La question de l’homme

(Réédition du 14/08/10)

Dans une histoire d’amour il est question d’un couple. D’une unité centrale qui se forme par l’interaction entre le protagoniste mâle et la protagoniste femelle. Pour qu’il y ait alchimie et que le couple fonctionne, le caractère des deux héros et leur cohérence ensemble est capitale. Le couple est au cœur du roman, et dans ce couple, l’homme, et tout ce qu’il représente, tient une place de choix.

Car honnêtement, qu’adviendrait-il de Autant en emporte le vent sans le charismatique Reth Butler ? Que deviendrait Elizabeth Bennet sans Mr Darcy dans Orgueil et Préjugés ?

L’auteur a donc pour mission de créer un personnage qui saura non seulement retenir l’attention de l’héroïne, mais aussi celle de la lectrice ! Et tout comme chaque femme ne recherche pas la même chose chez un homme, chaque lectrice ne recherche pas la même chose chez le héros… quoique…

En me penchant sur la question, j’ai réalisé à quel point cette règle n’était pas vraie !

Par exemple, dans la vraie vie, celle où les gens ne m’appellent pas Votre Altesse, je sais que Chi-Chi et moi-même ne sommes pas attirées par les mêmes princes… Pourtant, nous sommes toutes les deux d’accord sur la sexitude incontestée des Dark-Hunter.

Dans un livre, je vais baver d’envie devant l’aura mâle d’un héros du type howardien plein de testostérone. Dans la vraie vie, je préfère un cerveau bien rempli à un corps parfait… Et j’aime bien prendre les décisions aussi, too bad pour l’homme macho…

Dans un livre, je frémis d’anticipation à la description des costumes régence du héros et à la manière dont ses larges épaules/ses puissantes cuisses/son magnifique membre les remplissent. Dans la vraie vie, un mec en collants est déguisé, un mec en slim, fashionisé. Dans les deux cas, mon radar à canon reste éteint !

J’ai donc entrepris de faire le tour de mes héros préférés afin de déterminer si oui ou non ils étaient tous sorti du même moule !

J’ai passé en revue une liste assez impressionnante de livres et d’auteurs. J’y ai inclus mes préférés, ceux que j’emporterai sur une île, mais aussi ceux qui ont ce petit quelque chose qui leur donne le droit de rester dans ma bibliothèque sans pour autant avoir le droit d’intégrer mon sac de vacances pour l’île…

J’ai tapé dans des genres variés : le contemporain, la romance régence, moyen âge, victorienne, le thriller, l’espionnage, le fantastique, la romance vampire, cowboy, écossaise, irlandaise, les fresques historique en 8 tomes, les romans Harlequin en 100 pages… Bref, j’ai fait un tour d’horizon et relu bien des 4èmes de couverture pour arriver à cette conclusion :
Mes héros préférés sortent d’un moule en silicone que les auteurs doivent se refiler entre elles… Mais même si elles les font cuire dans des fours différents ce qui leur donnent une saveur particulière, la recette reste la même.

Mon héros est fort, il a des muscles, il n’a pas de ventre mou, et si d’aventure il était doté de tablettes de chocolat abdominales cela ne gâcherai rien.

Tout comme les pompiers de Paris passent l’épreuve de la planche chaque matin, mon héros doit passer par l’épreuve du soulèvement de jeune demoiselle en détresse/fatiguée/blessée. Si par la suite il est capable de la porter sur plusieurs kilomètres, sans montrer d’autres signes que ceux de l’angoisse de voir arriver la belle à bon port, c’est un point de plus pour lui.

Mon héros est grand. Plus grand que l’héroïne, qui a le droit d’être une petite chose fragile ou le genre modèle petit lutin facétieux, mais dans tous les cas, il doit donner l’impression d’être plus grand que moi (NDLR : Je suis grande… très grande)!

Mon héros est intelligent. Mais pas forcément en ce qui concerne les relations avec les femmes. Il a le droit de ne découvrir l’épanouissement amoureux qu’avec l’héroïne. Mais il doit être un génie dans sa partie, que ce soit les affaires, la voile, la pêche, la musique ou le football américain. Toutefois, on notera qu’il est plus facile de rêver sur un héros architecte que sur un héros plombier…

Mon héros doit laisser sa douce moitié vivre. Il a le droit d’être possessif, mais la jalousie, passé le stade où l’aveu de l’amour est fait, c’est un peu pénible. Il doit être protecteur, mais quand on passe au stade bodyguard, ça fait un peu trop Hollywood à mon gout !

Mon héros a un passé. Ça le rend mystérieux. Il est marqué par son enfance/un accident/une apparition d’ovni dans le jardin de sa grande-tante Mauricette… Mais grâce à l’amour, il va pouvoir tourner une page.

Mon héros doit avoir la barbe de trois jours sexy, les chausses de cavaliers étroitement ajustée à ses cuisses puissantes, le sens de l’humour affuté, la carrure d’un athlète, une patience à toute épreuve et un doctorat en sport en chambre…

Mon héros est un cliché vivant. Et si je rencontrais mon cliché dans la vraie vie, mon intelligence m’avertirait qu’un corps pareil doit s’entretenir avec des heures en salle de muscu, qu’une telle compétence sous les couvertures sous-entend un entrainement préalable avec d’autres demoiselles que moi et qu’un passé mystérieux est parfois bien compliqué à gérer au quotidien…

Mais voilà, dans un livre, on oublie tout, et on rêve.

Le talent de l’auteur et sa recette secrète du héros nous font oublier que les ingrédients utilisés sont des clichés.

Créer un héros est un processus délicat, car lorsque mal maniés, nous levons les yeux au ciel et reposons le livre.

Parfois un héros fabuleux est associé à une dinde, et le livre perd toute sa saveur. C’est un peu comme servir de la Villageoise avec du foie gras aux truffes.

La question de l’homme est donc plus compliquée qu’une simple recette parfaite. Elle demande du doigté et de la patience, comme un bon repas n’est pas qu’une question d’ingrédients et de plats. Il faut l’atmosphère et les convives…

Et vous quel est votre héros parfait ?

Tam-Tam

PS: Sur la photo, le plus Yummy des australiens…

Publicités

16 réflexions sur “La question de l’homme

  1. I’m not going to try to write my response out to this in French–I’m only getting to the point where I can occasionally write my own blog posts in it! But if I understand this post correctly, ooh yes, the hero is a vital part of what makes a story work. 🙂

    I like my heros deliberately understated. I think my all time favorite type of hero is the seemingly modest, unassuming type whose appeal sneaks up on the heroine, until halfway through the book she’s suddenly all « HEY WAIT when did you get unbelievably handsome? »

    Barbara Michaels, a.k.a. Elizabeth Peters, was excellent at that. Her book Into The Darkness has a hero in it who spends most of the first half of the book being all grim and stoic at the heroine–until he finally unleashes a smile on her, and she almost falls over from the impact. I love that.

    Much more recently Kate Noble has an excellent hero like this, too–Marcus Worth in her novel Revealed, in the Blue Raven series.

    I don’t need a hero to be big and buff. In fact, most of my favorite heros are perfectly decent-looking guys but not what people would call stupendously sexy. What makes a hero sexy to me is his intellect, his chemistry with the heroine (and by chemistry, I mean ‘personality’ even more than I do ‘hormones’), and his actions in the story.

    Though I’ll definitely admit, I like ’em tall and lean and rangy. Bonus points if they’re a) musicians, b) scientists of any kind, c) if it’s a contemporary setting, a geek of any sort, d) an archer in an action plot (Hawkeye in the Avengers movie: yum), or e) captains (Jack Aubrey! Laurence in the Temeraire novels! Kirk! Yum!)

    I should try to find out if Barbara Michaels ever got translated into French. 😀

    • Yes she was! 🙂
      T. has actually reviewed one of her books for us (Amelia Peabody series), she loves her…
      Like you, I have a soft spot for the understated hero, so awesome when he reveals himself, and that makes his feelings so much more unique! I also love the good boy, friendly and never overtly flirty, he is a nice change from all of those super alpha heroes (I actually am getting a bit fed up with those but shush, let’s not tell anyone 😉 )!

      • Oh, _awesome_. I’ve been practicing my French by reading translations (working on Bilbo Le Hobbit right now), but Barbara Michaels/Elizabeth Peters is a lifelong favorite of mine and she’d be great to practice with too.

        Though I’ll also admit, that Hugh Jackman pic IS rather yummy. 😉

      • As for myself, I will never turn my nose to the understated hero (And I kinda feel I am married to one), but it is strange haw the alpha of a good romance will make me shiver whereas in real life… no way!

  2. Hihiii !! J’adore ! J’aime les mêmes héros que toi ! ^^
    Je précise tout de même qu’un plombier peut être sexy… suffit de penser à Mike Delfino ! Miam !
    Et j’aime beaucoup le parallèle avec La Villageoise ! ^^

  3. J’ai tellement rit en lisant ce poste et je m’y suis parfaitement retrouvée !

    mais faites attention les princesses, sur le blog, on s’est faites incendier et traiter de tous les noms d’oiseaux parce qu’on a osé dire que dans nos lectures un plombier-chauffagiste ne nous faisait pas rêver .. 😀 (on avait pas pensé à Mike le plombier ou John Rowland le jardinier … )

    Mais il est vrai que quand j’y réfléchis, si je trouvais vraiment l’homme comme il nous fait rêver dans la littérature, il me taperait vite sur les nerfs et je passerais mon tour…

    • Je crois qu’en fait tout est ds la description, parce que j’en ai lu moi des histoires de plombiers/jardiniers qui m’ont fait rêver! 🙂

    • Il y a des plombier sexy a mort!!!
      mais je suis nulle en noms… me souviens plus des titres…
      mais de mémoire, il sont genre patron de leur boite, ou alors meme maitre d’oeuvres.
      Faut avouer que la romance glamourise vachement les professions.
      Faudrait faire une liste sur un an des différentes professions des héros en contemporain, juste pour voir!

  4. Pingback: Unclaimed – Turner #2 | In need of prince charming

  5. Pingback: Le temps rattrapé | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s