The Dangerous Viscount

dangerous viscount

L’histoire d’aujourd’hui raconte la rencontre entre Diana Fanshawe jeune veuve qui souhaite se remarier. Elle s’est unie en premières noces avec un homme bien plus vieux qu’elle, mais ce dernier la respectait et lui a laisser une immense fortune, donc s’il n’y avait sa sensualité naturelle et son envie de fonder une famille, elle passerait l’étape mariage complètement, mais que voulez vous, la régence n’est pas l’époque rêvée pour « faire un bébé toute seule » (JJG, sort de ce corps).

Mais du coup, cette fois-ci, elle a décidé d’être moins « raisonnable » et de viser haut dans la hiérarchie des pairs du royaume et s’est mise en tête de charmer son beguin d’enfance, celui dont le domaine jouxte celui de son excentrique famille: Lord Blakeney.
Pour ce faire, elle a un plan en beton qui commence par se faire inviter pour une partie à la campagne…

Pour lui donner la réplique, nous avons Sebastian qui, au début du bouquin, est Monsieur Iverley. Il a été élevé par son oncle qui détestait/méprisait/haïssait (ne rayer aucune mention) tout ce qui se était féminin (heureusement qu’il était anglais, vous imaginez la galère s’il avait été français, point de chaises ou de table chez lui, juste des tabouret et des bureaux… mais je m’égare, clairement influencée par Laurent Magdane). Mais tout gentilhomme anlais qu’il soit, l’oncle de Sebastian n’évait aucun serviteur femelle chez lui, juste des hommes, c’est dire s’il poussait la misogynie loin!

Ainsi, je vous laisse imaginer l’image dé-plo-rable que notre héros a des femmes: futiles, zéro cerveau utilisable, émotionnelle, irrationnelles, inutiles même, en résumé, une vraie perte de temps! Mais il en ayant choisi de reste vierge, il se montre cohérent!

Le voilà donc tranquillement en train de se reposer à la campagne quand tout à coup arrive son cousin, Lord Balkeney, et ses invités (Diana included, cela va de soit). Et après un profond soupir, réalise que son moment de détente vient de s’échapper et qu’il va lui falloir endurer et subir les futilités de la bonne société….

Et puis il croise Diana. (et moi je vais un chouilla spoiler, mais c’est pour la bonne cause)
Et elle fait « naitre des choses en lui » (je ne vous fait pas de dessin).
Ca discute, ça parle, ca se rapproche…. Et bam! Le baiser!

Et là, revirement de situation total, il décide de la demander en mariage (genre bien sur, toute une éducation rayé en 20 secondes parce qu’elle est belle a l’interieur, mais. bien. sur.)(vous la sentez mon ironie)(et féminine « ironie » hein!)

Sauf que pas de pot, il surprend une conversation ou il est question d’un pari. Du coup, de rage, il décide de se venger.Il continue la sédution… et il font des galipettes et dès le lendemain matin, il la jette (Là ,normalement, vous êtes en train de hurler des insanités).

Et puis il devient Lord Iverley (son oncle décède et lui laisse le titre)… Et la saison commence…. Et Diana est « habitée »…
Le reste de l’histoire est un scénario de mariage arrangé/forcé, et c’est la partie sympa du bouquin.

Parce que clairement, niveau crédibilité du héros, il faudra repassé. Il a tous les défauts de l’héroine TSTL vierge effarouchée, et c’est presque pire sur un homme de 26 ans, supposément rationnel et posé.

Et il est buté, arrogant: 26 ans qu’il méprise les femmes, 26 ans qu’il est persuadé dur comme fer de ne pas en avoir besoin et que sa vie est nettement plus épanouie sans. 26 ans qu’il croise des femmes sans avoir quoique ce soit qui « nait en lui » ni sans avoir la moindre ébauche de sentiment à leur égard. Et en l’espace d’un après midi (à la louche), le voilà qui nous fait un revirement total. Moi, je n’y crois pas une seconde. Du coup le traitement de la virginité n’a plus vraiment d’intérêt. Il aurait pu être un type qui a eu une enfance bizarre avec un oncle un peu barge. Le changement aurait été moins radical, et peut être plus réaliste.

Heureusement, Diana, toute femme qu’elle est, rattrape un peu le niveau, mais Sebastian est tellement déplaisant par moment qu’on se demande bien pourquoi elle insiste. Heureusement pour moi, la partie « mariage arrangée » est un vrai délice, ils sont cute, ils sont sweet. Mais il faut faire complètement abstraction de l’incohérence susmentionnée du héros qui méprise les femmes (au point de vouloir rester vierge) et du fait qu’il s’est montré butor avec Diana un peu plus tôt dans l’histoire. Et les personnages secondaires sont aussi géniaux, il me tarde de lire le reste de la série.

Je ne vous souhaite pas vraiment une bonne lecture, mais je promets de vous tenir au courant pour les autres tomes de la série!
Tam-Tam

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s