The Goal (Off-campus 4)

Pssst, vous savez quoi ?

J’ai lu The Goal, le nouveau (dernier) Elle Kennedy.

Déjà, en passant, c’est juste moi ou vous aussi vous confondez tout le temps cette série avec celle de Sarina Bowen ?

Du New Adult, des joueurs de hockey, une université en Nouvelle-Angleterre, et des auteurs qui ont travaillé ensembles et ont fait un cross-over entre leurs séries (je crois).

Bref, j’aime cette série, c’est un bon doudou pour moi, c’est choupi, c’est sexy, souvent assez drôle, moderne et avec des personnages pas crédibles du tout mais qui sont souvent intelligents du genre, bons à mettre en évidence les notions de consentement, de sexe protégé, tout ça, ce sont des bons points dans mes romances à moi.

J’ai donc lu The Goal d’Elle Kennedy, tome 4 de la série Off-campus.

Je vous le dit tout net, grosse déception.

On connaît Tucker depuis le tome 1, c’est le coloc de Garrett, c’est un saint avec ses amis, il est patient, il est bien élevé, il sait faire la cuisine, il est sérieux, il joue au hockey mais n’est pas obsédé par le sport parce qu’il ne veut pas particulièrement en faire une carrière, bref, c’est le gendre idéal.

Et Tucker un jour aperçoit Sabrina au coin d’un bar.

Sabrina, c’est un peu la bitch de service, en tout cas c’est ce que l’on a vu d’elle dans le tome précédent, celui de Dean. Parce que Dean et Sabrina ont couché ensemble un soir alcoolisé, et parce que Sabrina considère Dean comme un type arrogant et trop gâté par la vie pour lequel elle n’a aucun respect, et qu’en général, elle n’a pas une très haute opinion des hommes, en dehors de leurs qualités au lit.

Tucker aperçoit donc Sabrina, et il a aime bien ce qu’il voit. Et vice versa.

Cela se termine dans la voiture de Tuck, sur le parking du bar.

Comme Sabrina a une règle de « jamais deux fois avec le même gars », les choses devraient en rester là.

Sauf que, vous vous en doutez bien, Tuck est intéressé. Il veut la revoir, dans un vrai lit cette fois, et plus si affinités…

Et comme notre héroïne n’est pas trop trop partante, eh bien cela va prendre du temps.

Jusque là, de mon coté tout va bien.

C’est chou, c’est sexy, c’est intéressant, je vois bien les obstacles qu’il va falloir surmonter.

Et puis malheureusement, à force d’être parfait, eh bien Tuck devient un peu transparent.

Entre eux, c’est un mauvais cha-cha-cha : un pas en avant, quatre pas en arrière.

Il est parfait cet homme, compréhensif. Il est très perceptif aussi. Il comprend vite les problèmes de sa dulcinée. Il refuse de lui mettre la pression. Il ne fait jamais la gueule parce qu’elle a (encore) bloqué son numéro de téléphone, ne pipe mot quand elle reste 3 semaines sans lui donner signe de vie. Pas un reproche, pas un commentaire. Pas un seul « moi aussi j’ai des sentiments et ça serait gentil de ne pas toujours t’essuyer les pieds dessus ».

A la décharge de Sabrina, elle est bien consciente de ce qu’elle fait vivre à Tuck, et se débat avec ses problèmes pour arranger les choses. Mais elle n’est pas franchement des plus logiques en la matière, et c’est fatiguant. Et je ne spoile rien en disant ça, comme par hasaaaaard, elle tombe enceinte par accident du premier coup alors qu’elle prend la pilule (par contre on ne parlera jamais du risque de MST, pas sexy). Évidemment il fallait que ça arrive à la fille qui a le moins de chance sur terre. Ça a un vieux relent de morale bien-pensante tout cela. Je ne pense pas que c’était le but mais je l’ai ressenti comme cela…

Et une fois madame enceinte, l’histoire se traîne, parce qu’ils ne se parlent pas, parce que Tuck encaisse tout sans broncher, parce que Sabrina s’enferme dans ses problèmes. Parce qu’en théorie, il se passe beaucoup de choses dans ce livre. Des rebondissements dans tous les sens, des surprises, des personnages secondaires que l’on aime, forcément, on les connaît pour la plupart et ceux que l’on ne connaît pas sont chouettes.

Mais non, rien à faire.

Je suis déçue, je me suis ennuyée (parfois un peu agacée aussi).

C’est un livre qui a mérité deux petites étoiles sur Goodreads parce que je l’ai lu sans déplaisir, sans avoir envie de me taper la tête contre un mur. Mais c’est un livre que je ne vous conseille pas, sauf si vous êtes des fans hardcore de la série et que vous voulez absolument revoir vos personnages préférés…

Love,

Chi-Chi

Publicités

The score – Off Campus #3

 

Oyé! Oyé! aujourd’hui au menu princier, un NA contemporain, et pas n’importe lequel, le troisième opus de la série Off-campus dont le premier tome m’avait fait chanter des cantiques à 1heure du matin après une soirée entière de lecture effrénée…

The Score par Elle Kennedy, qui nous compte l’histoire de Dean Heyward Di Laurentis et Allie Jackson. Dean, dans les deux tomes précédent, c’était le womanizer de première. Une fille (ou plus) différente toutes les semaines, une affection particulière pour l’acte en public, un sourire carnassier et de l’humour à revendre. C’était le joueur sans soucis, pas prise de tête, mais pas forcément fiable non plus. C’était le rake, le vrai. Celui qui aime sa vie de débauche, les jolies filles, le hockey et tout ce que cela lui apporte.

Allie Jackson, au contraire, c’était la fille raisonnable en relation sérieuse depuis sa première année d’université. C’était la fille sur qui l’on peut compter, meilleure amie de Grace, dévouée à son père malade, concentrée sur l’avenir et rigoureuse et mesurée dans ses choix…

Le mix des deux ça donne quoi du coup? Pas mon préféré des trois.

Pas que l’histoire ne soit bonne hein. C’est bien monté, les rebondissements sont bien trouvés et j’ai apprécié qu’on sorte un peu des clichés. Mais comment dire, c’est comme si la backstory était plus creuse.

Je m’explique. Nous avons eu deux tomes déjà pour nous faire une idée et nous former une opinion sur les deux protagonistes, et là, on assiste a un renversement. Dean, qui est supposé est un man-slut complètement phobique de l’engagement glisse dans le rôle du boyfriend assez (trop?) facilement. Alors oui, vous pourrez arguer que peut être qu’il n’attendait que ça, mais mon esprit cartésien aurait aimé avoir une explication. Car dans le tome 1, la même thématique avec Garreth avait été traitée, et superbement! Limite Garreth fait bien plus rake/tomcat que Dean, qui est pourtant le lover revendiqué!

Du coup, c’est peut être un préjugé de ma part, mais je m’attendais a plus de construction en profondeur des personnages. Rhhhhaaaa les auteurs nous rendent exigeantes hein?

Quoiqu’il en soit, il mérite d’être lu, et je ne voudrais pas que vous passiez à côté d’une bonne histoire, juste parce que je préfère le premier tome!

Bonne lecture donc!

T.

The Mistake (Off-Campus 2)

Chi-Chi : Puisque The Deal était la grande exception qui avait convaincu T. de lire du contemporain (enfin !!!), il était bien évident que nous allions lire The mistake, le tome 2. Et je vous l’annonce tout de suite, il y aura un tome 3 (et probablement un tome 4).

Guest : O joie dans les chaumières. (Je suis le grand dragon de pierre)

Chi-Chi : Et pour l’occasion, on s’est un peu enflammées et on a décidé de réinviter l’une de nos guests (qui se font trop rares ces derniers temps je trouve). Welcome donc à la Petite Lady !

Guest qui s’est crue incognito : (Est-ce que je vous ai dit que j’étais le grand dragon de pierre ? Oui bon ok, j’ai menti : ici la Petite Lady)

La Petite Lady fait une fixette sur Mushu et Mulan, il ne faut pas lui en vouloir ! (C’est T.)

Chi-Chi : Revenons à nos moutons. Logan (le héros) est le BFF de Garrett (tome 1 donc), et il a un problème. Ce problème s’appelle Hannah.

Eh oui, fini le bon temps où les BFF étaient jaloux parce que la nouvelle copine occupait trop l’emploi du temps du héros. Souvenez-vous, dans l’épisode précédent (cela se lit vraiment dans la continuité de l’autre), Logan n’est pas triste parce qu’il a perdu son wingman, le Goose de son Maverick (vous gagnez un chocolat si vous avez la référence), non non il est tout malheureux parce qu’il a un crush atroce sur la nouvelle copine en question.

Bref.

Logan est amoureux d’Hannah, il dépérit, il ne mange plus, il ne dort plus, et surtout, il ne joue plus au hockey. Non je plaisante.

Petite Lady : Oui clairement Chi-Chi exagère. Disons qu’avoir un big crush sur la copine de ton meilleur pote,  ce n’est jamais agréable. D’autant que ce n’est pas comme si les 2 en questions n’étaient pas en mode tourtereaux à gogo. Donc, Logan se fait violence pour essayer d’oublier Hannah, mais finalement à part les éviter en tête-à-tête, il n’a pas trouvé grand-chose de bien utile.

Tam-Tam : Si voyons, d’enchainer les conquêtes, de se noyer un tantinet dans l’alcool et de prétendre à qui voudra l’entendre que Tout. Va. Bien. La technique de l’autruche qui se transmet entre mâles depuis des millénaires.

Chi-Chi : Mais Logan n’est pas au top de sa forme, et si l’on rajoute à l’équation quelques histoires de famille de derrière les fagots, avec un frère (que je ne trouvais pas des plus sympathiques au début mais en fait il est plutôt pas mal, il n’a juste pas la vie facile facile) et surtout un père qui lui demandent beaucoup (trop) d’attention, on comprend qu’il cherche à se changer les idées.

Petite Lady : Je pense que l’auteur a un faible pour les pères qui ne concourent pas dans la catégorie meilleur papa de l’année… Entre Garrett et lui, ils ne sont pas gâtés.

Tam-Tam : Notez que les mère ne sont pas non plus hyper présentes. C’est à croire que les mec sexy et yummy, ça pousse tout seul !

Chi-Chi : Grace (l’héroïne donc) de son coté, est top comme distraction. Et, attendez, tenez-vous à votre clavier, vous n’allez pas en revenir, Grace kiffe les films d’action !

Petite Lady : Je trouve ça un raccourci un peu réducteur (comme la couverture vous me direz…mais ça Chi-Chi nous en parle plus tard) : Avant d’être une distraction pour Logan, Grace est surtout une fille qui est bien décidée à profiter de sa vie d’étudiante, à prendre plus de risques …Bref à kiffer la vibe. Ils sont mutuellement des distractions l’un pour l’autre. Le bât blesse quand Logan dit le mot « distraction » de façon explicite… Ca pique un peu les oreilles en même de s’entendre dire ça, on peut comprendre que Grâce n’y ait pas vu un compliment.

Chi-Chi : En vrai je trouve ça super cool. Mais cela m’agace !

Petite Lady : Et oui il s’avère que Logan et Grace se retrouvent devant un film d’action qui leur donne envie de faire tous pleins d’actions eux-mêmes.

Et oui, il est vrai que Logan est trop charmé par le fait que Grâce aime les films d’actions… Mais je pense que cela vient du fait que Logan ne fréquente pas la gente féminine d’ordinaire, Logan flirte avec la gente féminine, grosse nuance. (Et encore je suis polie). Donc à mon avis, il ne connait jamais suffisamment bien une demoiselle pour connaître son film préféré…

Tam-Tam : Note pour les prétendants de la Petite Lady : le sien, c’est MULAN ! Pour charmer la belle, apprendre les répliques par cœur et promettre fidélité à Mushu.

Chi-Chi : Attendez, sérieusement, dans quel monde vivent les auteurs de romances américaines, pour croire qu’une fille qui aime les films d’action soit aussi rare qu’un mouton à cinq pattes ? Ou c’est juste moi et mes quatre frères qui ait été bien éduquée ? En tout cas, je peux vous dire que cela ne m’a jamais rendu irrésistiblement séduisante aux yeux du sexe opposé, ce gout bizarre que j’ai pour Bruce Willis. Mais passons.

Petite Lady : Oui moi non plus. Ni ma passion pour les Disney vous me direz.

Tam-Tam : Alors…
1) Bruce power ❤ et 2) Disney Forever ❤

Chi-Chi : J’ai deux choses importantes à vous dire sur ce livre :

D’abord, la 4ème de couverture est complètement fausse. Mais genre, vraiment, elle a été écrite par un stagiaire de 15 ans qui n’avais pas lu le livre et s’est pris pour Shakespeare. Ce n’est pas du tout ça !

Petite Lady : CLAIREMENT. Et encore je me demande comment on peut en ayant lu le livre écrire un tel 4ème de couverture. Je vous propose des variantes (tout aussi réaliste) spoiler free mais 100% véridique.

Logan est amoureux de Hannah. Or Hannah est la copine de son meilleur pote et ils filent le parfait amour. Si Logan était une femme (attirée par les hommes), il épouserait Garrett sur le champ, c’est vous dire son amour pour son meilleur pote. Va-t-il leur proposer de faire ménage à 3 ?

Ou encore : Grâce rencontre Logan dans une soirée alors que ce dernier sortait des toilettes. Elle se teint en blonde. Va-t-il la reconnaître alors qu’il fait un jogging ?

Ou encore : Grâce n’y connaît rien en hockey alors lorsqu’elle tombe sous le charme de Logan. Ce dernier va-t-il réussir à lui faire aimer ce sport de glisse ?

Bref vous l’aurez compris, le résumé n’est vraiment pas à l’image du livre.

Tam-Tam : J’ai une hypothèse à émettre (je me sens l’âme d’un chevalier venu sauver le stagiaire en détresse) : peut être que la 4ème a été écrite avant la conclusion du livre ? Peut être que l’auteur s’est amusé à réécrire 4 fois son opus sur Logan pour qu’il fonctionne bien ?

Après, je suis optimiste aujourd’hui, j’ai mangé ma bouillie de riz qui sourit !

Chi-Chi : Je ne vous en dis pas plus, mais faites-moi confiance. Ce n’est pas un triangle amoureux (Cess angoissait à mort sur le sujet et elle a fini par reconnaitre qu’effectivement non), et ce ne sont pas non plus des retrouvailles (et là vous savez que c’est moi que cela fait fuir).

Et par ailleurs, si j’ai aimé ce livre, que je l’ai lu en une nuit (blanche) et que je l’ai trouvé mignon et tout et tout, j’exprime une petite pointe de déception car, contrairement à ce qui avait rendu le tome 1 si exceptionnel, l’auteur se perd un peu dans du drama adolescent inutile, sur deux ou trois moments. Et c’est dommage. Mais pas du tout assez dommage pour ne pas donner à The Mistake 4 étoiles bien franches au classement.

Petite Lady : Mmmh je réfute les accusations faites. Je trouve qu’au contraire dans The Deal c’est le coup classique d’un  élément extérieur suivi d’un manque de communication entre eux qui les sépare et non pas le fait qu’il doute de leur sentiment alors que dans The Mistake les péripéties sont dues à leurs propres décisions et leurs propres réflexions… Du coup je trouve ça plus réaliste…et surtout moins « facile » pour l’auteur à traiter. Parce que dans The Deal la fin reste quand même un peu facile à mon goût. («  Ah mais tu aurais dû me le dire en fait parce que TADAAAA je t’aurai dit que TADAAAAA on est sauvé »). Enfin The Mistake a aussi son lot de résolutions de problèmes un peu faciles, mais vous verrez par vous-même puisque vous allez lire le livre !

Thèse, antithèse… Tam-Tam à la synthèse alors ?

J’ai lové certains détails de celui là (j’aime les listes)(comprendront les initiés). J’ai beaucoup ri de certains dialogues.
J’ai aimé. Je suis moins fan de Grace que je ne l’étais de Hannah. Et j’ai préféré le 1 au 2.

Chi-Chi : Sur ces bonnes paroles, bonne lecture !

Petite Lady : PS : non mais faut quand même dire que Grâce elle rock ! Et que Logan est attendrissant finalement.  Et que je plussoie les 4 étoiles. Et vivement le tome 3, ça va envoyer des étincelles ! Raaaouu…

The Deal (Off-Campus 1)

Je n’avais pas envie de lire du New Adult. Mais on m’a mis ce livre dans les mains début mars en me disant qu’il était super. Je l’ai lu. Et la semaine d’après, j’ai commencé à voir des articles fleurir partout sur la toile !

Damned, j’étais avant-gardiste, et j’ai manqué une occasion de le faire savoir au monde entier… Qu’à cela ne tienne, j’ai obligé T. à lire le livre, en lui expliquant par A + B que ce serait parfait pour 1) lui faire lire du contemporain et 2) faire une chronique à 4 mains. Oui, encore.

Je ne m’en remets pas de vos réactions super positives à cette formule de chroniques. A croire qu’on a mis presque 5 ans de blog pour se rendre compte que l’intérêt d’être 2, cela pouvait aussi être ça…

Bref, j’ai forcé T. à lire The Deal d’Elle Kennedy, parce que c’est une super romance, super choupi et parce que j’avais envie. Na.

Entrée de T., qui n’a dormi que 4h…
*Bâillements*
*Soupirs de bonheur* au moment d’avaler la première gorgée de ce qui est officiellement ma 4ème tasse de café (j’essaie de n’en boire que 2 par jour, vous n’en avez rien à faire, mais depuis la naissance de l’empereur, 2 par jour, c’est le minimum requis et un maximum exigeant…)
*montée de la caféine*
*activation des fonctions vitales et allumage du système central de l’intelligence articulée* (ou comment passer du mode ours au mode princesse)

BONUS !

Les petits mots d’amour de T. qu’après je retrouve le matin sur mon téléphone…

11133713_864227893622970_188576779361481494_n

Très chers vous tous…
Je suis en mesure aujourd’hui de vous annoncer un séisme dans le monde de l’aristocratie de la romance.

J’ai lu un NA contemporain. Je ne vous raconte pas.

C’est un peu l’équivalent de la crise du crétacé-tertiaire dans mon monde à moi (où il n’y a évidemment, que des poneys à paillettes).C’est la disparition des dinosaures, la chute de l’astéroïde et la fête volcanique sur terre!

J’ai lu un NA contemporain… et j’ai adoré, genre « j’ai oublié que mon réveil vivant sonnait vers 5h, que je devais assurer une journée de boulot par dessus et je n’ai pas vu l’heure tourner ». Tout à coup le mot fin est arrivé, et il était 00h50 (on n’oublie pas le décalage horaire entre C. et moi). 

Commençons par le commencement et l’info importante avant de commencer. L’héroïne a été violée. Je ne spoile rien, c’est dit dans la 1ère page. A savoir, je déteste les histoires de viol. C’est un sujet qui me touche particulièrement et souvent, je n’aime pas le traitement qu’il reçoit dans les romances. Et là, après quelques pages d’inquiétude, je suis bien forcée d’admettre que le sujet est intelligemment traité. Comprendre, l’héroïne a réagi intelligemment. Porté plainte, vu un psy, ce n’est pas parfait mais elle avance et refuse de se laisser définir par ça. J’applaudis des deux mains, j’aime, j’aime.

Quand j’ai lu ça, moi aussi j’ai eu très très peur. Je n’aime pas vraiment la littérature YA et NA parce que c’est toujours plein de sentiments beaucoup plus exacerbés et le drama qui baigne naturellement cette période de la vie ne me fait pas rêver (mais alors pas. du. tout.). J’aurais plutôt envie de secouer tout ce beau monde et je pourrai facilement me mettre à hyperventiler au bout de quelques chapitres à force d’essayer de garder mon calme. Alors ajouter le viol dans l’équation, j’ai craint le pire (et j’ai failli me gameler avec l’élégance de la fille qui lit en marchant) (je vis dangereusement).

Ensuite, l’héroïne (Hannah au passage) a un énorme crush sur un joueur de football américain. Et elle est intelligente. Comprendre, là aussi, elle agit de façon intelligente (et donc aussi un peu bête parce que quand on a 20 ans et un crush sur le beau gosse du coin…). En fait,  simplifions les choses. J’aime beaucoup Hannah, je la trouve hyper-cohérente de A à Z !

En prime, ce qui ne gâche rien, elle vit en leggings, bottes et grand pull. Mon fantasme absolu. Oui, j’ai des principes, oui, je refuse d’être vue en public portant des leggings, mais qui ne rêverai pas du confort absolu qui va avec ? Elle peut s’asseoir en tailleur sur un lit sans se couper la circulation des cuisses, moi je vous le dit, cela n’a pas de prix !!!

Je love Hannah. Je ne compte pas le nombre de fois ou j’ai pouffé de rire sur l’une de ses reparties! Bon après, je n’ai pas cet enthousiasme pour les leggings. 
Par contre, je valide à mort son amour honteux des OneD. Ma chère C., je te laisse imaginer la chanson qui me trotte dans la tête depuis la première mention du groupe anglais dans le livre!

BONUS BIS !

Chanson culte dans la mythologie de Chi-Chi et Tam-Tam

Quand à Garrett, il est plutôt pas mal réussi aussi. Durant le premier quart du bouquin, j’ai trouvé que son comportement lourdement insistant était borderline stalker, mais il se rattrape bien par la suite, et c’est pour la bonne cause (pour la romance donc). Et il est sexy… Oui, soyons honnêtes, cela à son importance.

Tiens, moi j’ai pas du tout eu cette impression de « gros relou ». Surtout que il ne la harcelait pas pour avoir un rendez-vous en mode « si tu dis non, cela doit vouloir dire oui, alors j’insiste ». C’était plus, « je suis désespéré, j’ai besoin d’aide pour pas me prendre une caisse monumentale au partiel, aide moi!! ».

Je valide le sexy, à mort. Il fait des référence Princesse Bride!!! Par contre je lui enlève des points pour l’histoire des sous-vêtements (oui, encore un) Je ne sais pas si c’est une histoire d’embargo aux USA sur le sous-vêtement masculin, ou alors une inflation de ouf sur le produit, mais clairement, c’est la pénurie, je ne vois que cela comme explication!

Pas envie de m’étendre sur les rebondissements de l’histoire, pour cela vous avez la 4ème de couverture, et puis ce qui compte, c’est de savoir que c’est une histoire mignonne, avec ses passages comiques (les colocs !), ses passages moins comiques (les parents !), pas de mélodrame à l’excès, juste ce qu’il faut d’intensité et d’émotion, et à la fin, une très jolie réussite !

Tome 1 d’une série, je garde l’œil ouvert pour la suite…

Limite moi j’ai envie de tester les autres séries de l’auteur… Elle en a fait non? Il y a des gens ici qui ont testé?

Bonne lecture,

Chi-Chi

Et Tam-Tam