoup), et va s’endormir (parce que demain elle va encore travailler beaucoup, elle est comme ça notre héroïne, conscience professionnelle de malade et tout et tout).

Alors déjà, rien à voir, mais vous auriez du voir la rapidité de frappe de Chi-Chi, un truc de fou ce nombre de mot à la minute, je suis encore estomaquée et sous le choc, à tel point que je me devais de vous en parler. En plus maintenant, j’ai Romain Duris et Deborah François en tête…
Mais revenons à notre héroïne…

Et puis, pas de chance, notre Victoria, qui a plutôt la classe il faut bien l’avouer, va vivre une expérience que je ne lui envie pas du tout (et qui me fait même assez franchement flipper) : une « home-invasion », comprendre un cambriolage alors qu’elle est chez elle. Comme c’est une super héroïne et qu’elle est smart et qu’elle a de bons réflexes, elle se planque dans son dressing et appelle la cavalerie qui arrive, les voleurs sont arrêtés, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Tout?

Non.

Sauf un petit détaillounet qui est que, suite à l’incident, Victoria se met à faire des crises d’angoisse de malade, et réalise qu’elle va devoir déménager, associant à tout jamais sa jolie maison de ville à cet épisode malheureux.

Déjà, heureusement qu’elle avait un dressing! Parce que moi, je ne pense pas que je rentre dans ma commode hein… ou alors en morceaux… Mais c’est un détail, avouons-le!

Entre la vente de la jolie maison et l’achat d’un nouvel appart ultra-sécurisé, elle décide de s’installer pour l’été dans l’appart d’un ami d’un collègue. Appart qui est doté de murs en papier de riz (vie communautaire avec le voisin pas en option) et d’un voisinage charmant : le beau (très très charmant) Ford.

J’ai eu des murs comme ça. J’étais étudiante et je n’avais pas la vie débridée de ma voisine délurée. Oui, j’ai été élevée chez les princesses, et les princesses ont besoin de leur beauty sleep! Pourquoi ça a un rapport avec la lecture? Parce que partager la vie nocturne de son voisin, c’est pas forcément reposant.

Je ne vous fait pas un dessin, Victoria, Ford, la vie sexuelle de Ford, plein de préjugés et des murs trop fins, vous rajoutez dans l’équation une petite sœur dans une situation délicate et plein de raisons plus ou moins valables pour jeter nos deux tourtereaux dans la même pièce, et cela vous fait une petite romance d’été charmante, pétillante et légère comme Julie James sait si bien les faire!

D’autant que nos deux héros ont été agrémenté de toute la panoplie « gros bagage et trust issues ». Père alcoolique pour monsieur, père absent suite au divorce pour madame (et vous ajoutez une carrière qui ne vous donne pas envie de croire en la bonté de la nature humaine) (elle s’est spécialisée en droit de la famille et en divorces sordides).  
Pas besoin d’avoir un doctorat en paillettes pour savoir qu’il va y avoir de la remise en 
question, avec pas mal d’étincelles…

Je vous laisse sur ces bons sentiments, pas la peine d’en dire plus, vous connaissez l’essentiel!

Bonne lecture,

Oui, vraiment bonne!

Chi-Chi

Tam-Tam

PS : Ce livre ne fait pas partie d’une série, même si l’on y retrouve quelques personnages de la série FBI/District attorney (une de nous chouchoutes en ces lieux)!

Publicités

10 réflexions sur “Suddenly one summer

  1. Bon, ce commentaire n’a rien à voir avec le livre, mais la chronique m’a faite bien rire, sachant que je venais de terminer le film « Populaire » y’a à peine 10 minutes 😉

  2. Ah j’ai hâte qu’il soit traduit en français ! 🙂

    (perso pareil pour le dressing, à la rigueur je peux me planquer dans ma penderie But (beaucoup moins glamour qu’un dressing) mais je ne suis pas sûre qu’elle résiste à mon poids (donc pas génial niveau discrétion … ^^)

    • Je me souviens d’une NR je crois ou l’héroïne se plaquais dans un placard sous un lavabo pour échapper au méchant venu la liquider… je m’étais imaginer devoir le faire… ce que j’avais ri!

      • alors cette année c’est mort, pas de placard sous le lavabo et l’année dernière avant même de me contorsionner pour rentrer dedans, le temps de le vider je pense que j’étais déjà assassinée … 😀

  3. Alors j’ai enfin fini, parce que j’avais pris un mois de retard dans ma PAL! Et j’ai vraiment aimé!

    Je le trouve encore plus pétillant que les derniers. Il y a moins de détails juridiques ou de discussions sur la vie d’un avocat, peut-être. En tout cas, j’ai trouvé que le côté pro était réaliste, mais pas trop lourd, et cela laissait plus de place pour le personnel. Un très bon moment de lecture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s