C’est un miracle (entre parenthèses)

Lecteurs, mes amis, j’ai appris une grande nouvelle la semaine dernière… (et je vous le dis tout de suite, j’admire le calme olympien qui transparait dans cette phrase, en vrai je suis comme une gamine le matin de Noël – et vous allez voir à quel point cette image est justement choisie!)

En trainant sur un blog d’auteur de romance que je ne connaissais pas (oui, on pourrait croire comme ça que j’ai du temps à perdre, en fait pas du tout, je cherchais des infos sur un livre que j’envisageais d’acheter) (et d’ailleurs acheté mais c’est une autre histoire), je disais donc en trainant sur un blog inconnu (activité dangereuse et chronophage), j’ai appris quelque chose de formidable, d’extraordinaire, de merveilleux : il existe un film tiré du roman Mrs Miracle de Debbie Macomber! Joie dans mon petit cœur de fan, bonds de cabri autour de la chaise de bureau, meilleure nouvelle du jour (voir de la semaine…) (peut-être même du mois!) (je ne pousserais pas jusqu’à dire de l’année quand même sinon vous allez vous demander à quoi ressemble ma vie…). Je disais donc, UN FILM MRS MIRACLE!!! (oui je crie, pardon)

Quoi, quel livre, me direz vous? Mais si voyons, Mrs Miracle, LE livre de Debbie Macomber qui avait eu l’honneur de figurer dans mon Top 15! (je vois que vous n’avez pas bien appris vos leçons, c’est mal!)

Un film sur lequel il me fallait mettre la main séance tenante. Internet, mon ami, où puis-je trouver ce film? Eh bien pas en France apparemment. Quelle perte pour la culture française… Mais qu’importe, Amazon US est aussi mon ami, et hop, 5 minutes plus tard, je commence à faire des croix sur mon calendrier et à guetter le facteur, prête à faire un procès à La Poste s’il prétend encore mettre directement un avis de passage sans sonner alors que j’étais là… (La Poste, mon amour) (remarquez, j’ai découvert pire : Adrexo, sous-traitant de La Poste… eux je ne veux même pas en parler, ce serait dangereux pour ma tension)

Mais pour une fois, le saint patron des colis était avec moi et le DVD est arrivé hier sans encombres, juste à temps pour ma chronique de la semaine, c’est un signe, il est temps de vous parler de Mrs Miracle.

Mrs Miracle est un livre de Noël… (pas la saison dirons les râleurs. M’en fiche, c’est un livre doudou, et il n’y a pas de saison pour ça) (si vraiment cela vous perturbe, vous pouvez toujours prendre votre agenda et noter soigneusement, à décembre prochain : lire Mrs Miracle puis regarder le film)

En prime, les acteurs principaux sont James Van der Beek, le cher Dawson de mon adolescence (enfin cher si j’avais été fan de la série, mais on va faire comme si) et Erin Karpluk, Erica dans Being Erica (dont je suis réellement et totalement fan, pour de vrai et depuis peu)! Avec un casting pareil, j’étais convaincue que le film ne pouvait pas être mauvais…

Et je ne me suis pas trompée! Certes, il ne raflera pas 9 statuettes aux prochains Oscars, mais il est fidèle à l’histoire du livre (avec tout de même les quelques petits détails de rigueur que seul le fan fidèle saura détecter), et il parvient très bien à nous en traduire l’ambiance…

Reba tient une agence de voyage, elle a renoncé à tous ses rêves de gloire sur les planches d’un théâtre pour la « réalité » et a apparemment quelques tensions avec sa famille.

Seth peine à élever ses jumeaux de 6 ans depuis la mort de sa femme. Pas matériellement, non, Seth est architecte, et sa maison est digne de figurer dans un magazine de décoration (si on ne regarde pas trop le bazar que peuvent mettre deux enfants lâchés dans un salon). Mais il a un sérieux problème d’autorité, et toutes ses gouvernantes rendent leur tablier plus vite que leur ombre. (entre nous, je trouve qu’elles ne sont pas bien résistantes ces gouvernantes, mais c’est parce que je me souviens de La mélodie du bonheur et de ces charmants enfants Von Trapp, cela remet tout de suite les choses en perspective!)

Enfin, Seth a donc un problème de gouvernante et l’agence qui les recrutait pour lui ne veut plus en entendre parler. En prime, Noël approche, les enfants vont participer au spectacle de Noël à l’école, ce qui implique de les conduire aux répétitions, non, vraiment, c’est la galère!

Si ce livre était du pur cliché, Reba, pour une raison X, Y ou Z, perdrait son emploi et se retrouverait obligée d’accepter le premier job qui passe par là, donc gouvernante, et serait tellement géniale instinctivement que Seth tomberait sous son charme en 48h et qu’après une semaine, hop, livre terminé, ils seraient fiancés. (ne rigolez pas, j’ai vu ce film il y a quelque temps, je n’arrive pas à me souvenir du titre, c’est dire si cela m’a marquée!)

Mais ce livre fait appel à un autre genre de cliché : les miracles. Pas les miracles à la baguette magique, genre conte de fée et phénomènes paranormaux, ouvrage à ranger fermement dans l’étagère des livres fantastiques, non juste une pincée de magie qui effleure subtilement l’histoire, donnant aux personnages le petit coup de pouce nécessaire pour qu’enfin, ils sortent du marasme qui les emprisonnait.

Entre donc en scène Mrs Emily Merkle, une charmante vieille dame que les enfants surnomment aussitôt Mrs Miracle. Il faut dire que elle, elle sait y fait et ne se laisse pas impressionner par leurs bêtises… Et surtout, c’est elle qui saupoudre l’histoire de ces petites touches qui lui donnent tout son charme!

On comprend très vite que Mrs Miracle a des intentions cachées en ce qui concerne Seth et sa petite famille. En ce qui concerne Reba aussi d’ailleurs. A commencer par faire en sorte que ces deux-là se rencontrent. Comment? Eh bien je vous laisse le plaisir de le découvrir, car Mrs Miracle ne fait jamais rien simplement, elle use de stratagèmes tous plus subtils et ingénieux les uns que les autres. Et d’un soupçon de magie quand la stratégie ne suffit pas…

Finalement, si ce livre (et ce film) racontent la jolie histoire d’amour entre Reba et Seth, le personnage principal reste Mrs Miracle. Qui est-elle, pourquoi est-elle là? Mystère et boule de gomme (ou de Noël en l’occurrence)!

Même si c’est le printemps, même si les arbres bourgeonnent et que les fleurs pointent le bout de leur nez un peu partout, l’esprit de Noël qui se dégage du livre fonctionne parfaitement et pour une fois qu’une romance est bien adaptée en film, je me devais de partager cet événement avec vous… Oui, ne faites pas semblant, je sais bien que vous êtes tous suspendus à mes avis avisés. (oh la belle allitération) (oui, j’ai des restes de littérature) (et j’ai envie de frimer) (et de croire que vous n’attendiez que ce post pour connaitre Mrs Miracle) (et d’arrêter avec les parenthèses) (je suis fatiguée en même temps j’ai des excuses) (maintenant j’arrête, promis…)

Donc, si vous connaissez et aimez l’univers de Debbie Macomber, n’hésitez pas!

Et sur ces bonnes paroles, je vous annonce que nous avons officiellement parlé de tous les auteurs (si ce n’est tous les titres mais ne désespérez pas) du Top 15…

Bonne lecture,
Chi-Chi

   

Le Théorème de Cupidon…

… ou comment le Salon du livre est mauvais pour le budget lecture.

Le weekend dernier, j’ai fait ma valise, empilé tous les livres de Chi-Chi qui traînassaient dans ma bibliothèque, donné un dernier baiser à mon prince pas si charmant et j’ai quitté mon royaume le temps d’un weekend pour rejoindre les lumières de la ville et arpenter les couloirs du Salon du livre.

Mon programme du samedi organisé à la demie-heure près, j’avais listé mes dédicaces, les conférences auxquelles je voulais assister et les auteurs que je voulais apercevoir.

Et puis, des circonstances exceptionnelles m’ont obligé à changer mon jour de visite…
Me voilà donc le dimanche, avec dans mon programme 4 heures de libres (puisqu’au final, les conférences du dimanche me faisaient moins envie). 4 longues heures à déambuler dans les allées du Salon. 4 heures interminables avec tous pleins de beaux livres à portée de main (et de portefeuille).

Ma volonté a tenu 2h.

Elle a craqué lorsque je suis arrivée sur le stand Calmann-Levy où j’ai rencontré Agnès Abécassis et son éditrice.
L’auteure dédicaçait son dernier ouvrage « Le théorème de Cupidon ». Et la quatrième de couverture combinée à la gentillesse du duo a eu raison de mes derniers doutes.
Sitôt acheté, j’ai trouvé un coin tranquille dans la grande halle du Salon et me suis installée contre un pilier avec un café pour commencer ma lecture.

Si ce n’était pour les deux dernières dédicaces qui m’attendaient, j’aurais sans doute fini le livre dans l’après-midi. Mais ce n’était que partie remise car depuis, j’ai eu tout le temps nécessaire pour finir l’histoire d’Adelaïde et de Philéas.

L’histoire se passe à Paris. Je n’ai aucun mal à imaginer Adelaïde passant son badge Navigo sur la borne pour attraper son métro. J’imagine Philéas sur un scooter naviguant entre les voitures à l’heure de pointe ou passant au Franprix le soir pour acheter de quoi manger. J’imagine Adélaide et ses filles au marché le dimanche matin à Bastille… Légère et agréable à lire, j’ai aimé cette histoire où pour une fois toutes les références me sont familières.

Mais pourquoi le Théorème de Cupidon ? La définition de l’auteure: deux lignes parallèles ne se croisent jamais. Sauf si elles sont faites l’une pour l’autre. 

Soit. Mais en pratique, cela donne quoi ?

Cela donne une histoire où les héros semblent se rater en permanence, où la tension monte, et où l’on attend avec impatience LE moment où enfin ils vont se rendre compte qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Parce que nous, lecteurs, au fur et à mesure des chapitres, nous en avons la certitude. Adélaïde et Philéas sont les fameuses lignes droites dont l’auteur parle !

Si vous ne connaissez pas cette auteure, je vous invite à vous procurer un de ces livres. Vous aimerez son humour et ses dialogues acérés. Et enfin un livre où l’on peut crier « Cocorico ! »

Mais, car il faut toujours un « mais », si je n’ai qu’un regret à déplorer (pour l’intérêt de l’argument, quelques révélations sur le livre vont suivre)… 

J’aurais aimé que l’histoire aille plus loin. J’ai l’impression d’être restée sur ma faim. 

Que se passe-t-il après LA fameuse rencontre ! Une histoire d’amour ne peut se résumer à la rencontre entre deux individus, qu’ils soient faits l’un pour l’autre ou non…

J’ai donc refermé ce livre quelque peu frustrée. Ce qui était sans doute l’intention de l’auteure. Mais je grogne, je grogne… et me demande ce que font Philéas et Adélaïde en ce moment même…

Bonne lecture,
Tam-Tam 


Edit : Suite à une erreur de mon système d’exploitation cérébral, j’ai un temps appelé Philéas, Philémon… Toutes mes excuses pour cette erreur…

France 5 Commentaires

A lot like love

Mercredi soir, 22h27.

Houston, nous avons un problème. Une page entière de problèmes même… Blanche, la page.

Eh oui, je n’arrive pas à écrire ce soir. Ce qui est bien embêtant compte tenu que demain matin, jeudi, 9h, je dois publier mon article de la semaine, sous peine de risquer la mort dans des souffrances épouvantables administrées par Tam-Tam. En même temps, j’avoue que la situation a souvent été inversée, alors je devrais sans doute arrêter de me plaindre ! Tam-Tam ne va pas plus me tuer que je ne le fais quand elle peine sur sa page blanche, il parait qu’on doit tous y passer un jour ou l’autre…

Mais quand même, je ne suis pas très inspirée. Sauf que le livre dont je veux parler, je l’ai vraiment aimé. Alors pourquoi cette page blanche?
Aucune idée, mais on va dire que vous me pardonnerez mon peu d’inspiration de cette semaine, et que, sur mes bons conseils, vous lirez A lot like love, le dernier roman de Julie James.

Voici un contemporain enlevé, avec un soupçon de policier, où les personnages forment une alliance délicieuse pour le plus grand bonheur du lecteur.

A ma gauche, Jordan, fille de milliardaire, propriétaire d’une boutique de vins, sublime et très élégante, bref, le parfait stéréotype de petite fille riche.

A ma droite, Nick, agent du FBI, originaire de l’Italie via Brooklyn, spécialisé dans les missions sous couvertures, le parfait stéréotype du flic aguerri.

Au centre, un restaurateur snob que le FBI suspecte d’avoir des liens un peu trop fraternels avec la mafia et un frère détenu à la prison fédérale pour cyber-terrorisme (et quand je dis cyber-terrorisme… rien que pour ça, vous devriez lire le livre, c’est hilarant).

Voilà donc comment Jordan, pour aider son frère, se retrouve à prétendre que Nick est son amant, lui ouvrant les portes d’une soirée très huppée donnée par ledit restaurateur.

Or, Jordan trouve Nick très irritant, Nick pense que Jordan est une gosse de riche sans cervelle, en un mot un couple de rêve! Malheureusement, cette fausse liaison qui ne devait durer que le temps d’une soirée va devoir être prolongée, lorsque leur couverture manque d’être découverte.

Au début un peu coincés dans leurs rôles, Nick et Jordan vont apprendre à se connaître et à s’apprécier, et vivre ensembles quelques belles aventures que l’auteur nous décrit avec humour et verve. Tous deux ont beaucoup d’esprit et savent s’en servir, maniant à la perfection l’art de l’ironie… Et évidemment, dans la plus pure tradition de la romance, aucun des deux n’est aussi simple à analyser que ce qu’il paraît être au premier abord !

En prime, quelques bonus sur le livre :
- de nombreuses informations sur l’œnologie et le commerce du vin, Jordan se faisant un plaisir d’initier Nick, qui pense de son coté que hors du bourbon, point de salut. Initiation qui est donc très drôle à voir !
- le frère de Jordan est un personnage des plus intéressants (oui oui, le prisonnier) et j’espère qu’il aura droit à son histoire un de ces jours. Cyber-terrorisme, n’oubliez pas !
- pour les fans de Julie James, vous retrouverez Jack Pallas et Cameron Lynde, héros de Something about you !

Sur ces bonnes paroles, vous l’aurez compris, je vous conseille de découvrir Julie James si ce n’est pas déjà fait… L’un de ses livres sera d’ailleurs publié chez J’ai Lu début mai, sous le titre Comme ton ombre. Aucune excuse donc pour celles qui ne lisent pas en VO !

Bonne lecture,
Chi-Chi

18 Commentaires

Le réseau Corneille

Les histoires policières, d’espionnage, de suspense, de crimes en tout genre ne sont pas la tasse de thé de Chi-Chi qui le reconnaît fort volontiers.
De mon côté, sans être une fan invétérée au courant de toutes les dernières sorties, c’est un genre que j’aime revisiter de temps à autre. 
J’ai mes auteurs fétiches. J’ai mes sous-genres fétiches et Ken Follet pourrait être une sous-catégorie à lui tout seul. 
Ces derniers temps, je suis un peu en retard sur la lecture de ses 2 derniers écrits qui attendent patiemment sur mes étagères, mais je dois avoir dans mes rayons l’intégrale de ses écrits.

J’aime son travail. En VO et en VF. J’aime la manière dont il mène une histoire. J’aime comme il se sert de plusieurs fils rouges pour nous mener à sa conclusion. J’aime les zones grises si chères à cet auteur. Il y a les gentils, les méchants et les « à définir ». Et j’aime cette épreuve que va représenter le livre pour les héros.

Un héros chez Ken Follet va toujours un peu souffrir. Mais c’est pour son bien. C’est un peu comme la désinfection d’une blessure qui brûlerait le temps de l’application de l’alcool. Une fois les microbes éradiqués, quand la douleur palpitante disparaît peu à peu, on a la certitude que notre corps va nous remercier et repartir plus sain, avec une petite cicatrice en prime.

L’histoire chez Ken Follet est aussi un paramètre très important et je sais de source sûre que l’homme fait ses devoirs de recherches avec application. Et son livre s’en ressent. Dans ses livres, vous ne trouverez pas Le Havre sur la Méditerranée, et les français ne seront pas des êtres maniérés qui portent des foulards et des bérets pour aller chercher leur baguette en passant par le bistrot du coin…

Comment je le sais ? Parce que l’action du Réseau Corneille se passe dans l’Europe de la seconde guerre mondiale, de part et d’autre de la Manche. Et qu’en termes d’analyse du comportement anglais et français, mon ami Ken tape dans le mile !

Naviguant entre le nord de la France et le sud des Etats-Unis, ce livre est mené tambour battant et vous tient en haleine jusqu’à la dernière page.
Betty Clairet est Major au MI6, chargée de mission de sabotage sur le territoire français. A la veille du débarquement allié, Betty va devoir former une équipe pour une mission particulièrement périlleuse, la destruction d’un centre de télécommunications allemand. Le réseau Corneille, une sorte d’agence tout risque à la mode WWII (World War 2) est composée exclusivement de femmes, histoire de surprendre l’ennemi…
Pour faire face à cette héroïne au charisme impressionnant, il nous fallait un Némésis à sa hauteur. Et Dieter, allemand Nazi au charme machiavélique remplit toutes les conditions requises pour le rôle :
- Sans aimer la violence pour la violence, il voit en elle une façon d’obtenir des informations, et s’embarrasse peu des scrupules moraux qui pourraient en animer d’autres.
- Alors que d’autres auraient sous-estimé une femme, il sait que Betty est une menace pour le Reich, et voit en son arrestation le moyen prouver sa supériorité intellectuelle.
On aime le détester.
On aimera aussi Paul, américain intriguant chargé de prêter main forte au Major… et plus si affinités… Ahhhh… Paul…
L’arrogance américaine, le charme viril de l’homme, l’honneur et l’héroïsme du militaire allié. Betty a bien de la chance. Mais avant d’avoir de la chance, Betty va un peu souffrir. Paul aussi d’ailleurs. Mais tout deux vont en sortir grandis.
Et moi, alors que je referme le livre, j’en ressors le souffle court d’avoir eu peur pour eux, émue par leur douleur, et amoureuse une nouvelle fois du travail de leur auteur.
Bonne lecture,
Tam-Tam

Le souffle de l’Orient


Ami lecteur(trice), hier soir, j’ai vécu un drame dramatique (oui, il existe des drames pas dramatiques – vous ne saurez pas de quoi il s’agit, celui d’hier était bel et bien dramatique). Sur l’échelle des drames dramatiques, je pense qu’il était tout en haut, en compagnie d’une rupture de stock de mes cookies préférés au Monoprix un soir de révisions. C’est dire si la situation était grave!
Je disais donc, hier soir. Pas de révisions, l’absence de cookies était gérable, mais j’étais fermement décidée à vous écrire un petit post sur un de mes livres préférés. J’ai donc commencé à retourner ma bibliothèque pour mettre la main dessus (dans ces moments-là, je me dis qu’il faudrait vraiment que je me résigne à CLASSER mes livres au lieu de les entasser au petit bonheur la chance). Et là, drame. Dramatique. Impossible de retrouver mon livre chéri. Je vérifie. Je recommence. Deux fois. Rien à faire, mon exemplaire de Vent d’est, vent d’ouest a disparu.
Et que fait une personne normalement constituée dans un cas pareil? Elle attend, elle réfléchit, se demande si elle ne l’aurait pas prêté. Dans mon cas, vérifie si elle ne l’a pas laissée chez ses parents, qui ont encore en otage quelques dizaines de livres lui appartenant.

Eh bien pas moi. Étant hautement intelligente, je me suis précipitée sur internet pour commander en urgence mon livre chéri. Logique. Surtout que je suis en train de rédiger ce post de mémoire! Ce n’est donc pas comme si j’allais m’en servir immédiatement. Mais le simple fait de savoir que je ne l’avais pas a déclenché chez moi un réflexe primaire, une nécessité de le tenir entre mes mains et de le relire, une fois de plus!

L’histoire se passe en Chine, en 1930. Pearl Buck, l’auteur, est une américaine contemporaine de l’époque, qui connaît bien son sujet pour avoir vécu en Chine plusieurs années. C’est de la vieille Chine, celle d’avant la Révolution culturelle, dont il est question ici, et de son affrontement avec l’Occident qui commençait alors à atteindre le pays.

Kwein-Lan est une jeune fille élevée dans la plus pure tradition chinoise. Son mariage a été arrangé, avec un homme de très bonne famille qu’elle n’a jamais rencontré, un chinois éduqué qui a étudié la médecine aux Etats-Unis et n’en est revenu que pour le mariage. Le soir de leurs noces, il lui annonce qu’il ne souhaite pas vivre selon la tradition, à commencer par le fait d’habiter avec ses parents dans la maison ancestrale. Nos jeunes mariés emménagent donc dans une maison de type occidental, idée révolutionnaire pour l’époque. Kwein-Lan est troublée par l’attitude de son mari, elle qui a été élevée pour demeurer soumise à un homme, alors que lui souhaite la traiter en égale. Elle a été si bien élevée qu’elle ne dit jamais rien de ses opinions, de sa perplexité face aux idées étranges de son époux, de cette maison qu’elle trouve laide. Entre eux, le courant ne passe pas du tout. Plus elle tente de plaire à son mari en étant une bonne épouse selon les préceptes que l’on lui a enseigné, plus il est distant. Car Kwein-Lan ne peut se résoudre à remettre en cause le bien-fondé de tout ce que l’on lui a appris. A commencer par ce qui concerne ses pieds.

En effet, notre jeune mariée a les pieds bandés. Pour rappel, dans la vieille tradition chinoise, les femmes issues de familles riches avaient les pieds bandés depuis leur plus tendre enfance, pour les empêcher de grandir. En dehors du fait que les petits pieds étaient considérés comme un canon de beauté, cette coutume était extrêmement douloureuse et elle symbolisait la richesse et la puissance de la famille : une femme aux pieds bandés ayant du mal à marcher, cela signifiait que la famille pouvait se permettre d’entretenir ses femmes sans qu’elles aient à travailler. Seules les paysannes avaient donc des pieds normaux, considérés par tous, à commencer par notre jeune mariée, comme laids.

Quand son mari lui demande d’arrêter de se bander les pieds, Kwein-Lan résiste violemment. Elle y voit un déni de tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle représente. Son mari y voit un signe de barbarie, un refus d’entrer dans la modernité.  C’est le jour où elle cède enfin que les choses changeront entre eux. A compter de ce moment, leur relation va s’épanouir, et nos époux vont se découvrir, enfin communiquer et se comprendre. Nous suivrons dès lors l’évolution non seulement de leur mariage, mais aussi du monde qui les entourent.

C’est une histoire très touchante, toute en nuances et délicatesse, avec des personnages vraiment atypiques, pris entre deux mondes, deux civilisations. L’auteur sait à merveille nous décrire un pays en suspens, à l’aube du changement. Si Vent d’est, vent d’ouest est incontestablement le chef-d’œuvre de Pearl Buck, sur le même thème, je vous recommande également les livres Fils de Dragon et Pavillon de femmes, deux autres histoires magnifiques et poignantes…

N’hésitez pas!

Bonne lecture, 

Chi-Chi

Avez-vous entendu parlé du F* word ?

C’est très trendy de glisser des mots anglais dans une conversation ou un texte. Mais c’est un art très délicat. N’est pas doué qui veut, on a tôt fait de donner dans le Jean-Claude Van Damme… Mais je suis douée. Et modeste.

En fait, je suis surtout dans l’incapacité de trouver une expression qui fasse ressortir le paradoxe du concept du « F* word ».

Traditionnellement en anglais, lorsqu’on parle de « F* word », on fait référence à un mot que Chi-Chi m’interdit de dire ici. Du moins, ne l’a-t-elle pas dit en ces termes, mais l’idée reste la même. Chi-Chi est la maîtresse de l’étiquette en ces lieux.

Cette expression fait donc référence à un mot si injurieux qu’il est impensable de le dire (ne serait-ce que pour l’évoquer dans le sens lexical du terme) et encore moins de l’écrire.

Où est donc le paradoxe ?

J’y viens votre honneur, mais éviter le lavage de bouche au savon pour utilisation frauduleuse d’une insulte innommable est compliqué quand on a un message à faire passer… Ne m’en veuillez pas si je prends un peu mon temps !

La beauté de ce paradoxe est à la hauteur de la superbe subtilité de la langue anglaise et de l’imagination sans borne de nos auteurs. Car ici, le « F*** word » fait référence à « Fat », ou gros en français courant. Gros est un mot tabou. Un héros en romance n’est pas gros, il n’est pas chauve non plus si j’y réfléchis bien. Une héroïne en romance n’est pas grosse au point de ne plus voir ses orteils lorsqu’elle se tient debout, ou alors elle est enceinte… On ne dit pas « gros » d’un personnage principal de roman. On dit carré, athlétique, enrobé, pulpeux. On parle de largeur à défaut de grosseur. Chi-Chi a déjà évoqué à quel point l’embonpoint fictif des héroïnes de romance était une vaste fumisterie.

Le livre d’aujourd’hui ose le mot gros. Il ose même le mot très très gros. Jemima J (Un amour de poids) de Jane Green nous plonge dans la peau de Jemima Jones, journaliste dans un petit journal local. Elle est gentille, intelligente, drôle, brillante avec les mots et grosse. Vraiment grosse. Le genre qui fait naitre en tout un chacun une veine politiquement correcte qui aboutit à la non-utilisation du mot grosse.

Jemima sait pourquoi elle est grosse. Son paquet de biscuit vidé en 3 minutes le sait. La vendeuse du coin de la rue qui lui vend ses 2 club-sandwichs au bacon tous les jours le sait. Jemima est grosse parce qu’elle mange trop. Mais quand on est seule et mal dans sa peau, le réconfort vient bien souvent de la chose même qui nous isole.

Comme dans toutes les bonnes histoires, il y a un garçon. Il est beau. Il est intelligent et drôle. Et Jemima est complètement, désespérément, irrémédiablement amoureuse de lui.

Comme dans toutes les bonnes histoires. Il ne la voit pas. Du moins, il ne voit pas plus loin que son enveloppe. Qu’à cela ne tienne, Jemima va mincir…

Je pourrais vous dire qu’un beau jour, Jemima se réveille, en a marre de son corps et trouve enfin la volonté de mincir pour se sentir mieux. Mais ce serait faire de la taille de Jemima une simple question de volonté. Et ce serait mentir.

Comme dans toutes les bonnes histoires, les choses sont bien plus compliquées que ce que l’on voit en surface. L’auteur arrive à nous emmener dans une histoire pleine de finesse sur l’apprentissage et le dur chemin que l’héroïne va emprunter. Toute la problématique autour du « gros » aurait pu plomber cette histoire, nous faire passer à côté de l’essentiel, mais il n’en est rien.

Bien des surprises attendent Jemima au bout de ce chemin. Et pas seulement parce qu’elle va découvrir qu’être mince n’est pas une fin en soit, mais parce qu’elle va réaliser que cela s’applique à tout dans la vie, y compris l’amour.

Bonne lecture,
Tam-Tam

9 Commentaires

La Belle et la Bête, the remake

Aujourd’hui, j’aimerais pouvoir résumer ma chronique en un seul mot : WOW !!!
Alors oui, forcément, cela ne va pas beaucoup vous aider pour savoir que quoi parle le livre. Mais comme souvent alors mes coups de cœur, j’ai un peu de mal à mettre des mots sur mes idées.
Mais je vais faire un effort, ne serais-ce que car je crois que ce serait un crime que vous ne vous précipitiez pas pour lire When Beauty tamed the Beast d’Eloisa James.
Eloisa, nous vous en avons déjà parlé, mais c’est la première fois qu’elle est à l’honneur, et je suis finalement contente d’avoir attendu ce livre pour lui consacrer une chronique, car il est entré directement au Panthéon de mes meilleures romances, et est incontestablement (Tam-Tam a approuvé) le meilleur d’Eloisa !
De quoi parle When Beauty tamed the Beast?
 
C’est l’histoire de Linnet, une jeune fille plus belle encore que tout ce que nos mots de simples mortels peuvent exprimer. Une peau d’albâtre, des yeux où scintillent toutes les étoiles du ciel, des dents de perle, une chevelure de soie et un rire plus exquis que le tintinnabulement des grelots.

C’est l’histoire de Piers, un ours qui vit reclus dans un château du Pays de Galles. Un ours qui est aussi médecin, éhontément copié (pour mon plus grand bonheur) sur le personnage du Dr. Gregory House (que j’aime d’amour).

C’est l’histoire d’un scandale : une jeune fille aurait été compromise hors des liens sacrés du mariage, et peu importe que cela soit complètement faux, il faut lui faire quitter Londres au plus vite.

C’est l’histoire d’une rencontre au milieu d’une ribambelle de personnages secondaires tous plus savoureux les uns que les autres : un père qui veut trouver une femme à son fils, consentant ou pas, une aristocrate française, véritable icône de mode, un majordome qui n’a rien compris aux codes de la bienséance, une ribambelle de jeunes docteurs et une infirmière acariâtre…

C’est l’histoire de deux héros qui sont bien plus que ce que leur apparence laisse à penser, d’une bête au fort mauvais caractère qui sera apprivoisé par sa belle, pas intimidée pour deux sous par son attitude peu avenante.

C’est aussi, comme il se doit, l’histoire de quelques péripéties, pas forcément très roses et qui changeront à jamais le caractère de nos héros, les rendant à chaque instant plus réels à nos yeux.
En bref, c’est l’histoire d’un merveilleux conte de fée où tout est bien qui finit bien, version modernisée de La Belle et la Bête, et c’est, en ce qui me concerne, c’est l’histoire d’un énorme coup de cœur !

Eloisa nous raconte une histoire où l’amour ne cède jamais à la facilité, avec une plume experte, et j’ai été bouleversée par l’intensité avec laquelle elle nous décrit les émotions  de ses personnages, enchantée par la vivacité des dialogues entre Linnet et Piers.

Je ne m’étendrais pas davantage sur le sujet pour mieux vous laisser le plaisir de la découverte, mais ce livre dévoré en 48h est un must-have absolu selon moi alors n’hésitez pas !

Bonne lecture,
Chi-Chi

Escapade au Siam

Le soleil brille ce weekend.
C’est un soleil d’hiver, lorsqu’il caresse mon visage avec délicatesse, je ne crains pas la morsure douloureuse de ses rayons, mais me languis de sa chaleur. Le retour du soleil me donne toujours des envies de vacances.
C’est un peu comme si j’aspirais à retrouver la langueur des jours d’août où il fait si chaud que l’on commence à vivre à la tombée de la nuit. Le soleil me donne envie de partir. 
Loin.
Mais nous sommes en mars, et si on n’est pas sensé se découvrir d’un fil en avril, imaginez le mois qui précède ! Du coup, c’est décidé, aujourd’hui, je vous emmène à l’autre bout du monde, où il fait surement beau et chaud !
Je vous emmène en Thaïlande, ou plutôt au Siam. Car c’était ainsi que ce magnifique pays était appelé à la fin du 19ème siècle, au moment où s’ouvre La princesse de Siam d’Alexandra Jones.
Et guise de fil rouge, nous allons suivre le récit de la vie d’Elly Hjelm, ressortissante danoise et de Phra Tod Bankhon, aristocrate siamois.

Après une enfance au Siam, Elly est renvoyé au Danemark, chez son oncle et sa tante, afin de parfaire son éducation et devenir une jeune fille comme il faut. Mais Elly est malheureuse loin de ce pays exotique qui l’a vue naitre et n’a qu’un but, y retourner en qualité de médecin (fin 19ème, super easy comme projet de vie!). Pendant ce temps, au Siam, Tod continue lui aussi son chemin d’apprentissage de la vie auprès de son mentor, Phra Preecha, puis donne dans le commerce de jade (trafic serait sans doute un mot plus convenable, mais j’ai des égards pour la noblesse du héros)… Chacun de leur côté, les épreuves s’enchainent pour nos deux héros jusqu’au moment où enfin, les voilà tout deux réunis géographiquement.

Au delà de la simple histoire entre ces deux caractères bien trempés, on voit se profiler des changements dans ce pays aux règles si étrangères des nôtres. La fin du 19ème siècle et le début du 20ème riment pour les européens avec les grands empires coloniaux et l’arrivée de la première guerre mondiale. A l’autre bout du monde, la vie n’est pas moins compliquée et les passions se déchainent (il faut dire qu’entre une danoise et un baron du Siam, la simplicité n’a pas vraiment sa place).

Elly et Tod sont loin d’être parfaits. Leur couple…comment dire… Les couples mixtes sont bien trop souvent idéalisés comme une chose fabuleusement exotique, un pont entre deux cultures, le meilleur des deux mondes. Mais dans la vraie vie, celle où les petits poneys n’ont pas de place dans l’écurie, l’alliance entre deux cultures rime bien souvent avec clash et compromis. Et c’est exactement ce qu’est leur couple, une rencontre passionnée et douloureuse entre deux cultures. C’est  finalement dans le réalisme et les difficultés qu’ils traversent que j’ai apprécié ce voyage en ces terres complètement étrangères pour moi.

La princesse de Siam a su me charmer de ses paysages, de ses noms exotiques, de ses personnages tellement étranges et par dessus tout de ces instants chargés d’histoire auxquels j’avais l’impression de participer.

Si comme moi vous avez envie de vacances, suivez-moi dans cette parenthèse historique et vivez vous aussi le temps d’un livre, au rythme de la mousson.

Bonne lecture
Tam-Tam

7 Commentaires

Où il est question de prince pas si charmant

Certaines personnes ici suivent mes mésaventures sur Facebook et savent ce que cette chronique de Charming the prince m’a couté!

En effet, mes chers lecteurs (toujours au masculin car je sais que quelques hommes s’égarent ici parfois, par fidélité et amitié pour Tam-Tam et moi), j’avais écrit une ma-gni-fique chronique il y a déjà quelques semaines, et mon ordi chéri s’est chargé de la faire disparaître fort consciencieusement.

Seulement voilà, impossible de me souvenir de mon angle d’attaque (car oui, j’écris mes articles avec un angle d’attaque), impossible de me souvenir de quel aspect du livre je voulais vous parler, impossible de retrouver tous ces bons mots d’humour que vous auriez tant apprécié. Alors tant pis, me voilà obligée de tout recommencer, et vous devrez me croire sur parole, mon article était génial, et nul ne le lira jamais…
De désespoir, j’ai tenté de me pendre avec ma trousse, mais là encore, mon ordinateur est intervenu. Ne me demandez pas comment, le clavier m’a appelé, un truc un peu mystique, et voilà comment je me retrouve à faire une nouvelle tentative. Cette chronique ne sera pas aussi bien que la précédente, rien ne pourra jamais être à la hauteur du chef d’œuvre perdu (c’est d’autant plus vrai que personne ne pourra me contredire, pas même moi puisque ma mémoire me trahit) mais j’ai décidé que vous devriez être solidaires avec moi et souffrir vous aussi des méfaits de l’informatique…
De quoi parle donc Charming the prince? Déjà, vous savez que c’est un livre extraordinaire écrit par Teresa Medeiros, puisqu’en lecteurs assidus, vous vous souvenez tous de mon Top 15
Pour le reste, voici quelques informations essentielles à savoir pour apprécier l’histoire de Lord Bannor The Bold (Le Hardi en VF) et sa tendre dulcinée, Lady Willow de Bedlington.
Lui est un fier chevalier, du temps où les chevaliers partaient guerroyer de longs mois (voir années), pour Dieu et le Roy, terroriser ces lavettes de français, laissant dans leur château de la lointaine Albion femme et enfants. Notre Lord, lorsque débute l’histoire, s’en revient donc d’une longue absence, et retrouve, avec bonheur et enthousiasme (ou pas) une tripotée d’enfants dont il avait plus ou moins (et fort opportunément) oublié l’existence…
Ces charmants bambins, bâtards dépourvus de mères et de toute forme d’éducation, terrorisent notre Lord (et toute personne à son service) plus que n’importe quelle armée française n’a jamais pu le faire… Pas très flatteur pour la France ou terriblement flatteur pour les enfants, je n’ai jamais pu me décider. Oh et ais-je mentionné que le nombre des charmants bambins en question va chercher dans la douzaine? C’est que ce pauvre Bannor est si beau que les femmes ne savent pas lui résister, et du coup, à chaque fois, hop, un enfant! Si seulement il avait pu naître moche, mais non… Ô rage, ô désespoir!
Il lui faut donc trouver un moyen de discipliner sa marmaille, ou sinon notre héros va craquer et re-déclencher une guerre, n’importe où pourvu que ce soit loin de chez lui! Et vu sa réputation, croyez-moi, personne n’a envie que ce soit la guerre… Or, quelle meilleure solution, pour un homme en besoin d’une gouvernante, que de prendre une épouse, je vous le demande? C’est donc tout naturellement que Bannor demande à son majordome de lui dégotter une femme qui jouera le rôle de mère (et accessoirement de sergent-instructeur) pour la petite troupe. Et attention, condition fondamentale, il faut que la dame en question soit assez moche pour que ce pauvre homme, qui ne parvient jamais à résister à la beauté, n’ait pas envie de lui faire des enfants, il aurait tendance à trouver qu’il en a déjà un peu trop à son goût!
C’est la malheureuse Lady Willow qui à la chance insigne d’être choisie pour cette tache. Toutes mes condoléances, cela ne va pas être de la tarte! Deux petits soucis cependant : c’est une vraie beauté et, après avoir élevé ses petites sœurs, elle en a par dessus la tête des enfants et ne souhaite pas en avoir de sitôt!
Je vous laisse imaginer comme Bannor est ravie de se retrouver marié à une beauté qu’il ne rêve que de mettre dans son lit et comme Willow est enchantée de recevoir en cadeau de mariage douze enfants insupportables.

Voilà des augures prometteuses pour un mariage harmonieux je crois…
En tout cas, pour nous lecteurs, ce sont les bases d’une histoire à mourir de rire, car Teresa Medeiros sait nous raconter les aventures et mésaventures de nos héros avec un humour peu commun, et une tendresse caractéristique de son style d’écriture! Bannor et Willow finiront par s’entendre, et miracle, les enfants eux-mêmes apprendront quelques bonnes manières au passage…
Maintenant que j’ai écrit pour vos beaux yeux non pas une, mais deux chroniques sur l’une de mes romances préférées, vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas l’avoir lu vous aussi! ^_^

Bonne lecture, 
Chi-Chi