Sixty Five Hours

   

 Comment j’en suis arrivée à lire ce livre?

Je ne m’en souviens plus. Mais je suis ravie d’avoir croisé le chemin de l’auteur car un soir pluvieux de mars, j’ai lu cette petite romance MM par N.R. Walker en une tirée, n’en gardant pas une miette pour le lendemain. En plus mes chers amis, ce livre est gratuit, alors il n’y a plus vraiment aucune raison pour ne pas tenter l’aventure…

De quelle aventure est-il question me demanderez-vous? Celle de 2 publicistes qui se retrouvent bloqués pendant 65 heures pour boucler le pitch pour gagner la campagne d’un nouveau client. 

Lucas est texan, flirt invétéré, et « publiquement-j’assume-parfaitement-je-suis-magnifique » gay, Cameron est inconfortable dans son placard aux portes en adamentium. C’est que voyez vous, Cameron est le fils du patron, ouvrir la porte en grille de Wolverine pourrait être cataclysmique en terme de carrière en plus du raz de marrée personnel.

Mais la perspective d’une campagne pour une parque de préservatif et autres joujoux pour adultes les catapulte 65 heures dans le même appartement. 

Je n’en dis pas plus, ce serait vous gâcher le plaisir. Mais force est de constater que j’ai beaucoup aimer. A tel point que j’en ai tenter d’autres de l’auteur (avec moins de succès). C’est very steamy, la tension monte bien comme il faut, et nos deux héros sont irrésistibles ensemble. 

Alors oui, la chronique du jour est courte. Mais parfois, être synthétique est un atout. Alors on fais clic-clic chez son dealer habituel, et on me remerciera plus tard!

Bon lundi

T

PS: vous préférez quelle couverture?

J’avoue que je me demande encore laquelle est la mieux (ou moins pire, en fonction de mon humeur).

  

Publicités

5 réflexions sur “Sixty Five Hours

  1. Et bah ma fois pour quoi pas. Pour l’instant les deux séries M/M qui sont passées dans ma liseuse (Thrids et Cut & Run) ont été de très chouettes découvertes. A voir si ce troisième essai confirmera la tendance. Pis tant qu’à fait si c’est gratuit autant en profiter. Merci pour la découverte.

    • Je viens de finir une trilogie de l’auteur « Spencer Cohen » très bien… Je vais tâcher d’en parler vite

      • J’ai craqué, j’ai lu et j’ai adoré (tout de suite ça sonne moins bien que veni vidi vinci). Bon ok c’est kistch, et j’ai eu un petit bug quand Cameron passe de « bête froid en costard limite Darcy » à « petite bête fragile » le temps d’un massage de pieds (d’ailleurs Lucas, wtf ? Tu es chez le fils de ton patron que tu connais à peine et tu lui masses les pieds pour le détendre ?), mais à part cet interlude de 3 sec, j’ai adoré ! Fun, steamy, attendrissant … une très bonne recette. J’adore cet plus toute cette histoire de chaussettes qui ne me donne qu’une envie, partir en acquérir une bonne dizaine de paires. Du coup pour moi il n’y a pas photo : couverture avec les chaussettes !!!

      • Oui, c’est exactement ça… Il y a quelques micro détail si on veut etre chipoteuse. Mais globalement, c’est franchement une bonne histoire!

  2. Pingback: Le charme des Magpie | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s