Le Chardon et le Tartan, ou la sexytude de la jupe

Le livre d’aujourd’hui est une institution dans ma bibliothèque. A chaque regard que je lance à ma bibliothèque, je me lamente que Chi-Chi n’aime pas les sagas. Imaginez, c’est comme si dès le début de notre relation littéraire je lui avais annoncé que « la régence, c’est pas possible ». J’imagine que notre amitié aurait peut-être pu naître, mais je suis pratiquement persuadée que si j’avais ajouté que les séries, c’était « no way », j’aurais sûrement atterri sur les fesses, sur le paillasson de son château en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Bridgerton.

Heureusement, j’aime les séries et la régence et elle a eu la sagesse de ne pas mentionner ce petit détail immédiatement. Je n’ai appris son aversion pour les histoires en 10 tomes qu’une fois notre amitié irrémédiablement établie (you know I still love you anyway, don’t you dear ?). Sauf que, amitié ou pas, je n’avais pas la même motivation pour écrire mon billet.

Que ce dernier soit d’une qualité exemplaire, écrit dans une style formidable, plein de références hilarantes, tourné avec beaucoup d’intelligence le tout sans une seule faute d’orthographe (qui est mon objectif à chaque fois, sachez le), Chi-Chi n’irait pas lire le-dit livre.
Et vous le savez à présent, j’aime vivre dans l’urgence. Sans l’urgence de faire lire un livre fétiche, ce poste est donc resté bloqué dans mon imagination pendant de longs mois…

Jusqu’à ce que Pimpi me dévoile son affection pour les histoire sur plusieurs tomes. C’était par là même l’occasion pour moi de faire avec elle une lecture commune. Comme elle est délicieusement compréhensive, elle a consentie à découvrir Outlander et Jamie Fraser, tandis que j’en faisais la (énième) relecture.

Et si le concept de LC (oui, ici on aime parler en acronyme, ça fait toujours plus pro) ne m’avait jamais tenté pour moi-même, cette lecture avec elle m’a ravie. Imaginez, c’est un peu comme regarder Star Wars avec quelqu’un qui ne l’a jamais vu et observer son visage tandis qu’il découvre (avec effroi) qui est le père de Luke (toutes mes excuses pour les infortunées qui ne le savaient pas). La personne qui sait vit le cliffhanger par anticipation.

« Je suis ton père Luke ».
Toute une oeuvre se résume en une phrase. « James Alexander Malcolm MacKenzie Fraser »

Pimpi, c’est à ce moment précis qu’elle a fondu. Je vous avouerais, moi depuis le temps, je ne sais plus quand Jamie est devenu la personnification de toute la perfection du héros écossais. AnimeJune, auteur de Gossamer Obsessions a d’ailleurs trouvé la phrase parfaite pour résumer la personne de Jamie Fraser (je lui pardonne ainsi de ne pas avoir aimé le livre autant que moi).
« There’s never been, nor will there ever be, a man born of a human woman who can ever even hope to approach the pure and glorious manliness of Jamie Fraser ».
Ce qui donne en français dans le texte (référence aux comptine de l’enfance inclues): « Jamais on a vu, jamais on ne verra, un homme né d’une femme humaine, qui pourra ne serait-ce que caresser l’espoir d’approcher la pure et glorieuse masculinité de Jamie Fraser ».

Voilà, le héros est posé. Je pourrais presque vous laissez aller vous précipiter chez votre libraire pour vous en procurer un exemplaire – du livre hein, pas du héros.  Malheureusement !

Mon travail est quasi bouclé. Mais pour les quelques dubitatives, voyons comment vous faire craquer… Pour vous, l’homme grand, roux, en kilt, puceau, et écossais est l’antéchrist de la sexytude ? C’est bien simple, Le chardon et le tartan, au-delà de son intrigue historique hyper documentée et fort élégamment écrite, c’est le livre qui vous fera (normalement) changer d’avis.

Préparez-vous à êtres séduites !

Il était donc une fois Claire, infirmière de son état, qui vient de subir six années sur le front pendant la Seconde Guerre Mondiale et s’en va en vacances en Ecosse avec son mari Franck. C’est en effet en Ecosse que nos deux touristes avaient été unis et avaient passé quelques jours de voyages de noces à l’aube du conflit.

Plusieurs années ont passé, et le téléphone portable, internet et Skype n’existant pas alors, ils n’ont pas eu beaucoup d’échanges et cherchent à recréer l’atmosphère intime et enthousiaste des premiers temps.

Cerise sur le shortbread, Franck est historien, et l’Ecosse est un lieu clé pour lui et l’histoire de sa famille. Pour en savoir plus sur cet ancêtre qui hante les livres d’histoire, le capitaine Randall, il passe de longues heures farfouiller dans des archives poussiéreuses et à deviser avec l’autochtone.

Claire, qui malgré l’effort syndical de l’épouse pour s’intéresser au sujet, est vite dépassée sous le flot d’informations et décide de laisser son mari à ses occupations pour aller explorer ce petit coin des Highlands où ils logent. Entre deux fleurs et trois cailloux (oui, les cailloux sont une vieille obsession of mine), elle découvre un cercle de pierres levées. Un Stonehenge en kilt si vous le voulez. Hasard et coïncidence, Claire pose la main sur le cercle, et se retrouve catapultée plusieurs siècles plus tôt.

Et c’est là que tout se corse. Claire, passé un petit moment de surprise et une rencontre fortuite avec de fiers Highlanders finit par faire preuve d’une adaptabilité que je lui envie. La partie cartésienne de mon esprit ne peut que s’étonner d’une telle nonchalance, mais celle qui est tombée tout de suite raide dingue de l’histoire la bâillonne et hurle à qui veut bien l’entendre qu’après six années de guerre, il en faut sans doute plus pour faire paniquer une infirmière. Reste que notre anglaise est tout de même dans une posture sacrément compliquée :

– Les frères Colum et Dougal, leaders du clan des MacKenzie sur les terres desquels elle a atterri la croient espionne ; à la solde de qui, c’est encore à définir, mais ils la placent sous résidence surveillée.
– Pour la protéger d’un certain capitaine anglais aux pulsions sadiques et parfois incestueuses, la voilà mariée à Jamie, guerrier blessé rencontré dès son arrivée.
– Et parce que bon, l’Ecosse à cet époque, c’est le racisme anti-anglais à son paroxysme, c’est la place de la femme au même niveau que les oies de la basse-cour, c’est la chasse aux sorcières, la guerre, la famine et l’absence de chauffage central.

Mais il y a Jamie. Et Jamie, même pour moi qui pleure quand une chaudière en panne fait tomber le mercure en dessous de la barre fatidique des 15 degrés, j’aurais supporté !
Oui, juste pour Jamie, son courage, sa loyauté, son intelligence, son charisme, le galbe de son mollet et son regard pénétrant…

800 pages à la gloire de l’Ecosse, son histoire, ses highlanders, ses combats, ses paysages. Une saga entière à la gloire d’un homme qui me fait encore soupirer rêveusement lorsque je vois des kilts ou des motifs à carreaux.

Laissez-vous aussi séduire par ce cocktail magique et tentateur.

Bonne lecture,
Tam-Tam

PS : Les titres de la saga Le chardon et le Tartan, dans l’ordre :
Outlander (La porte de pierre & Le bucher des sorcières)
Dragonfly in amber (Le talisman &  Les flammes de la rébellion)
Voyager (Le voyage)
Drums of autumn (Les tambours de l’automne)
The fiery cross (La croix de feu, Le temps des rêves & La voie des songes)
A breath of snow and ashes (La cendre et la neige, Les grandes désespérances & Les canons de la liberté)
An echo in the bone (L’écho des cœurs lointains : Le prix de l’indépendance & Les fils de la liberté)
A venir en 2013 : Written in my own heart’s blood

Publicités

55 réflexions sur “Le Chardon et le Tartan, ou la sexytude de la jupe

  1. Pour une fois je ne te suis pas, je n'ai aimé ni Jamie, ni Claire, ni la fin (je n'ai lu que Outlander, donc fin pourrie puisqu'il faut lire les suivants, et je n'ai jamais eu envie de lire la suite).

  2. Pareil que Rinou. Et perso je nai pas trouvé crédible du tout que le héros décris comme l'est soit encore puceau à son âge! ^^Et l'héroine ahh envie de la baffer toutes les deux pages!

  3. Hum, là je suis très partagée parce que je sais qu Rinou et moi avons des gouts très similaires en matière d'historiques… Qui croire?… C'est que le time-travel, je n'aime pas trop, et le résumé ne m'a jamais attiré… Il n'y a que ton avis qui me fait pencher du coté positif! Par ailleurs, je proteste VIOLEMMENT contre cette réputation que tu me fais, je n'aime pas les sagas mais je t'aurais pardonné de ne pas aimer les séries!

  4. Moi, je vous dirais que j'ai adoré malgré justement les éléments pas crédibles, comme la virginité de Jamie… et tout un tas d'autre choses. Je pense en fait que Outlander, c'est un état d'esprit, si on est dedans, tout passe. Si on n'est pas dedans, il y a des tonnes de trucs à critiquer!!!

  5. Alalala … Jamie … J'ai lu ces livres au tout tout début de leur parution en France (ça date …) Et j'avais vraiment beaucoup aimé ! Mais le soucis, c'est que c'est une saga (quoique certaine saga sont vraiment très bien), une très très très longue saga. J'avoue avoir décroché après les tambours de l'automne … Ça devient trop (je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher l'histoire) … trop long, trop compliqué …

  6. Je rajouterai juste une petite chose : quelle idée à la noix pour les éditeurs français d'avoir morcelé l'histoire en autant de tomes !!! Ca a contribué à mon découragement.

  7. snif…mon grand roux si séduisant, je le garde pour moi^^blague à part, c'est étrange cette réaction que provoque ce livre…il existe difficilement un juste milieu. C'est l'amour fou ou la haine féroce!

  8. Une partie mesquine de ma personne a envie de te répondre qu'un vampire qui boit du sang, c'est vachement moins crédible qu'un puceau de 23…mais après bon, tout peut s'argumenter hein ^^

  9. alors je n'ai pas lu les premiers en anglais. A breath of snow and ashes par contre oui. Il faut un niveau quand même élevé, avec tous les idiomatismes écossais et l'accent qui transparait dans tous les dialogues (ce qui est au passage génial)

  10. Attend le bon moment, ce n'est pas comme si tu n'avais pas tout plein d'autre bonnes choses à lire avant!Quant au reste…mmm, peut etre exagère-je un chouilla ^^

  11. oui, perso je suis aussi en retard. Mais un jour je finirai par lire les tomes restant. C'est toujours rassurant de savoir qu'on a des très bon livres en back up!

  12. LA série qui m'a fait découvrir la romance ! Le début est super, Jamie excellent, puis peu à peu, comme le dit Azariel, cela devient trop…Je n'ai pas terminé, j'en suis aux Canon de la liberté. Je reprendrai la lecture un de ces jours !

  13. Je ne peux qu'approuver…Moi qui n'est jamais eu de mal à voir vieillir mes personnages, j'avoue une hystérie absente des derniers tomes. Je finirais presque par les aborder comme des vieux amis. Peut etre aussi parce que la romance y est moins présente…je ne sais pas bien au juste. Mais Jamie, c'est forever anyway!

  14. Alors pour le style, j'ai lu les premiers en francais et je les relis très souvent dans cette version. Je ne suis pas choquée. Alors que lire un J'ai Lu me demande beaucoup de tolérance parfois, lire la VF de ce livre ne me coute pas plus que cela. Et c'est bien moins difficile de se mettre dedans!

  15. hahaaahaaahaaa !!!! J'hyperventile !!Jaaammiiiiiie !!!! Ho mon petit écossais à poil roux !! C'est pour lui que j'aime l'écosse, les kilts et le whisky (si mon homme savait… la honte !) Il me reste les derniers tomes à lire.. finalement pas beaucoup, ça me tente de les reprendre du coup ! J'ai justement re(re)lu le 1 y a pas longtemps. tu vas continuer de les relire avec Pimpi ?Pimpi d'ailleurs, comment oses-tu dire qu'il y aurait des trucs à critiquer ??! ;o) Mon Jamie est incriticable ! (quoi je suis pas du tout objective !) Hihiiii

  16. hihihi…Jamie a cet effet sur pas mal de monde il faut croire ^^Quant à la relecture des autres. Je ne crois pas. Le un reste mon préféré. (du moins le début de la saga. Amérique m'a moins intéressé…étrangement…Donc même si je les relis avec Pimpi, je n'en ferai pas la chronique!

  17. Moi, je suis super fan. J'ai trouve Le Chardon et le Tartan avec France Loisirs quand j'avais 15 ans (Ahh, je me fais vieille!!) et j'ai trouve l'histoire geniale (ma mere par contre etait horrifiee que je lise un livre avec autant de sexe). Sauf que je ne savais pas qu'il y avait d'autres tomes… Maintenant je les ais tous en anglais et je les trouve vraiment bien. Mais c'est sur qu'il ne faut pas les lire en esperant avoir juste une histoire d'amour a la Harlequin. Le detail est enorme dans tous les sujets, mais surtout la medecine et je trouve ca fascinant. A l'origine, j'etais decue qu'ils aillent en Amerique, mais apparemment ils retournent en Ecosse dans le prochain…

  18. Bonjour ! je suis contente de lire ENFIN ce que les français(es) pensent de la série OUTLANDER car je suis surtout branchée GBetUS versions.Je suis "tombée dedans" il y a 12ans et ai relu (relis)ts les tomes plusieurs fois en attendant la sortie du prochain (2013 ?)Quand on peut, c'est mieux-àmon avis-de lire cette série en Anglais, ce qui colle mieux aux personnages et à l'histoire (mais il y a des phrases en fr.de temps en temps qd c'est nécessaire ds l'histoire)car c'est un peu comme la différence entre un film en VO et un film doublé. par ex.je suis bien d'accord avec Pauline. Cherchez sur Internet, il y a bcp de sites, en Anglais, autour de cette série. Bref, je suis FAN et super ADDICT !! Un grand bravo à l'auteur Mrs.Diana GABALDON. Bonne lecture à toutes (et tous ?). Peristeri K

  19. Tu as vu que je possède moi aussi la version France Loisirs…Je me procure maintenant les tomes en langue anglaise, mais d'un point de vue purement objectif, un néophyte à la langue anglaise risque d'avoir du mal à vraiment profiter de la lecture. Perso, je préfère toujours la VO, mais cette VF ne me choque pas autant que d'autres (CF. Mr. Perfect de Linda Howard)

  20. haha…une addict de Jamie! On va s'entendre alors! Il y a pas mal de française qui sont fan de Jamie. De mémoire, il y a meme un forum de lecture entier (s'il existe toujours) qui lui ai dédié: "les Gabaldingues" je crois. Je ❤ Jamie!! ^^

  21. Les phrases francaises dans les bouquins en VO sont tres suspectes quand meme; je suis toujours temptee d'ecrire a Diana pour lui dire de me contacter quand elle veut parce que ses traducteurs habituels sont nuls…

  22. Ah, je suis allee prendre mon premier tome directement pour en trouver et bien sur, je cale; c'est que ca fait beaucoup de pages a tourner… Tout ce que je me rappelle pour le moment c'est que dans le premier livre ou le fils de Fergus apparait, il s'appelle Germaine, pas Germain (!)

  23. alors là, honteusement, j'ai presque envie de dire que c'est de la faute aux recherches docu de Diana…Parce qu'il est quand meme sensé etre de père français. Et germaine, c'est pas un prénom de fille…sauf si là tu m'annonce que la traduction a carrément changé le sex du gamin (ce dont je ne me souvient pas alors meme que j'ai lu les derniers tomes en anglais)l'affaire s'epaissit! ^^

  24. Moi par principe je n'aime ni les séries ni les sagas. Maintenant j'ai dit "par principe"… c'est comme ça que je me suis retrouvée embrigadée par les 2 séries de Suzanne Brockmann, celle de SEP et les x trilogies de Kleypas et autres ;))Et donc s'il faut préciser, les sagas oui, les séries à rallonge j'essaye d'éviter.Maintenant j'ai quand même des limites visiblement, Eve Dallas et ses 40 volets, jamais (enfin si, j'ai dû en lire un plus-que-bof). Pour moi l'histoire d'amour d'un couple peut s'étendre sur 2 ou 3 (voire 4 ;)) livres mais se conclure quand même et après ça m'intéresse pas tant que ça de les revoir.Quand à Outlander je ne le mets pas dans la liste des "impossible-pour-moi" mais plutôt dans celle des "un-jour-peut-être".

  25. moui.. j'avais moins aimé l'Amérique aussi… c'est pour ça que j'avais un peu abandonné… mais je lis Pauline qui dit qu'ils vont retourner en Ecosse alors je souris !

  26. On m'a récemment intimé de lire cette série. Et les lectrices-prescriptrices étaient toutes frétillantes en me parlant de Jamie… c'est donc une lecture prévue pour ce printemps avec trois autres "non-initiées".

  27. Pingback: La ronde des saisons, dans la vraie vie | In need of prince charming

  28. Pingback: Classement AAR 2013 | In need of prince charming

  29. Pingback: Outlander (oui, encore) | In need of prince charming

  30. « Jamais on a vu, jamais on ne verra, un homme né d’une femme humaine, qui pourra ne serait-ce que caresser l’espoir d’approcher la pure et glorieuse masculinité de Jamie Fraser ».
    J’adoooore…….. il me tarde de le rencontrer dans le livre!!!!!!! :sautille partout:

  31. Pingback: La virginité masculine, la licorne de la romance | In need of prince charming

  32. J’en entendais parler depuis tellement longtemps, et j’hesitais. Puis j’en ai re-etendu parler recemment par une amie qui a commence a regarder l’adaptation, du coup j’ai regarde aussi et me voila partie pour devorer le premier tome!

    • haaa!!!! gniiii!!!! génial génial!!!!!
      alors alors? tu es amoureuse, sous le charme? complètement perdue? tu as déjà émigré en écosse? tu cherches un cercle de pierre peut etre?
      RACONNNNTTTEEE!!!

      • Lol! alors pour te repondre point par point:

        1) Non je ne suis pas amoureuse … pas encore … et puis en plus je ne vois meme pas de qui tu veux parler 😉

        2) Perdue non, pour le moment tout me semble clair (hi hi jeu de mot pourri)

        3) Je n’ai pas emigre en Ecosse, mais je me dis qu’il faut serieusement que j’envisage d’y passer mes prochaines vacances!

        4) Je ne m’amuserais sans doutes pas a chercher un cercle de pierre… quoi que….

        Allez, je retourne bouquiner 🙂

  33. Pingback: En Sursis – KGI 1 | In need of prince charming

  34. Pingback: Garde du Coeur – Maiden Lane #8 | In need of prince charming

  35. Pingback: Happily Ever Ninja- Knitting in the city #5 | In need of prince charming

  36. Pingback: Unclaimed – Turner #2 | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s