The Rosie Project – Le théorème du homard

Mes amis, aujourd’hui, il s’agit de parler de choses graves. Graves comme la liste de Noël qui n’est pas terminée, comme la valise que je n’ai pas faite pour aller passer quelques jours en famille ou comme le menu qui est toujours indéterminé? Non, pire, grave comme la tenue que je n’ai toujours pas choisie pour la traditionnelle photo du 25 que je redoute par dessus tout. Qui a une tête fraiche le 25, franchement?

Pas moi. Donc, j’ai l’air fatiguée et il se passe des choses graves.

Dans la vie de Don aussi, des sujets importants sont à l’étude (mais pas quelle robe mettre pour l’occasion, non). Car récemment, Don a lu une étude démontrant que les hommes mariés vivaient plus longtemps que les célibataires.

Qui est Don me direz-vous? Le héros de ce livre bien sur. Et notre héros pense qu’il a encore beaucoup de choses à faire sur cette terre, et que sa quarantaine approchant, il est temps de songer à l’avenir. Avenir qu’il prolongerait bien d’une petite dizaine d’années, grâce aux bons soins d’une épouse dévouée. Alors, Don a décidé de se marier.

Le problème, c’est qu’il ne sait pas encore bien avec qui. Oui, Don est célibataire, il a une série de critères très précis concernant ce qu’il attend de sa future femme. Mais n’ayez crainte, pour s’aider, il a mis au point un questionnaire parfaitement précis et hautement détaillé qui devrait lui permettre d’éliminer rapidement les candidates non désirables.

Il faut dire que Don est un peu spécial.

Pour les experts ès séries, je vous dirais que Don est un genre de Sheldon dans The Big Bang Theory (quand même nettement moins pénible et plus sympathique, je vous rassure). Professeur de génétique dans une grande université, sa vie est réglée comme du papier à musique selon des règles et des standards inébranlables. Don n’est pas trop vilain à regarder, il ressemblerait même un peu à Gregory Peck, mais il manque cruellement de social skills (si vous ne connaissez pas Gregory Peck, votre culture est à faire – pour s’occuper en faisant le sapin par exemple – comment ça il n’y a que chez moi que l’on attend le 23 pour décorer le sapin ??).

Je disais donc, Don est spécial, ce qu’il faudra traduire par : il est insupportablement brutal d’honnêteté et de rigueur morale. Psychorigide quoi… Tendance autiste je dirais même, bien que cela ne soit jamais clairement mentionné.

Mais, en pleine recherche scientifique de sa compagne parfaite, et handicapé par son idée fixe, notre héros se méprend lorsque Rosie vient frapper à la porte de son bureau, et il suppose qu’elle vient poser sa candidature comme épouse potentielle. Bien évidemment, Rosie ne saurait faire l’affaire, pensez : barmaid de profession, elle fume, elle n’est pas ponctuelle, elle ne mange pas de viande…

Rosie, de son côté, n’est pas spécialement intéressée par le questionnaire de Don, qu’elle trouve plutôt révoltant, option dégradant pour toutes les femmes de la planète. Un critère de plus en sa défaveur, elle a l’audace d’être féministe ! Et elle est surtout intéressée par les talents de généticien qu’elle pourrait utiliser dans la quête qu’elle a elle-même entamée pour retrouver son père biologique.

Par on ne sait trop quel miracle du destin, poussées par des forces invisibles (le premier qui dit la flèche de Cupidon récitera 5 fois la table des éléments), Don et Rosie se trouvent embarqués ensemble dans ce qu’ils appellent The Father Project, et qui, entre deux homards, une soirée cocktails, pas mal d’incidents diplomatiques et trop de conseils d’amis plus ou moins bien intentionnés, va les emmener dans une drôle d’aventure et déboucher sur The Don Project et le fameux Rosie Project !

Je n’en dirais pas plus sur Don et Rosie, vous n’êtes pas au bout de vos surprises et je m’en voudrais d’en gâcher la moindre miette…

Je ne peux que vous dire ceci : The Rosie Project de Graeme Simsion est un roman vraiment hors du commun. Ce n’est pas une romance classique, ce n’est même pas du tout une romance (sauf que, spoilers, cela finit bien). C’est un livre drôle, différent, avec une voix originale. Don est un personnage difficile d’abord, et le monde vu à travers ses yeux est plus le moins déconcertant. Mais Rosie n’est pas en reste, elle dissimule bien des choses derrière sa frange et son attitude rebelle, juste ce qu’il faut de surprises pour déstabiliser Don et le forcer à se reconnecter avec la réalité qu’il se donnait tant de mal à éviter.

Rosie et Don ensemble, c’est juste assez de nouveauté et de surprises pour vous donner envie de continuer à tourner les pages quoi qu’il arrive, et savoir comment tous ces projets vont se finir !

C’est aussi un phénomène éditorial, originellement publié en Australie et revendu dans plus de 36 pays, dont les droits cinématographiques ont été achetés par Sony Pictures (et j’espère qu’ils ne le laisseront pas trainer au fond d’un tiroir pendant 10 ans, ce serait trop dommage). C’est un livre qui a le même potentiel que Silver lining playbook (aka Happiness therapy qui a quand même réussi à combiner les beaux yeux de Bradley Cooper et un Oscar pour Jennifer Laurence *fangirl moment*), autant vous dire que je voudrais bien voir ça !

C’est Graeme lui-même qui va travailler sur le script (il l’avait d’ailleurs d’abord conçu comme un scénario), et dans une interview, il a annoncé qu’il verrait très bien Eric Bana dans le rôle de Don. Ok, moi aussi je le verrais bien. Please ?

En attendant, il travaille sur une suite, je garde l’œil ouvert…

Quand à vous, offrez largement ce livre, aux lecteurs de romance et aux autres sans discrimination, c’est juste un excellent roman.

Bonne lecture,

Chi-Chi

Publicités

18 réflexions sur “The Rosie Project – Le théorème du homard

  1. Est-ce que ça plaira à ma maman? C’est ça, la question. Et est-ce qu’elle se souviendra que c’est noté sur le paquet « pense à prêter ce livre à ta fille aînée quand tu l’auras fini. Et joyeux Noël »?

    • J’étais persuadée que la traduction était en route!!! Mais si ce n’est pas le cas je suis certaine que ça ne saurait tarder, vu la vitesse à laquelle il est repris partout dans le monde… Et puis de toute facon tu vas bientot gérer la VO comme une déesse! 😉

      • Je confirme, après fouille sur internet, il est prévu pour 2014 chez Robert Laffont 🙂

        Et sinon, Petit Papa Noël si tu passes par là et que tu me lis, si tu pouvais me transformer en déesse de la VO pour Noël histoire que je lise plus vite ce serait top génial! 🙂

      • Ah bravo, tu as été plus efficace que moi, j’ai cherché sans trouver l’info! 🙂 (mais j’étais certaine que cela devait exister…)

  2. Et hop… encore un que je veux lire.
    d’ailleurs, c’est un que tu peux preter, ou faut que j’aille faire travailler l’économie amazonienne?

  3. Pingback: Un début d’année du côté rose de la force | In need of prince charming

  4. Pingback: La science du mot clé | In need of prince charming

  5. Pingback: 27 questions à Courtney Milan, l’interview fleuve | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s