La vie épicée de Charlotte Lavigne, Tome 1

Un peu de Quebec en Novembre chez les princesses, Mais toujours de la romance avec ce premier opus de la série de Nathalie Roy aussi appelé « Piment de Cayenne et pouding chômeur ».

Cette petite gourmandise romantique nous conte la vie de Charlotte, recherchiste pour une émission de télé (Pour ceux qui se demanderaient ce que « recherchiste » peut bien être en code ROM du pôle emploi, je vous renvoie au lexique que Karine avait eu la grande gentillesse de me fournir à la lecture de ma première romance québécoise) et Maximilien, diplomate français, son « chum ».

Et Charlotte, elle y tient à son chum. Elle y  tient tant qu’elle est prête à tous les stratagèmes pour s’assurer que ce dernier soit sous son charme et y reste: elle est prête à cuisiner des heures durant pour mitonner des plats plus délicieux les uns que les autres. Juste bon n’est pas suffisant, il faut que ce soit « meilleur ». Arriver deuxième, ce serait échouer pour Charlotte, alors elle est aussi prête à « mitonner » des histoires abracadabrantes pour que jamais Maximilien ne réalise qui est charlotte derrière la façade parfaite qu’elle renvoie.

Charlotte a tellement peur qu’on ne l’aime pas pour elle, qu’elle s’est construit une « charlotte » idéale dans la tête, et elle est sure certaine que Maximilien ne pourra jamais aimer que cette « charlotte » là.

Mais de charlotte en charlotte, de stratagèmes en stratagèmes… j’en suis arrivée à trouver que cela sentait quand même un peu le mensonge et la dissimulation. Et vous me connaissez, je suis pour la communication saine.

Charlotte en plus, elle est pétillante, charmante, brillante. Mais c’est un peu comme si elle voulait annihiler cette partie d’elle même qui ne rentrerai pas dans un moule. Alors je sais, c’était sans doute l’intention première de l’auteur, de nous montrer qu’elle se fourvoie et qu’il faut être authentique pour avoir son happy end, mais dans ses égarements, j’ai un peu perdu charlotte moi, et son histoire aussi…

Et j’ai donc réalisé que ce roman québécois éveillait en moi les même sentiments que d’autres romance « chic-lit ». Donc je peux annoncer que ce roman est très bon pour les aficionados du genre. Je me connais suffisamment pour pouvoir dire « Ce n’est pas le livre, c’est moi ».

Bonne lecture (ou pas, pour ceux qui sont comme moi)
Tam-Tam

Publicités

3 réflexions sur “La vie épicée de Charlotte Lavigne, Tome 1

  1. Je suis surement comme toi ! En fait Charlotte m’a prodigieusement agacée (et je reste polie !) au point que j’ai abandonné à un tiers ou un quart du roman ! Pourtant, je voulais vraiment aimé… mais vraiment j’ai pas pu !

    • Peut etre que j’ai plus de mal avec les héroine qui donnent dans le Too much pour vraiment apprécier…
      mais je te promets, j’ai tellement eu envie de la secouer!
      et puis ce n’est meme pas comme si elle se disait que le probleme venait sans doute de la… ou que ses amies l’aidaient.
      arrggggg… cette frustration à la lecture
      T

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s