La route de l’arc-en-ciel

Une auteur qui s’est fait connaître à travers ses historiques aux héros parfaitement yummy et qui s’est depuis un peu tournée vers le contemporain. Une auteur qui a défaut d’être perpétuellement géniale dans ce qu’elle écrit, propose une bibliographie peuplée de pléthore de livres délectables aux histoires sensuelles et émouvantes.

Une auteur passé/présent qui a déçu Chi-Chi dans ses contemporains (surtout celui-là), mais qui a fait swooner Little B. avec ses historiques.


Une auteur dont je n’avais pas lu de livre depuis un bon moment… parce que la déconvenue de Chi-Chi avait réussi à me refroidir de manière substantielle.

Mais début juillet, alors que j’avais des envies contradictoires, je me suis surprise a vouloir laisser sa chance à la série Friday Harbor de Lisa Kleypas. J’ai pris soin de sauter le premier, Nuit de Noël à Friday Harbor, et j’ai jeté mon dévolu sur ‘’La route de l’arc-en-ciel’’.

Ce tome s’ouvre sur Lucy Marin. Après un rapide chapitre sur l’enfance de la demoiselle, on assiste impuissantes à la conversation du siècle :
Son petit copain, Kevin, lui annonce qu’en fait, il n’est plus vraiment convaincu de l’affection qu’il lui porte, qu’elle l’étouffe un peu et que, parce qu’elle a trop d’exigences, pas assez de confiance en elle (et en les autres), et est totalement inaccessible, il s’est vu contraint, à l’insu de son plein gré, à se tourner vers quelqu’un d’autre pour parler de son moi profond.
Et que une chose en entrainant une autre, bah ils sont tombés amoureux, mais que bon, c’est quand même pas sa faute hein à ce pauvre Kevin, parce qu’on a pas idée d’être telle qu’elle est. Et puis, à sa décharge Alice a su tellement bien l’écouter. Sans doute parce qu’elle connaît si bien sa sœur Lucy…

Et voilà, Kevin l’ordure vient donc de larguer Lucy pour sa sœur. Et puis parce qu’Alice vient s’installer avec lui, ce serait quand même bien que Lucy décampe dans la semaine.

Voilà comment en une conversation, notre héroïne se retrouve sans copain et sans maison…

Fort heureusement, Lucy a des amies adorables qui tiennent un B&B, ce qui résout son problème de toit. Pour ce qui est du cœur, faisons confiance à l’égocentrisme du nouveau duo Kevin-Alice…

A peine quelques semaines après la rupture d’une relation de deux ans, nos deux tourte… ordures annoncent leurs fiançailles. Sauf que pour une fois, les parents des deux sœurs n’approuvent pas de leur benjamine et refusent de payer quoique ce soit tant que leur ainée ne se sera pas remise de la trahison.

Je pourrais vous raconter ce qui se passe après, mais ce serait spoiler. Et je ne suis pas d’humeur et ne souhaite pas ruiner votre plaisir. Mais disons que cela implique :

  • un retour de faveur
  • un accident de vélo vintage
  • une équipe de bikers type hell’s angels
  • une nièce orpheline
  • la lumière de l’aube qui révèle la magie d’un vitrail
  • des antécédents familiaux compliqués
  • un vignoble et son propriétaire sexy
  • un chien ridiculement pataud
  • un mariage
  • une relation entre sœurs
  • un phobique de l’engagement

Autant dire, la recette d’une livre à la fois sweet et juste dans le traitement des émotions. Nos héros sont tous les deux blessés et l’auteur saura leur laisser du temps pour apprendre à se connaître et progressivement reconnaître l’évidence.

J’ai swooné, j’ai dévoré les pages et ce que j’ai pu aimé Sam et son coté geek (qui pourrait renoncer à un homme qui fait des références à Doctor Who ?), qui se mélange à la solidité de l’homme fier de son travail et étrangement tire sa force des craintes et faiblesses de son enfance.

Laissez vous séduire par les Nolan, du moins celui-là, et alors que le soleil brille (enfin j’espère), plongez-vous sans attendre dans La route de l’arc-en-ciel !
 
  
Bonne lecture,
Tam-Tam

 

Publicités

40 réflexions sur “La route de l’arc-en-ciel

  1. Tiens c'est un des comteporains de Lisa Kleypas que ma mère a ajouté à sa bibliothèque, mais en grande bourrique je suis réticente avec les contemporains mais j'avoue que le point un accident de vélo vintage m'intrigue, gagné Tam- Tam j'ouvrirais ce livre. Bien joué 😉 A bientôt les princesses.

  2. J'ai toujours bcp de mal à aller vers les contemporains. Mais si mon auteur préféré a réussi à écrire un si bon livre, je vais peut être me laisser tenter. Merci pour ce billet!

  3. Pas le meilleur roman contemporain mais il se laisse lire en effet. Le décor est enchanteur par contre, et m'a incitée à aller visiter les îles San Juan la semaine dernière (je ne suis pas allée à Friday Harbor mais sur une île voisine, Orcas Island)… que dire sinon que ses descriptions lyriques sont bien méritées (et puis j'ai quand même pris le même ferry que l'héroïne hihi) 🙂

  4. Rhooooooooo qu'est ce que j'aimerai y aller !! (et j'ai croisé les iles orcas dans L'Arche de Boyd Morrison (un thriller sorti en juillet chez Bragelonne), je ne savais pas que c'était à côté)

  5. ahhhh je suis contente !!! je l'ai beaucoup aime et je trouvais dommage que vous abandonniez la série après ce premier tome qui sort en décembre en France (la logique de la publication française …) et le tome 3 est d'ailleurs aussi chouette que le 2, un livre un peu doudou mais toujours agréable à lire, et puis le soupçon de magie, j'adore complètement ! maintenant j'ai hâte de lire le 4 qui sort à la fin de l'été mais j'avoue que je ne suis pas sûre du tout de lire le 1!!!

  6. Oui, oui, j'ai quelques photos des îles – franchement toute ma famille était conquise, c'est vraiment un coin magnifique et les gens sont super sympas 🙂 Ma prochaine excursion dans le coin incluera d'office Friday Harbor et l'île San Juan (principale). Je peux vous envoyer ça par courriel.

  7. oui, j'avoue rester une inconditionnelle de ses historiques. Mais ce livre est vraiment agréable à lire et leger. Et l'été, j'aime la legerté! ca contrebalance la chaleur!

  8. Mmmm… si tu n'aimes pas le contemporain en général, j'aurais tendance à t'einviter à lire d'autres auteurs d'abord.comme Kristan Higgins par exemple. Qu'en penses-tu Chi-Chi?

  9. J'ai adoré les quelques photos apprecues sur ton fb!et en effet, cela donne envie de partie en vacances là bas, indéniablement!j'aime assez quand un auteur fait naitre cette envie en moi.

  10. Pingback: Une PAL en souffrance | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s