All I ever wanted – L’amour et tout ce qui va avec

Il s’est passé quelque chose d’exceptionnel dans ma vie récemment… Une nuit blanche. Une vraie de vraie. Où l’on voit le jour se glisser timidement entre les rideaux sur les coups de 6h du matin parce que le livre est trop prenant. Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé! Et avec « All I ever wanted » de Kristan Higgins (traduit chez Harlequin par L’amour et tout ce qui va avec), j’ai une fois de plus la preuve que pour faire une belle histoire d’amour, il n’est pas toujours besoin de vampires sexys, d’espions occupés à sauver le monde, de voyages dans des contrées exotiques, de situations invraisemblables dignes des pires scénarios hollywoodiens (ne vous méprenez pas, j’aime beaucoup les navets hollywoodiens et les scénarios tirés par des ficelles trop grosses pour que la décence m’autorise à les qualifier ici). Mais parfois, une histoire qui ne tourne que autour d’un homme et d’une femme, posés dans un décor crédible, se découvrant mutuellement, c’est appréciable. Et plus encore, je trouve qu’on y voit clairement la qualité de l’auteur, qui ne peut pas se cacher derrière des explosions, des conflits d’espèces, un changement de décor, j’en passe et des meilleures…


Avant toute chose, je dois prévenir que ce livre est écrit à la première personne. C’est quelque chose qui me dérange plutôt d’habitude, mais ici, après 5 pages, je n’y ai plus du tout fait attention… Ne vous laissez pas rebuter par ce détail, ce livre est l’un des plus « cute » que j’ai lu depuis un moment! Et parce que je n’ai pas su choisir ce que j’avais le plus aimé dans ce livre, j’en ai fait une vraie liste. Votre attention s’il-vous-plaît :
  • Parce que Callie, bien que très spontanée et optimiste, n’est pas naïve, ni sotte, c’est un personnage avec une vraie profondeur, une substance qui se construit doucement au long du livre, et non pas expédié en quelques pages, comme si l’auteur essayait de nous faire une biographie de son héroïne. Et parce que grâce à cela, elle est cohérente. Quel soulagement, une femme saine d’esprit et dont je comprend TOUTES les réactions! Et en guise de Jiminy Cricket, Callie est dotée de Michelle Obama et de Betty Boop… Qui n’aimerait avoir des voix pareilles en guise de conscience?
  • Parce que Ian ne ressemble pas aux héros habituels de romance. Il ne dégouline pas de testostérone. Il n’est pas charmeur. Même pas un peu, sur un malentendu ou rien du tout. Mais ce n’est pas non plus un ours mal léché, ni un rêveur toujours dans la lune, ni un maladroit qui dépareille ses chaussettes, ni un renfermé blessé par un passé tragique dont il ne se remet pas. Mais c’est un peu tout cela en même temps. C’est ce qui le rend si réel à mes yeux.
  • Parce que la famille de Callie… Les mots me manquent! Atypique, jamais bêtement ridicule, à la limite de la crédibilité (et du mauvais coté de la ligne franchement), drôle, drôle, drôle. J’ai mentionné drôle?
  • Parce que tout n’est pas rose et chatoyant dans la vie de Callie. Déjà, Mark!!! Mark, le boss, ex-petit copain, amour sans espoir… Muriel, et Fleur, les collègues de rêve. Ou de cauchemar, selon le point de vue… Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais ma vie étant totalement rose et chatoyante, j’aime bien lire des histoires où il arrive aux personnages plein de malheurs, pour rétablir l’équilibre entre ma vie parfaite et la réalité! Non? Non. N’empêche, j’apprécie l’auteur qui se donne la peine d’explorer les nuances de gris dans le monde, la marge d’erreur de ses personnages, les petits malheurs de la vie quotidienne, tout ce qui fait que ces gens-là, ce pourraient être nous, nos voisins, nos collègues, n’importe qui finalement!
  • Parce que tout cela se passe dans une petite ville, mais que l’auteur n’en profite pas pour nous faire une campagne de pub effrénée sur les mérites divers et variés de la vie dans une petite ville américaine, en opposition avec la grande méchante ville sournoise et anonyme.
  • Parce qu’il est question d’animaux, sans jamais dégouliner de bons sentiments du genre « il aime les chiens, c’est forcément un type bien » ou « bouhhh le vilain, mon chien ne l’aime pas, c’est un sale type ». Caricature? Qui a dit caricature? Je ne vois pas de quoi vous parlez…
  • Parce que le dindon. Je ne dirais que ça. J’ai un faible pour les dindons. D’ailleurs si vous pouvez me recommander des bons livres avec des dindons dedans…
  • Parce que Callie a un rocking-chair (chaise à bascule pour les gens normaux, mais avouez que c’est moins glamour comme appellation). Et moi j’aime les rocking-chair, ça me donnerait presque envie de déménager à la campagne pour bercer des bébés sur un porche, en regardant le soleil se coucher sur la forêt à perte de vue. Presque.
  • Et enfin, parce que ce livre est vraiment, vraiment bien écrit, sans grandiloquence, sans effets de style hasardeux tirés à la loterie, avec la pointe de douceur et de poésie qui touche, et qui fait que l’histoire, tout en étant crédible et réaliste, nous fait rêver. Et grâce à cela, pendant 409 pages, j’aurais voulu être Callie.
 
J’ai refermé ce livre vers 6h37 du matin. A 6h40, j’avais commandé 2 autres livres de Kristan Higgins. A la minute où j’écris ces lignes, je guette le facteur…
 
Chi-Chi
Publicités

30 réflexions sur “All I ever wanted – L’amour et tout ce qui va avec

  1. Incroyable, tu lis dans les esprits? Je suis absolument d'accord avec tout ce que tu dis sur ce livre super sympa et agréable. Il m'a fait rire, pleurnicher (souvent), mais il m'a aussi fait réfléchir, tellement les personnages me semblent humains et familiers. C'est un rare mélange d'humeur farfelue et de perspicacité sur la nature humaine. Coïncidence frappante : j'ai lu deux livres de suite où l'héroine s'appelle Callie (Calliope). Zoë Barnes "Coup de foudre au zoo" étant le premier. C'est fou ça, non?

  2. Calliope semble être le nouveau prénom à la mode. Dans les historiques on le trouve aussi souvent…Je crois bien qu'en un seul livre, Kristan Higgins est entrée dans mon panthéon personnel!

  3. ahhh Chi-Chi se mets aux listes!!!! J'aime!Et d'ailleurs, je mets une option sur ce livre que je n'ai pas lu. Je vais tacher de le commencer un samedi soir, just in case…PS: et que dieu nous préserve des chaussettes dépareillées!

  4. @ Asia : ça me rappelle quelques souvenirs de quand je vivais au Canada, la chaise berçante… Je préfère définitivement rocking chair! ^^@ Tam-Tam : le livre t'attend, rassure toi…

  5. Wow je vais écumer toutes librairies londoniennes pour le trouver demain! Tu devrais écrire les commentaires pour 4è de couverture qui donnent envie d'acheter un roman. Critique littéraire? Et je veux un rocking chair… maintenant.Tout ça pour dire : chapeau Bernie, tu m'as convaincue !m.

  6. Ah ! J'avais fait découvrir K higgins à Pirouette et j'étais très heureuse que cela lui plaise… je vois que cela suit son chemin, il y a des emules !!!! Joelle /RomanceH

  7. bno, alors, je viens de le finir, j'ai les yeux qui piquent (par l'émotion, pas par le manque de sommeil)j'ai manqué de me faire écrasé 3 fois…parce que voulant le finir, je lisais en marchant…et là, maintenant tout de suite, je veux un rocking-chair (alors meme que je n'aime pas les rocking chair), je veux un chien (alors que merci, mais non merci en fait) et je veux un assassin russe blond (alors que j'aime pas les blonnnndddssss)

  8. Hmmm, le truc c'est que je vais filer l'acheter droit derrière si j'aime:)Par contre, moi je peux t'envoyer Anna and the Boy next door pour que tu te fasses une idée 🙂

  9. @ Cess : Bon, alors je te laisse investir pour celui-là (de tte façon mon exemplaire est en otage entre les mains de Fashion pour le moment), et si cela te plait, je te prêterai les deux autres à avoir absolument lu ! Je veux bien tester Anna and the boy next door ceci dit… ;o)

  10. c'est Pimpi qui me dit qu'elle a failli pleurer en lisant ce lire dans le métro ! Du coup, forcément, ça m'interpelle et après un tel billet moi aussi j'ai envie de lire ! C'est pas du tout raisonnable !

  11. Enfin lu ce roman. :-))Je suis entièrement d'accord avec toi sur tous les points. C'est drôle, très très drôle, et réaliste. Et Ian ressemble terriblement à un specimen masculin de ma connaissance, jusque dans sa blonditude. Bref, elle rentre dans mon top 10. :-))

  12. je vais mettre un commentaire bémolisant car je me suis fiée à un commentaire de ce magnifique et hautement utile blog pour acheter la version française de ce livre et j'ai été un peu déçue.En relisant ton article, je pense que c'est lié à la traduction. Sur le coup j'ai même cru que le récit n'était pas à la première personne et pourtant si (je viens de vérifier!)Le démarrage est super "fouillis". Trop pour que je puisse entrer dans l'histoire et m'identifier.La relation avec Mark est énervante, quant à Muriel… et Fleur… Heureusement il y a Annie.Le héros est effectivement très bon et très réaliste. L'affaire du dindon est extra… Bref ce livre ne sera pas dans mon panthéon personnel mais Kristina est un auteur que je vais suivre… peut-être faudrait-il que j'essaie en VO…

  13. Ah moi je l'ai lu en français et malgré peut être les manques de traduction, j'ai beaucoup ri et un peu pleuré.Un très beau livre, mais je préfère nettement la couverture américaine, quoique pourquoi il n'y a pas aussi Bowie ?

  14. Bof moi elle ne me plait pas trop cette couverture a bonbons, elle fait trop chicklit… Mais heureuse de savoir que la traduction est bonne j'espere qu'il n'y a pas eu trop de coupes! 🙂

  15. Pingback: The Perfect Match | In need of prince charming

  16. Pingback: Maternité et romance | In need of prince charming

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s